L'OEIL ET LA MAIN

20 mars 2017

QUELLE CONDUITE EN VOITURE ?

Antiblues nous propose pour ce rendez-vous du 20 de parler conduite au volant, ou comportement passager pour ceux qui ne conduisent pas. Voici un sujet à fort potentiel anecdotique et certainement instructif sur nos tempéraments respectifs puisqu'il semble que le véhicule nous isolant dans une bulle, nous rende à nous même en faisant ressortir nos instincts, plutôt endormis ailleurs.

L'aventure automobile, nous en avions parlé une fois a commencé pour moi sous forme de la 4 chevaux maternelle,que j'ai toujours assimilée à un petit tank, s'est poursuivie avec une increvable 4L à l'exception du plancher arrière, est passée par une Ami8 dont les essuie-glaces se sont mis en berne sur le capot un jour de trombes diluviennes et a culminé avec la DS de mon père qui me donne la nausée rien que d'y repenser.

J'ai passé le permis "tard". Je me le suis payé quand j'ai commencé à travailler. Le moniteur m'a donné rendez-vous à un endroit, est descendu de la voiture, m'a dit "bonjour" puis "allons-y". Quand j'ai compris qu'il voulait que je prenne le volant à l'instant, je me suis dit "cet homme est fou". Contrairement à beaucoup de copains et copines, je n'avais jamais tenu un volant. En fait, il s'est révélé excellent professeur et n'a eu au cours de mon apprentissage que deux fois à s'agripper à la poignée de sa portière en murmurant "elle aime me faire peur" !

Après c'est à moi que j'ai fait un peu peur quand il a fallu passer de la petite voiture diesel qui ne calait jamais, à la Ford escort ghia 1,6l de mon cher et tendre qui ont tenu le choc, lui et la voiture car nous nous sommes mariés et la voiture a fonctionné un certain nombre d'années.

Là je suis au regret de vous informer que je suis une conductrice assez prudente et très attentive en ville car j'ai été témoin d'un accident mortel quand j'avais 12 ans. Et le conducteur n'avait commis aucune infraction, l'enfant s'est vraiment jeté sur la route sans regarder.

Ailleurs il m'arrive comme tout le monde d'avoir des instants de distractions et de trouver le temps long quand on roule à la même allure longtemps que ce soit 90 ou 130, alors quand les conditions le permettent j'avoue piquer parfois des "sprints". Sinon voilà le vrai aveu : je râle, je râle au volant mais j'essaie de le faire sans trop m'énerver, si possible avec une pointe d'humour même si je suis seule. Parfois, il y a "lâcher d'andouilles" sur les routes, c'est effarant !

En plus, nous avons ici, deux spécificités. D'abord un nombre important de voiturettes sans permis dans la région, peut-être dû aux spécialités locales. Je déplore souvent que leurs conducteurs n'aient pas le permis certes, mais même pas semble-t'il de notions de code de la route. J'en ai vu une sur le bas-côté de la voie rapide vers Tours (110 km/h donc en principe interdite à ce genre de véhicule) coupée en deux dont ne restait que l'avant nickel. Après tout, j'y ai bien vu aussi un vélo !

D'autre part des croisements à quatre stops. En principe on peut résoudre ça en repartant dans l'ordre d'arrivée aux dits stops, mais gare au distrait ou à l'hésitant !

J'ai, oh joie, bonheur, enchainé les conduites accompagnées de mes deux enfants, et connu à cette occasion quelques émotions. Mais nous sommes toujours rentrés intacts. Et j'en ai profité pour rafraichir mes habitudes de conduite et les améliorer. Ils ont obtenu chacun à leur tour leur permis dès le jour de leurs 18 ans, et j'ai dû alors partager ma polo. Jusqu'au soir où ma fille a voulu éviter une biche et rencontré le talus. Elle n'a heureusement pas été blessée mais la polo ne s'en est jamais remise.

Images pour bricoler3

Quand je suis passagère, je n'interviens pas sauf nécessité vitale, comme je n'apprécie pas qu'un passager se mêle de ma conduite. Il existe un risque de dépôt au bord de la route !  Je déteste qu'un véhicule coupe le passage piéton sur lequel une personne pour qui je me suis arrêtée (je le fais systématiquement) est en train de traverser.

Images pour bricoler2

J'ai, ado, donné un coup de pied dans la portière d'un véhicule dont le conducteur nous a pratiquement roulé sur les pieds, Maman ma grand-mère et moi alors que nous étions engagées sur un passage protégé et le feu rouge pour ce type. Je pense que les gens qui grillent les feux, les stops les priorités sont des irresponsables, et j'aimerais que les gens se servent de leurs clignotants, ça fluidifirait la circulation. Apparemment, beaucoup de voitures sont vendues sans ! C'est d'ailleurs ainsi que j'ai eu deux accidents de mobylette du temps de ma folle jeunesse lycéenne. Le premier s'est produit quand la voiture qui me précédait à tout à coup et sans avertissement préalable entamé un demi-tour entre des haricots, je n'ai pas pu l'éviter. Les gendarmes m'ont très gentiment ramené à la maison avec mon outil abimé. La seconde fois une voiture m'a coupé la route alors que j'étais sur la voie principale et prioritaire. Là aussi pas moyen de passer à côté. Le conducteur sort de sa voiture et me dit "je croyais que vous alliez tourner quand vous m'avez vu" A quoi j'ai rétorqué que si je tournais à chaque fois que je voyais une voiture, je n'étais pas près de rentrer chez moi. M'enfin !

Avec la voiture j'ai conscience d'avoir un engin très pratique mais aussi dangereux entre les mains et à ce jour je n'ai qu'un petit accrochage à déplorer. Aucun Pv, bien que j'aurais pu y avoir parfois droit pour petit excès de vitesse. Il y a quelques années, j'ai eu la surprise d'en recevoir un, de Boulogne-sur-Mer où je n'ai jamais mis ni pied, ni roue. Je constate que l'immatriculation correspond à une lettre près. Je vais à la gendarmerie où la personne qui me reçoit me dit de ne pas payer, de demander la photo pour vérification supplémentaire et d'envoyer un courrier pour m'expliquer. Sur la photo une 405 foncée avec au volant un homme qui ne ressemble à personne de notre connaissance. La gendarmerie de chez moi vérifie ma voiture, à l'époque 405 couleur blanche d'origine et toujours cette lettre différente. Ils me disent que les gendarmes de là-bas ont dû chercher le véhicule le plus approchant et qu'il doit s'agir d'une fausse plaque. Je pense donc ne plus en entendre parler quand je reçois à nouveau le pv avec la lettre non correspondante grossièrement rectifiée ! Là mon sang n'a fait qu'un tour. J'avais scanné et gardé dans mon ordi le pv d'origine et le courrier que j'avais envoyé (un réflexe de juriste). J'en tire un exemplaire et je fonce à la gendarmerie avec le tout. Misère les gendarmes qui font un faux en écriture publique pour 30 et quelques euros ! J'ai demandé au gendarme qui m'a reçue de faire savoir à Boulogne que si jamais j'entendais encore parler de ce pv, je serai obligée d'en faire état. Cette fois-ci j'ai enfin eu la paix.

Il y a eu aussi cette camionnette qui m'a serrée contre la glissière alors que nous avions deux voies libres et que je m'étais décalée sur la file de gauche pour la laisser entrer sur la voie rapide où elle arrivait  alors que j'y circulais. Alors qu'elle avait touché et rayé ma voiture, elle partait comme si de rien n'était. J'ai tellement klaxonné, fait des appels de phares...qu'elle a fini par s'arrêter. Trois gus sont descendus, le patron-artisan et deux employés qui n'ont pipé mot pendant que le bonhomme m'accusait d'être arrivée subitement, trop vite...ce qui était faux bien sûr, sinon je n'aurais pas cherché à le faire arrêter. Puis il est remonté dans son véhicule et est parti. J'ai noté le nom de la boite, l'immatriculation et suis allée à la gendarmerie le lendemain. Où l'on m'a confirmé que l'immatriculation et l'entreprise correspondaient mais qu'ils ne pouvaient rien faire car le gars s'était arrêté ! A bon entendeur !

Depuis que mes enfants ont leurs propres véhicules, je ne prête plus le mien. Quand ma fille a occis ma polo, nous l'avons remplacée par mon véhicule actuel, une 206 break, il me faut un coffre pour mes chines ! Sinon, tout ce que je demande à une voiture est d'avoir suffisamment la pêche pour que je double sans problème n'importe quel camion ou obstacle. Je me suis rendue compte qu'il m'arrive parfois d'être en apnée dans ces moments là, et mieux vaut que ça ne dure pas trop longtemps ! C'est d'autant plus curieux que je n'ai pas peur, c'est plutôt de la concentration je crois.

Si mes enfants ont parfois recours au covoiturage ce n'est pas mon cas sauf dans le cadre familial ou amical. Mais il m'arrive de prendre des autostoppeu(rs-ses). Le dernier en date avait un improbable manteau léopard, une moustache et une barbe à la mousquetaire, plein de bijoux...trop rigolo comme look et très sympa.

Sinon, quoi d'autre...J'aime traverser la forêt de nuit pour rentrer chez moi quand les autres conducteurs n'y sont plus. Une dizaine de minutes suspendues dans une sorte de magie. Il faut être attentif quand il n'y a presque plus de circulation, les animaux ressortent mais c'est cela qui est précieux. Une bonne musique et la chance d'apercevoir un peu de cette faune sauvage...

J'aime conduire, je n'ai pas envie d'avoir un véhicule entièrement automatisé, je préfère être conducteur que passager. Je ne dédaigne pas pour autant les transports en commun même s'ils me jouent parfois des tours. La dernière fois que j'ai voulu prendre le train à Chinon, il était remplacé par un bus à moitié vide et qui mettait deux fois plus de temps.

Images pour bricoler1

Et quand j'ai laissé ma voiture au départ de la ligne de tram à Joué pour aller en centre-ville, j'ai failli retourner la récupérer en taxi, la ligne ayant été suspendue momentanément sans savoir jusqu'à quand pour cause d'incident à la Gare.

Images pour bricoler

S'il y a...

Pour découvrir les autres conducteurs du défi passez chez Antiblues, et chez Marie-Paule vous trouverez le thème du prochain défi auquel vous êtes tous et toutes conviés à participer.

Bonne semaine.

Posté par Florencecholet à 07:06 - Commentaires [16] - Permalien [#]

12 mars 2017

VALSE-HESITATION

Hiver ou printemps, beau ou mauvais temps ? Entre les deux, mars balance mais le mouvement est amorcé.

PHOTOfunSTUDIO47

Fin février, je profitais de cette vue "sur viorne" depuis mon fauteuil favori. Après le passage des intempéries du week-end dernier, la douceur et le soleil retrouvés, le jardin m'appelait.

PHOTOfunSTUDIO50

La viorne pomponnait à qui mieux mieux, tandis que l'hellébore déployait ses tutus pleins de frous-frous. Un tel élan suscitait l'émulation.

PHOTOfunSTUDIO48

Chez les violettes, dont je finis par constater qu'elles offrent à elles toutes, un camaïeu délicat.

PHOTOfunSTUDIO54

Chez les primevères, si jolies alors qu'elles ne sont pas encore à leur apogée.

PHOTOfunSTUDIO55

Elles s'entendent à composer des scènes charmantes quelles que soient leurs compagnes.

PHOTOfunSTUDIO56

De jour en jour de nouvelles plantes les rejoignent. Euphorbes, stachys laineux, pulmonaire...Des bulbes aussi, tulipes, aulx...En enlevant les feuilles mortes qui les ont protégé pendant l'hiver, je constate que les petits cyclamens ont gagné du terrain.

PHOTOfunSTUDIO65

Campanules, asters, géranium vivaces se manifestent également.

PHOTOfunSTUDIO62

Au-dessus de leur tête, on s'active aussi, viorne plicata, physocarpus, rosiers débourrent.

PHOTOfunSTUDIO51

Mais surtout le délicieux cerisier japonais 'Kojo-No-Mai".

PHOTOfunSTUDIO52

Le pied fiché dans les glaïeuls, sur fond de campanules, une ode au printemps !

PHOTOfunSTUDIO53

Du côté de "Ré", le nandina tient toujours la vedette.

PHOTOfunSTUDIO57

Ce n'est pas du côté végétal qu'il faut chercher la nouveauté.

PHOTOfunSTUDIO58

Mon fils a commencé à concrétiser mon rêve d'arches pour la glycine. Maintenant, elle peut pousser !

PHOTOfunSTUDIO60

Derrière "Lune", l'autre progrès technique de ce début de mois : le composteur.

PHOTOfunSTUDIO67

Sans fleurs, à l'exception des muscaris, ce petit massif prend couleur par ses feuillages. Et ce n'est qu'un début.

PHOTOfunSTUDIO59

Au fond du jardin, l'abeliophyllum s'est fait entièrement déshabiller par les bourrasques furieuses qui l'ont secoué. Le sambucus et les vivaces qui l'accompagnent vont bientôt le relayer.

PHOTOfunSTUDIO61

Au pied du cerisier, c'est la giroflée qui se montre toute guillerette.

PHOTOfunSTUDIO68

Dans "l'allée des lierres", l'euphorbe de Carine, en pleine forme, prépare une première fleur.

PHOTOfunSTUDIO69

Très étonnée, je découvre que le carex de l'entonnoir de barrique est plein d'épis.

PHOTOfunSTUDIO70

Chez "yin", floraisons imminentes.

PHOTOfunSTUDIO76

Chez "yang", l'hellébore argutifolius reste reine.

PHOTOfunSTUDIO71

Sous la fenêtre de la cuisine, ciboulette et persil ont passé l'hiver douilletement, les myosotis se sont ressemés à l'envi.

PHOTOfunSTUDIO66

Le lonicera est toujours plus fleuri et parfumé.

PHOTOfunSTUDIO63

Dans la haie, les forsythias fleurissent mais c'est la spirée thunbergii qui fait mon bonheur.

PHOTOfunSTUDIO64

Des étoiles plein les mirettes !

PHOTOfunSTUDIO77

L'hellébore se cache, peut-être pour échapper aux têtes chercheuses des petites euphorbes.

PHOTOfunSTUDIO74

Un pari ! Je teste deux sanguisorbes à qui je ne suis pas sûre que les conditions de vie offertes par le jardin conviennent. 'Pink Tanna' pour le grand massif, tenuifolia Alba pour "l'allée des lierres".

PHOTOfunSTUDIO72

En attendant de savoir s'il réussira, quelques bonnes surprises déjà. Quand j'ai planté mon cornus 'Ivory Halo' je l'ai raccourci et j'ai mis en terre les tiges coupées autour d'un lierre. Elles sont toutes en train de développer des feuilles. Si les racines suivent, j'aurai plein de petits cornouillers !

PHOTOfunSTUDIO73

Là, ce sont des fritillaires, plantées il y a deux ou trois ans, que je croyais disparues, et qui tout à coup, apparaissent.

PHOTOfunSTUDIO75

Enfin, je découvre trois feuilles sur mon lilas microphylla que je pensais être fichu !

En voilà un beau début de presque printemps ! Vivement la suite.

PHOTOfunSTUDIO79

Il me faudra toutefois être vigilante et sévir car des centaines et des centaines de graines de l'érable voisin, portées par le vent dominant, commencent à germer ; auxquelles s'ajoutent celles des lauriers-palmes à présent exposées à la lumière.

Suite des aventures du jardin de la chineuse dans une paire de semaine,  le temps de laisser le printemps éclore au calendrier.

Belle semaine.

Posté par Florencecholet à 23:13 - Commentaires [14] - Permalien [#]
10 mars 2017

ET DU CÔTE DES EN-COURS ?

On avance. Tranquillement mais sûrement. D'autant qu'entre le 10 février et ce jour, sont arrivées les vacances scolaires. Qui amènent mes soeurs dans les parages. Nous en profitons pour nous voir, tous les ouvrages sont en suspend pour une longue période car nous vivons dans différentes zones scolaires.

Je suis tout de même en mesure de vous montrer ceci, au rayon bricolage :

PHOTOfunSTUDIO41

un composteur en kit que j'ai monté, installé et mis en service. Le nettoyage des massifs, encore à venir, va faire monter le niveau !

Un tout petit peu de couture :

PHOTOfunSTUDIO42

Mes parents ont eu la gentillesse de m'offrir ce coussin de massage pour soulager les tensions de mes cervicales.

PHOTOfunSTUDIO43

Je lui ai cousu une housse toute simple pour l'assortir aux autres coussins du séjour. Un bon thé, le plaid, les coussins, kit parfait pour un moment douillet !

Enfin, Une bonne avancée côté broderie :

PHOTOfunSTUDIO44

Le mois dernier, je devais encore terminer le gros flocon à droite du second chat.

PHOTOfunSTUDIO45

Je crois que je tiens le bon bout pour cette broderie, je vais pouvoir choisir un des modèles trouvés à Montcoutant pour lui succéder. Je pense faire enfin le cabas qui attend depuis un an ou deux. Je m'autoriserai ensuite à faire un des sacs pour lesquels j'ai pris des tissus et accessoires à Orléans. Puis dans 15 jours, ont lieu les puces des couturières en même temps que la brocante mensuelle, peut-être l'occasion de concrétiser de nouvelles idées. Tiens, je tricoterais bien un pull en coton...

Les "en attente, en-cours, à faire" ne sont pas près de s'épuiser ! Mais c'est beaucoup plus amusant de s'y attaquer et s'y tenir, en nous encourageant mutuellement par le biais de ce rendez-vous informel, ouvert à tous, chaque 10 du mois.

Passiflore et Mamylor l'ont initié, j'y suis fidèle car il me pousse à ne pas laisser mes ouvrages au panier trop longtemps, mes idées en friche dans ma tête. Cléo aussi se joint à nous maintenant. Et vous ?

Belle fin de semaine.

 

Posté par Florencecholet à 07:39 - Commentaires [14] - Permalien [#]
04 mars 2017

UNE JOURNEE FORMIDABLE

Pour la seconde fois, je suis allée retrouver l'équipe des Amis d'André Eve à Pithiviers. Et j'ai passé une journée géniale !

PHOTOfunSTUDIO30

Les charrettes précédentes et l'hiver ont contribué à rendre le dessin du jardin plus lisible. On peut admirer l'art consommé avec lequel André Eve a dessiné ces allées, courbes, douces, sinueuses qui allongent la promenade, incitent à la flânerie, gardent des surprises.

PHOTOfunSTUDIO31

C'est une bonne période, alors que les roses ne focalisent pas toute l'attention, pour se rendre compte à quel point les plantations sont variées et les rosiers bien accompagnés.

PHOTOfunSTUDIO32

Une incroyable quantité de bulbes accompagne les grappes de vivaces.

PHOTOfunSTUDIO39

Après avoir travaillé dans un massif devant la cabane en novembre, c'est dans le massif qui en borde le côté gauche que j'ai désherbé, trié, taillé. Le moindre coin de terre regorge de plantes. Un geranium vivace cache un brunnera dans lequel une euphorbe s'est semée, sous la grosse touffe d'iris fétide je déniche un rosier...C'est un heureux jeu de piste, entre plante sans étiquettes, étiquettes sans plantes...

PHOTOfunSTUDIO35

Ce massif-ci est plus large et plus carré que les autres car il est adossé à une pergola donnant sur l'ultime partie du jardin, le potager.

PHOTOfunSTUDIO36

Entre le côté gauche de la pergola et le potager, on traverse un espace à la charmante ambiance de sous-bois, pour découvrir cet endroit douillet et lumineux où fruits et légumes devaient se sentir bien.

PHOTOfunSTUDIO33

Bénédicte, Malo, leurs familles, Patrick et moi, nous sommes dispersés dans le jardin pour nettoyer les massifs, tailler des rosiers...La rénovation de cette pergola n'était pas encore terminée mais il fallait s'occuper de ces rosiers qui ne pouvaient rester pendants dans l'allée, tout comme ceux que l'albizzia mort avait privé de son soutien.

Nous avons aussi fait un certain nombre d'allers et retours à la déchetterie. Quand tout aura été trié, les serres rangées, les végétaux rajeunis, les structures usagées toutes remplacées...qu'il n'y aura plus que le volume normal d'un entretien courant, le problème sera moins crucial et les volumes moins impressionnants.

Un autre "problème" est pratiquement résolu.

PHOTOfunSTUDIO40

Les futurs visiteurs pourront bénéficier d'un élément de confort tout neuf, les toilettes sèches construites par les époux de Malo et Béné.

PHOTOfunSTUDIO34

Patrick, Béné, Isabelle

Le jardin et l'association ont reçu la visite d'Isabelle venue tourner un reportage pour Hortus Focus. Une occasion supplémentaire d'échanges et de partage.

Car la richesse de ces journées ne tient pas seulement au cadre et à la personnalité du créateur du jardin. Elle se trouve aussi dans les discussions que nous avons avec ces passionnés que sont les Amis d'André Eve. Savoirs, expérience, astuces, coups de main...Un vrai bonheur !

PHOTOfunSTUDIO37

Béné, Isabelle, Patrick, Malo

Coup de pouce, coup de main, simple curiosité, allez voir le site de l'association.

Beau dimanche

Posté par Florencecholet à 19:25 - Commentaires [20] - Permalien [#]
27 février 2017

ENTRE RIGUEUR ET DOUCEUR

Février a tracé son chemin dans le jardin.

PHOTOfunSTUDIO1

Inspirée par Maryse, j'allais à sa rencontre, passés givre et gelées, pour y dénicher

PHOTOfunSTUDIO

de ces trésors vers lesquels il faut se pencher, tout près, pour les admirer.

PHOTOfunSTUDIO3

 

PHOTOfunSTUDIO2

 

PHOTOfunSTUDIO5

 

PHOTOfunSTUDIO8

D'autres découvertes suivirent.

PHOTOfunSTUDIO12

 

PHOTOfunSTUDIO22

Qui, sans être des surprises, me ravirent. Comblant, pour certaines, des semaines d'attente.

PHOTOfunSTUDIO15

 

PHOTOfunSTUDIO23

Et d'autres que moi.

PHOTOfunSTUDIO16

 

PHOTOfunSTUDIO19

Suscitant de nouvelles attentes et espoirs.

PHOTOfunSTUDIO28

Chaque jour, chaque rayon de soleil dévoilait de nouvelles feuilles, éveillait de nouvelles plantes.

Trois arbustes à présent se disputent pour attirer l'attention sur eux, et je pense qu'ils le méritent amplement.

La viorne de Bodnant qui m'a tant fait languir.

PHOTOfunSTUDIO20

 

PHOTOfunSTUDIO21

Le lonicera fragrantissima, si vaporeux, dont le parfum me chavire quand le vent et la pluie cessent.

PHOTOfunSTUDIO25

 

PHOTOfunSTUDIO24

Enfin le dernier arrivé de ce trio de charme, le forsythia blanc, abéliophyllum disticum.

Avec ses petits boutons paraissant tout grillés, j'avais craint de planter un arbuste moribond.

PHOTOfunSTUDIO26

Vous dire à quel point je suis heureuse de l'avoir tout de même installé dans les règles de l'art...

Même si Mars s'annonce sous des auspices autrement chaotiques, je pourrai, tant que le vent ne leur arrache pas toutes leurs corolles, en profiter depuis les fenêtres de la maison.

Mais je suis bien prête à parier qu'il nous donnera lui aussi de multiples occasions de nous réjouir et apprécier nos jardins, balcons, fenêtres. Et ceux des autres.

Belle fin de journée.

Posté par Florencecholet à 16:30 - Commentaires [15] - Permalien [#]

20 février 2017

RATE !

Deuxième défi du 20. Maryline nous propose de parler traditions. De celles que nous connaissons, parce qu'étant pratiquées dans notre région ou rencontrées lors de voyages et ayant trait aux évênements de la vie tels naissances, mariages, majorité, anniversaires, hors religion.

Flûte de zut ! J'ai beau retourner la question sous toutes les coutures, triturer mon pauvre cerveau...Rien, nada, nothing, tiroir mémoriel vide. Rien dans les habitudes familiales qui ne se pratique partout, et je ne connais pas de traditions propres à ma région d'adoption depuis bientôt 13 ans, n'ayant pas eu l'occasion de fêter un de ces évênements en compagnie de locaux "pur jus".

J'appelle donc à la rescousse les outils de la connaissance universelle pour combler mes lacunes. "Traditions tourangelles, traditions chinonaises, traditions pour mariage en Touraine...", rien ne sort. Nouvelles tentatives avec "Coutumes". Je me retrouve avec du Droit, lequel ne m'est pas étranger mais l'est au sujet.

Je ne veux pas rester sur un échec, apprend au passage que la tradition, quelque chose de bleu, de vieux, de neuf, d'emprunté viendrait de l'Angleterre du XIX°, mais elle n'a rien de spécifique à un endroit du monde puisqu'elle est connue et pratiquée un peu partout.

Seule petite percée, je tombe sur un témoignage rapportant que l'on signalait en Touraine la rue où habitait une future mariée en y installant un sapin agrémenté de fleurs en papier. Je n'en ai pas vu mention ailleurs et cette tradition existe peut-être dans d'autres régions. Elle rappelle l'arbre de mai. Je ne crois pas qu'elle se pratique encore si tant est qu'elle l'ait été régulièrement.

En désespoir de cause, je me suis tournée vers la production locale en me disant qu'elle avait peut-être donné naissance à des rituels répondants à la demande de Maryline. Mais les Chapitres tenus par la Confrérie des Entonneurs Rabelaisiens ont trait aux évênements saisonniers plutôt qu'à ceux qui marquent les grandes étapes de la vie. Ce qui n'est pas une mauvaise idée en soi puisqu'ils reviennent régulièrement et plus souvent, donnant lieu à repas, libations, et intronisations. Après celui de janvier, le chapitre de mars, chapitre du Bourgeon, célèbre le renouveau de la vigne et du reste, celui des Vendanges suit en septembre, et celui de Diane en décembre, célèbre la chasse et clôt l'année.

Ayant bien conscience de ne pas avoir réussi à relever ce défi, j'espère vous consoler un peu de vous avoir fait lire ceci pour en arriver à cela, en vous confiant les paroles d'une chanson du cru, c'est le cas de le dire qui agrémente, entre autre, les troisièmes mi-temps, dit-t'on, du club de rugby.

 

Du Véron jusqu’à l’Olive et de l’Olive à Cravant,
Le long d’une verte rive on voit un pays charmant.
C’est la côte tourangelle où mûrit rouge moisson,
Moisson que gourmet appelle le Chambertin de Chinon.
REFRAIN :
Versez donc à coupes pleines de ce vin car il est bon.
Et buvons à la Touraine, et buvons au vieux chinon.
A la Touraine ! A la Touraine ! A Chinon !
Ce vin vraiment délectable rend l’esprit doux et rêveur,
Il ferait un Saint du Diable si le Diable était buveur.
Les fils de la Germanie fanatiques du Veau d’Or
n’auraient pas cette manie s’ils possédaient ce trésor.
En dépit de l’Empirique et du sorcier de son temps,
Saint Louans, dit la chronique, guérissait les impotents.
Par Dieu lui répond Grégoire : ce n’était pas bien malin,
au malade il faisait boire de cet élixir divin.

Oui le vin est un remède dont j’admire les bienfaits,

Rien de ce qui vous obsède ne résiste à ses bienfaits.
Plus d’un homme sur la Terre cherchant le bonheur en vain
Le rencontre au fond d’un verre qu’il a rempli de bon vin.
Ainsi que fait l’Alouette en montant vers le ciel bleu,
je livre ma chansonnette aux gais enfants de ce lieu.
C’est l’Amitié qu’elle chante c’est l’espoir du lendemain :
le calme après la tourmente et l’Amour du Genre Humain.
Versez donc à coupes pleines de ce vin car il est bon
Et buvons à la Touraine, et buvons au vieux Chinon.
A la Touraine ! A la Touraine ! A Chinon !

Chinon 15-06

 

Je ne doute pas que les autres participants dont vous trouverez les adresses chez Maryline ainsi que le nom du prochain défieur auront mieux à vous proposer.

Je vous souhaite une belle journée.

 

Posté par Florencecholet à 07:25 - Commentaires [19] - Permalien [#]
13 février 2017

PREMIERES CHINES DE L'ANNEE

Pas de vide-greniers en janvier mais les brocantes professionnelles habituelles ont pu se tenir, et moi y aller faire un tour. Je ne suis pas revenue les mains vides.

PHOTOfunSTUDIO2701

Trouvé juste à temps, en fait le jour J, pour l'arrivée des rois mages, le chameau. Parfaitement raccord avec l'éléphant.

PHOTOfunSTUDIO2702

Une grande coupe en pierre, côtelée et patinée à souhait. J'ai même eu la mousse avec ! Les lierres et l'abélia, par contre, je les ai installés par la suite. Elle n'est pas encore vraiment en place car j'attends la pousse des feuilles des caducs pour répartir mon bazar dans le jardin.

PHOTOfunSTUDIO2703

Cinq dimanches en janvier, donc chine à Azay-le-Rideau le dernier du mois.

PHOTOfunSTUDIO2704

Une tirelire en faïence, un objet pas vraiment ancien mais je me suis dit qu'elle irait bien ici.

PHOTOfunSTUDIO2705

Puis cette boite amusante avec sa publicité, tous ses prix et médailles qui ne contient en fait aucune encre mais ceci :

PHOTOfunSTUDIO2706

et cela.

PHOTOfunSTUDIO2707

Une pince et les billets poinçonnés. Je pense qu'il manque une lame qui faisait ressort au dessus du clou, mais j'aime cette évocation d'une période révolue, "J'fais des trous,des p'tits trous..."

PHOTOfunSTUDIO2708

Les petits prennent leurs jeux de plage, les grands leurs bouquins, on va à Trouville !

Ok en ce moment, il vaut mieux prévoir un pull mais ça viendra !

Bonne soirée.

 

Posté par Florencecholet à 19:45 - Commentaires [13] - Permalien [#]
10 février 2017

EN-COURS ET A VENIR

10 février, c'est le moment de retrouver les copines, Passiflore, Mamylor, Cléo en stand-by pour cause de déménagement, et vous, si vous le souhaitez, pour nous et vous montrer l'avancement de nos projets.

Dans la catégorie "terminé" : la jupe droite mi-longue en velours, doublure cotonnade. Toute simple, pinces devant et dos, montée sur ceinture légèrement en forme, fermeture côté invisible.

PHOTOfunSTUDIO2691

Pas réussi à faire de photo portée potable, lumière pourrie. En tous cas je peux vous dire qu'elle est agréable à porter. Comme d'habitude, patron home-made et couture main.

Dans la catégorie "bien avancé" : tri et rangement. Les bibliothèques, archives...ont toutes été passées en revue et j'ai pratiquement terminé le tri des photos de l'ordi. Je vais pouvoir éditer celles des vacances et faire les albums.

Dans la catégorie "très peu avancé" : conséquence du temps passé aux tris et de la mauvaise lumière d'un certain nombre des dernières journées, la broderie des chats.

Puis j'ai profité des quelques journées douces et pas trop moches que nous venons d'avoir pour compléter les tailles automnales des arbustes et effectuer celle des rosiers. Donc délaissé l'aiguille au profit du sécateur.

Du coup, je n'ai ajouté sur ma toile qu'un grand flocon, quelques gouttes, les yeux du chat et le début du dernier flocon de ce motif.

PHOTOfunSTUDIO2692

Il va falloir que j'accélère le rythme car d'autres ouvrages m'attendent.

Je vous avais dit que j'avais fait des emplettes au Salon de Moncoutant fin novembre, et montré les housses de coussins que j'avais confectionnées avec les tissus de chez Dotty Rose.

J'ai aussi ramené ceci :

PHOTOfunSTUDIO2693

trois charmants modèles de chez "Une Croix le Temps d'un Thé". Je ne les commencerai qu'une fois mes chats terminés. Donc...M'y tenir et avancer vite.

D'autant que j'ai également craqué pour ces beaux tissus gais et colorés, de très belle qualité.

PHOTOfunSTUDIO2695

Je les ai trouvés chez BlackRose dont j'apprécie autant le choix d'articles que la gentillesse. Ces jolies anses viennent de son stand.

PHOTOfunSTUDIO2696

Je vais m'amuser à choisir mes associations pour mes futurs sacs.

Et pourquoi s'arrêter en si bon chemin ? Devinez ce que j'ai fait au salon d'Orléans fin janvier ?

PHOTOfunSTUDIO2697

Acheté un autre grand morceau de tissu à motif gouttes pour me faire une petite jupe d'été, et quelques fleurettes, chez BlackRose, évidemment !

PHOTOfunSTUDIO2699

Au fil des stands quelques accessoires supplémentaires pour mes prochaines cousettes. La tresse est en cuir.

PHOTOfunSTUDIO2700

Puis un kit pour un sac auquel la photo ne rend absolument pas justice. "En vrai", il est très beau, chic et sobre comme j'aime. Quelques perles pour des boucles d'oreilles et des gris-gris de sacs. Bref, de quoi me constituer un gentil petit tas d'en cours, sachant qu'il me reste de l'an dernier, voire plus, trois autres projets, un haut, un cabas et un sac à ouvrage que je vous montrerai au fur et à mesure.

Les ciseaux, eux, sont destinés au jardin car ils sont faits pour couper des fleurs ! Je vais leur mettre une chainette qui s'accrochera à la ceinture pour ne pas les perdre en les utilisant.

Prochain point des en-cours le 10 mars mais je vous retrouverai dans quelques jours pour un peu de brocante, si le coeur vous en dit.

Très bon week-end.

 

Posté par Florencecholet à 07:17 - Commentaires [14] - Permalien [#]
30 janvier 2017

UN MOIS D'HIVER AU JARDIN

Les fêtes s'étaient passées dans une relative douceur, le sapin était retourné prendre l'air.

PHOTOfunSTUDIO2668

Nous attendions les rois mages pour dévorer la galette et ranger les décorations quand l'hiver décida d'asseoir son règne en éteignant les touts derniers feux automnaux.

PHOTOfunSTUDIO2670

Il enserra le jardin dans une gangue de glace fine, répandit un voile de givre sur la pelouse et les massifs, emprisonna dans la glace les dernières roses.

PHOTOfunSTUDIO2672

PHOTOfunSTUDIO2673

PHOTOfunSTUDIO2674

Ce spectacle onirique prit fin quelques jours plus tard, décor féérique escamoté par un épais brouillard dans lequel les arbustes dénudés jouaient les fantômes.

PHOTOfunSTUDIO2671

Le resto-piafs tournait à plein régime.

PHOTOfunSTUDIO2675

Avec les habitués, mésanges bleues rapides et vigilantes,

PHOTOfunSTUDIO2676

les rouges-gorges, familiers mais plus discrets en cette saison, quand je jardine, ils sont souvent à moins d'un mètre,

PHOTOfunSTUDIO2677

les merles qui jettent feuilles et débris à tort et à travers. Celui-ci garde un peu ses distances alors qu'une des merlettes traverse chaque jour la terrasse en sautillant. "Même pas peur !"

PHOTOfunSTUDIO2678

La troupe des moineaux et moinettes, agités, chamailleurs, insatiables.

PHOTOfunSTUDIO2679

Les sansonnets dont je me passerais bien. Les mésanges charbonnières si farouches que je n'ai pas encore réussi à les photographier cette année, le geai qui a fait un bref passsage.

PHOTOfunSTUDIO2680

Puis la joie de les voir revenir. Juste aperçues l'an dernier, j'ai eu le bonheur de les observer à plusieurs reprises déjà.

PHOTOfunSTUDIO2681

Vives, espiègles

PHOTOfunSTUDIO2682

elles vont jusqu'à me regarder par la fenêtre ! Les mésanges à longues queues.

PHOTOfunSTUDIO2683

Et pour la première fois

PHOTOfunSTUDIO2684

cette drôle de petite bouille :

PHOTOfunSTUDIO2685

une mésange huppée. C'est un plaisir de suivre chaque jour leurs tribulations.

La pelouse étant redevenue praticable, je fis quelques découvertes.

PHOTOfunSTUDIO2686

Les hellébores préparent leur floraison, la giroflée se comporte comme s'il n'avait pas gelé et mes narcisses précoces, tout comme les jacinthes sortent leur feuillage. Si le jardin s'active en sourdine, la jardinière se doit d'en faire autant.

PHOTOfunSTUDIO2687

J'ai intercalé deux cyprès lawsoniana 'ellwood's pillar' entre le rosier 'Rose-Marie Viaud' et le jasmin officinal pour donner un peu plus de vie à l'endroit. Ils sont dans l'axe de l'éclairage de l'allée derrière le jardin et devrait le masquer assez rapidement car ils poussent vite sans devenir trop imposants. Je me suis rendue compte que j'appréciais cette transparence que l'hiver apportait au massif. Cette légèreté avant l'opulence printanière lui va bien.

Le soleil revenu, je prenais mon courage et ma scie à deux mains et cyclopais le lilas.

PHOTOfunSTUDIO2688

J'avais eu du mal à m'y résoudre car je déteste attenter à la vie des plantes mais après avoir essayé pendant huit ans de lui redonner une allure agréable, j'ai dû me rendre à l'évidence que cela ne fonctionnait pas. Finalement, je ne regrette pas cette décision car je trouve l'aspect général du massif plus équilibré, et vivant. La silhouette élancée du fusain ailé notamment, me plait, dont on profite enfin pleinement.

PHOTOfunSTUDIO2689

Je suis partagée entre la hâte de voir mes cogitations prendre vie et le plaisir de savourer chaque petit progrès à sa juste valeur. Le temps passe assez vite pour qu'on n'ait pas besoin d'accélérer le mouvement, je préfère suivre le rythme du jardin, c'est pour moi le bon tempo.

Belle semaine.

 

 

 

Posté par Florencecholet à 00:46 - Commentaires [19] - Permalien [#]
24 janvier 2017

VIE DE CHÂTEAU # 2

Après avoir goûté aux charmes de Montreuil-Bellay, nous avons vu grand, très grand en décidant de nous rendre à Chambord.

Très légère déception à l'arrivée. Le géant est en travaux, une partie des toits enrobée d'échafaudages, et l'espace que l'on découvre en arrivant est en réfection après avoir subi les inondations de l'hiver dernier. Une bonne raison de revenir quand cette façade aura retrouvé pelouse et majesté !

Chambord 6-9

Pour accéder à l'entrée, nous contournons le monument et je suis déjà saisie par le fourmillement des toits et cheminées.

Chambord 6-91

Un vrai paquebot !

Chambord 6-92

Après la terrasse toute ronde, la façade d'entrée. Tickets, tablettes, casques, emmélage, démélage, me manque des mains manipuler ce matériel, auquel s'ajoute mon petit sac à dos et mon appareil photos.

Chambord 6-93

Enfin, nous accédons au saint des saints, nous sommes dans la cour intérieure.

Chambord 6-94

Je suis fascinée par l'élégance des galeries, l'ampleur des façades. La construction de Chambord a débuté en 1519, année de la mort de Léonard de Vinci. Nous sommes à l'aube de la Renaissance française. Ce Palais doit refléter la puissance de François I et servir ses plaisirs. L'aile royale est achevée en 1545 deux ans avant le décès du Roi. Le château est achevé sous Louis XIV. Mais les travaux et aménagements des abords se poursuivent jusqu'en 1748, les écuries datent de 1685.

Chambord 6-95

Le château sera lieu de résidence des rois et princes avant que le Domaine soit acquis en totalité par la République Française en 1930.

Chambord 6-96

Chambord 6-97

Chambord 6-98

La salamandre, emblème de François I.

Chambord 6-99

Vue sur la chapelle et la mairie de Chambord depuis la chapelle du château.

Chambord 6-910

Chambord 6-911

Chambord 6-912

Le célébrissime escalier à doubles révolutions.

Chambord 6-913

Chambord 6-914

Les cuisines dans lesquelles j'ai la surprise d'apprendre que l'on manquait de place au château, et qu'à l'époque de Louis XIV, certaines pièces ont été entresolées pour en gagner ! C'est vrai qu'avec cette hauteur sous plafond...C'eût été dommage de ne pas en profiter !

Chambord 6-915

Quelques tableaux admirés dans les salles des Illustres et celles des Bourbons.

Chambord 6-916

La salle des chasses, si importantes pour François I.

Chambord 6-917

Bien que je ne sois pas du tout réceptive à cette activité, j'ai été ébahie, complètement épatée par les mises en scène.

Chambord 6-918

Chambord 6-919

Molière dont la première représentation de sa pièce le Bourgeois gentilhomme s'est jouée ici et devant Louis XIV. Lully.

Chambord 6-920

Au premier étage, le Musée du Comte de Chambord. Dernier héritier direct de Louis XIV, il n'accèdera jamais au trône mais sauvera Chambord de la ruine et sera le premier à l'ouvrir à la visite.

Chambord 6-921

Chambord 6-922

Au second, nouvelle salle consacrée aux chasses à Chambord, toujours d'actualité.

Chambord 6-923

Plus près du ciel, presque au Paradis

Chambord 6-924

à hauteur de toits,

Chambord 6-925

nous voici sur les terrasses !

Chambord 6-926

 La Tour lanterne.

 Chambord 6-927

Entre Renaissance et Baroque, j'ai l'impression d'être en Italie. Quelles merveilles !

Chambord 6-928

Chambord 6-929

Chambord 6-930

Retour sur terre et à l'intérieur pour découvrir les appartements meublés du premier étage qui nous font traverser les époques du XVI°au XVIII°et racontent la vie du château.

Chambord 6-931

Appartements d'invités, XVIII°.

Chambord 6-932

Chambre du gouverneur.

Chambord 6-933

Chambre de François I...

J'espère que ce rapide aperçu vous aura plu. Et donné envie d'y aller voir de près.

Chambord 6-934

Belle semaine.

 

 

 

Posté par Florencecholet à 23:19 - Commentaires [16] - Permalien [#]