L'OEIL ET LA MAIN

16 septembre 2019

OPULENCE ET FANTAISIE

Ce dimanche de juin je prenais à nouveau la route de ce lieu que j'apprécie tant, façonné par les mains expertes d'un Duo bourré de talent, d'imagination et d'énergie : le jardin des Vigneaux, ouvert pour les Rendez-vous aux jardins.

Duo

Sous une lumière légèrement acerbe, les couleurs rutilaient.

Duo1

Le jardin respirait une plénitude enivrante.

Duo2

Formes et textures se répondaient en savoureux dialogues.

Duo3

L'opulence, partout régnait avec bonhomie.

Duo4

Au creux de chaque massif, l'union sacrée se révélait,

Duo5

chaque végétal, ayant à coeur d'être à son summum

Duo6

pour honorer ses jardiniers et visiteurs,

Duo7

Duo8

portés par le courant léger de douce fantaisie

Duo9

qui irrigue l'endroit.

Duo10

Duo11

Duo12

Duo13

Duo14

Duo15

Duo16

Duo17

Duo18

Cette journée terminée sur une note cocasse, comme le jardin, tint toutes ses promesses.

Qui aurait pensé que deux jours avant il subissait la tempête qui provoquerait le lendemain la chute d'une partie de l'acacia 'Casque Rouge' brutalement ouvert en deux ?

Le dimanche, rien n'en paraissait et le jardin comme toujours resplendissait.

Très bonne semaine.

 

Posté par Florencecholet à 00:00 - Commentaires [10] - Permalien [#]

10 septembre 2019

LE RENDEZ-VOUS DU 10 EST DE RETOUR

Voici venu ce joli jour qui nous rassemble Passiflore, Mamylor, ceux qui le souhaitent et moi pour nous montrer nos en-cours et créations, leurs achèvements et avancées.

Si nous n'avons pas publié notre rubrique le mois dernier, j'ai réussi à avancer sur un certain nombre de choses qui attendaient depuis...

Allez ! Images !

Au jardin sécheresse oblige pas de tonte, quasi aucun désherbage, peu de fleurs fanées à couper, c'était le moment de s'occuper d'

-Aménager le passage vers le composteur et finir le tuteurage du rosier liane qui le surplombe,

PHOTOfunSTUDIO31

-Créer cette spirale de pavés pour habiller et arrondir légèrement l'espace entre le massif Lune et le cerisier,

PHOTOfunSTUDIO32

-repeindre les tiroirs et reprendre le vernis de la console,

PHOTOfunSTUDIO33

-Ajouter quelques décos pour animer les massifs un peu désertés,

PHOTOfunSTUDIO40

-multiplier les résistants,

PHOTOfunSTUDIO38

-tenter quelques sauvetages par transplantation,

PHOTOfunSTUDIO36

-et tout de même, effectuer quelques tailles sur les persistants, conifères, berbéris...

PHOTOfunSTUDIO39

Pour l'intérieur, je profitais d'une semaine de solitude pour vider les placards et faire du tri. Vêtements, linge de maison, même les fournitures de bricolage y sont passées. Après dix ans dans la maison, il était temps de mettre les choses à plat et de se rendre à l'évidence, les pots de peinture utilisés lors de notre emménagement ne permettraient plus de raccords.

Ce que cela peut libérer d'espace physique et mental !

PHOTOfunSTUDIO37

Comment avais-je pu faire tenir tant de choses dans cet espace  réduit ?

J'ai aussi préparé des sachets avec les graines qui séchaient dans des enveloppes, et celles que j'avais récoltées pendant notre séjour dans le Pas-de-Calais. Si l'automne veut bien se montrer un peu humide, je serai prête pour de premiers semis. Je garde les siliques pour une déco ultérieure.

PHOTOfunSTUDIO41

La table basse dont la peinture avait été abimée a fait peau neuve. Photo avant rénovation.

PHOTOfunSTUDIO34

J'ai fini par me décider à fermer ma jupe porte-feuille que j'aime tant mais dont le pan volant m'agaçait tellement.

PHOTOfunSTUDIO42

Et j'ai sorti mes fils de fer et les boutons de céramique de Rouge Petit-coeur pour fabriquer une couronne légère.

PHOTOfunSTUDIO35

Si ce n'est déjà fait, allez voir ce qu'ont fait mes camarades, Mamylor et Passiflore. Je suis sûre que vous verrez de jolies choses.

Belle semaine.

 

 

Posté par Florencecholet à 07:18 - Commentaires [13] - Permalien [#]
05 septembre 2019

LE MAS DU PRE

Au mas du Pré souffle un air d'ailleurs, comme un vent d'Italie, né du talent d'un jardinier inspiré et généreux.

Pour vaste qu'il soit ce jardin dégage une atmosphère si paisible et envoûtante qu'on s'y sent comme dans un cocon. Un monde à part.

Le mas du pré 8-620

Sous le ciel chargé de ce début de juin, le Mas du Pré s'offre à nous.

Chaleureusement accueillie, je suis invitée à gagner l'arrière de la maison. Après avoir longé une terrasse doucement ombragée, je tombe sous le charme de ce somptueux massif articulé autour d'une ganivelle. Merveilleuse idée !

Le mas du pré 8-61

Le mas du pré 8-63

De ce genre d'idées, le jardin regorge, le potager ne faisant pas exception.

Le mas du pré 8-62

Le mas du pré 8-64

Structures et portillons, tous home-made, habillent l'espace avec beaucoup d'élégance.

Le mas du pré 8-65

Au sortir du potager, la grange est un nouveau délice. Parée du sublime rosier 'Jasmina' et ornée d'objets anciens, elle est si bien mise en valeur !

Le mas du pré 8-66

Partout des plantes opulentes, des associations raffinées.

Le mas du pré 8-67

Le mas du pré 8-69

Le mas du pré 8-612

Chaque coup d'oeil est bonheur.

Le mas du pré 8-615

De nombreuses haltes de charme invitent à se poser pour en profiter.

Le mas du pré 8-6

Le mas du pré 8-610

Alors admirons à loisir la magnifique bordure de lavandes, la gaieté des massifs, le sobre kiosque aux roses, les stipes éblouissantes, le portail entrouvert, les poteries italiennes et les arrosoirs chinés disséminés ça et là avec goût et à propos.

Le mas du pré 8-68

Le mas du pré 8-622

Le mas du pré 8-623

Le mas du pré 8-611

Le mas du pré 8-614

Le mas du pré 8-616

Devant la maison, nous prendrons congé de notre hôte si aimable, après nous être régalés de la rocaille, du chant de la fontaine, des massifs ensoleillés, de l'inventivité et la créativité du maitre des lieux.

Le mas du pré 8-617

Le mas du pré 8-618

Le mas du pré 8-619

Il faut espérer y vite revenir pour quitter un tel lieu.

Le mas du pré 8-621

Merci Patrick pour cette parenthèse enchanteresse.

Posté par Florencecholet à 00:14 - Commentaires [20] - Permalien [#]
29 août 2019

DANS LA FOURNAISE D"AOÛT

Alors que chez certains d'entre vous, pour lesquels je me réjouis, le ciel calmait ses ardeurs, il n'en fut rien au jardin de la chineuse. Août jaloux n'entendit pas laisser à juillet le privilège de la chaleur et se montra presque aussi avare d'eau que son prédécesseur.

juillet 16

Dans le grand massif, les fleurs vinrent à manquer, les feuilles mêmes pour certains rosiers.

juillet 6

J'appréciais à sa juste valeur l'effort méritoire de l'échinacée à fleurs doubles pour maintenir une corolle. Cet exploit fut d'ailleurs salué par la petite sauge qui vint la soutenir. Les échinacées à fleurs simples ont eu la tâche plus aisée.

juillet 1

Le massif Lune montrait un peu plus de résistance et d'entrain.

juillet

Le rosier Bougainville et le phlox voisin affichaient leur bonne entente.

juillet 2

Les chardons boules bleues proposaient quelques dernières corolles aux bourdons rares sous cette chaleur.

juillet 3

Les aulx et monnaies du pape mûrissaient leurs graines en nuances d'or pâle.

juillet 4

Marie Pavié méditait une troisième vague florale.

juillet 8

Sous le cerisier le jeune nandina Blush Pink offrait des couleurs délicieuses n'ayant heureusement rien à voir avec un excès de chaleur, mais tout avec sa beauté naturelle.

juillet 9

Les trêfles réapparus ont été récompensés par quelques arrosages dont ils font bon usage.

juillet 10

Dans la haie qui subit de plein fouet l'acharnement solaire, abélias et petites sauges donnent le la coloré, soutenus par l'hosta et les graminées panachées.

juillet 7

Les sétarias caramels semés par le jardin lui-même prospèrent superbement, bien mieux que le résultat de mes propres semis l'an dernier. Il est doué ce jardin !

juillet 14

Entre mi-cuit et mi-frais,

juillet 19

quelques floraisons glanées dans l'Allée des Lierres.

juillet 11

Dans Yin, il fallu procéder à une extraction en urgence du styrax que le loropetalum, en forme olympique, menaçait d'engloutir à tout instant. Un espace plus respirable lui a été offert devant les loniceras panachés. Le petit deutzia profitait également du mouvement pour gagner un endroit un peu moins exposé du massif, au pied du physocarpus pourpre.

juillet 12

Le mauvais coup de grill, alors même que la canicule avait passé son tour, fut pour le magnolia, vert tendre le matin, jaune ocré le soir.

juillet 5

Derrière lui, le liriope tout de fraicheur vêtu offrait un constrate incongru.

juillet 18

Tout près, dans la zone la plus chaude du jardin, au sud, le long de la maison, se trouve une bordure dont on oublie l'existence tant elle est facile et sans chichis, pas de réclamations, pas de vapeurs ou de caprice, abélias, buis, sedums, stipes, érigerons, ériostemons vivent en autonomie complète. Rien ne les affecte.

juillet 15

Dans la bassine qui tient lieu de coussin à la chaise, un verre d'eau suffit à contenter le trio heuchère, hosta, trêfle sur lequel se détachent à présent les minuscules pommes du malus Prairie Fire.

juillet 17

Quelques apparitions notables, lucane et Belle-dame.

juillet 13

Et pour terminer, les courageuses du moment, aster divaricatus, thalictrum rochebrunianum, rosier Auberge de l'Ill, cynoglosse et clématite herbacée New Love.

En attendant de vous retrouver pour des promenades plus tempérées, je vous souhaite une belle semaine.

 

Posté par Florencecholet à 15:41 - Commentaires [15] - Permalien [#]
24 août 2019

CHINES DE JUILLET

Chine à domicile pour ce mois de juillet, qui hasard ou préoccupation inconsciente semble répondre à un thème récurrent.

broc juillet

Tout ce métal dont les trois quarts ont à voir avec l'eau et le jardin.

broc juillet 1

Je tourne toujours autour de l'idée d'installer un point d'eau alimenté par une balise solaire. Avec un peu de chance, mes cogitations vagues porteront leurs fruits au printemps.

broc juillet 8

En attendant la petite fontaine avec sa tête de dragon fait de la figuration au bord de la rivière sèche.

broc juillet 5

Le semoir me servira cet automne pour des semis en place,

broc juillet 4

Les boites au stockage des graines restantes.

broc juillet 3

Seuls ce joli cordonnet soyeux, sa bobine,

broc juillet 2

et la douce aquarelle franchiront le seuil de la maison.

broc juillet 6

Même la barre d'escalier, nettoyée et protégée, est restée dehors !

broc juillet 7

Très bon week-end à tous et toutes.

 

Posté par Florencecholet à 16:49 - Commentaires [12] - Permalien [#]

09 août 2019

AU PAYS DES JARDINS VERTS : REFLETS DE JARDIN

Conviée par mes camarades à participer à l'expédition "Jardins du Pas-de-Calais", j'allais rejoindre un beau matin de juillet Monsieur et Madame Au gré du jardin avec lesquels je voyageais pour retrouver Rouge Cabane, Les Duos et Fred au gite des quatre vents à Vacqueriette-Erquierres, très agréable lieu de séjour choisi par la top organisatrice du périple, Madame Duo.

Notre premier repas ensemble partagé, nous filions déjà vers un premier jardin qui ouvrait sensationnellement la semaine : Reflets de Jardin.

Sis à Penin, agrandi au fil d'achats successifs, le jardin de Monsieur et Madame Richir déroule sur 5000m² de superbes scènes et ambiances, expose une incroyable richesse végétale, les jardiniers novices s'étant très vite pris de passion pour la botanique, accumulant connaissances et envies, nouant des liens privilégiés avec des pépiniéristes tout aussi passionnés. Les premières plantations datant de 1990, nous avons la chance d'admirer, en la charmante compagnie des propriétaires, de nombreux végétaux dans leur plénitude adulte.

Dès l'entrée, le ton est donné avec ce très beau catalpa bignonïoïde pulverulenta.

r1

Arbres à belles écorces, arbustes rares, nombreux hydrangeas, rosiers et conifères d'une infinie variété se partagent l'espace densément planté. Mais qui sait aussi faire la part belle aux respirations.

r2

Magnolias, rhododendrons, vivaces et graminées se succèdent dans un étourdissant ballet.

r3

Des plantes plus "basiques" ne sont pas négligées et font l'objet de belles associations ou emplois originaux. Comme ce conifère devenu trop imposant qui a pu grâce à une taille appropriée, garder sa place près de la maison.

r5

r6

r7

La terre est propice à toutes les plantations, de nombreuses pépites émaillent le parcours.

r8

r9

r10

r11

r12

A chaque pas, une forme, une couleur attisent notre curiosité.

r13

r14

r15

 

r18

 

Au fond du jardin, après avoir contemplé un éblouissant massif des roses de Jean-Lin Lebrun dont vous trouverez des images chez Maryse, nous attend un splendide bassin.

r16

Ses lignes sobres contrastent avec une formidable profusion végétale.

r17

Les associations sont partout d'un raffinement extrême et soignées jusqu'au moindre détail. Ce qui tient, à mon sens, de la prouesse dans un espace aussi vaste. Derrière le bassin se trouve cet admirable groupe d'acer et bouleaux posé sur un merveilleux socle de vigne vierge. Vous pouvez le voir chez Hélène et Maryse.

r19

r20

r21

r22

r23

Saisis par tant de beauté nous ne voyons pas le temps passer et regagnons les abords de la maison en longeant les étroites allées encadrées de buis.

r24

Il est temps de rendre nos hôtes à leur jardin.

r25

Nous rêvons déjà d'y retourner !

Je ne saurais trop vous engager à faire vous-même la visite et en attendant à consulter le site du jardin où vous trouverez, entre autre, les précieuses listes des collections végétales.

Belle fin de semaine.

Posté par Florencecholet à 00:52 - Commentaires [15] - Permalien [#]
30 juillet 2019

BOUILLANT JUILLET

Juillet commençant, le jardin soufflait un peu après la canicule de fin juin. La chaleur cependant restait à l'ordre du jour, comme la sécheresse. Le jardin entendait malgré tout vivre sa vie.

Juillet 1

Les gauras papillonnaient autour des épis duveteux des stachys et du nepeta rose tandis que les coquelourdes et les aulx poursuivaient leur dialogue sous le fusain dont le soleil avait quelque peu grillé les ailes. Astronomia émettait sporadiquement quelques étoiles éphémères.

Juillet 10

L'éragrostis et les stachys mettaient un bel entrain à apaiser l'ambiance prisée des stipes et sedums. Domaine de Courson affichait une belle fraicheur.

Sans aller toutefois jusqu'à rivaliser avec le charmant Auberge de l'Ill.

Juillet 2

Et moins encore avec le Petit Clos.

Juillet 8

En face sur les Bords de Loire, une joyeuse opulence mêlait aux côtés du jeune buddleia appuyé sur le banc, avant que l'âge venant, il ne l'ombrage, iris, noisetier pourpre, germandrée et graminées. Le calamagrostis dressait fièrement ses épis blonds et la persicaire, plus si rouge qu'elle aurait dû l'être tenait bon.

Juillet 5


Rassurée, je confiais donc mon jardin aux soins attentifs de mon grand fils et partait le coeur léger à la découverte des jardins et pépinières du Pas-de-Calais avec mes charmants camarades.

Juillet 23

Je rentrais l'esprit plein des heureux moments vécus et munie de quelques trésors à planter ultérieurement. Car ici, les températures n'avaient pas fléchi et l'eau se faisait toujours attendre.

Cela ne décourageait nullement Marie Pavié, non plus que les jolis echinops dont les boules bleues avaient reçu le soutien des tiges plumeuses du perowskia. Les grandes achillées s'évanoussaient en beauté. Je les laisserai sécher sur pied protégeant leurs voisines des ardeurs d'un soleil redevenu impitoyable.

Juillet 3

Sous le cerisier, les jeunes phlox avaient bénéficié de l'arrosage requis par leur plantation printanière et arboraient leurs premières grappes de fleurettes.

Juillet 11

A l'autre extrémité du massif, aulx, heuchère, penstemon, et campanule se serraient les coudes pour affronter l'ambiance désormais torride.

Juillet 6

Curieusement, autour de l'arceau, à l'angle de la maison, on se prenait à croire que la canicule n'était que lubie de météorologue tant l'heuchère Sugar Plum affichait une douceur printanière.

Juillet 7

Les mêmes teintes claires jouaient sur les corolles du Pierre de Ronsard.

Juillet 13

Si l'on s'éloignait un peu la réalité reprenait ses droits,

Juillet 14

et l'on constatait que le vieux cerisier, ainsi malmené, n'offrait plus à ses voisins son ombre  accueillante.

Juillet 15

Le soleil embrassait étroitement la végétation et consumait l'ardeur des plantes.

Juillet 18

Des parades s'imposaient et s'improvisaient, à base de paille, cartons mouillés, parasols, canisses. Même les chaises étaient mises à contribution pour l'ombre qu'elles dessinaient sur les massifs.

Juillet 17

Blush Noisette se révélait étonnamment solide.

Juillet 16

Et dans l'allée des lierres, beaucoup résistèrent avec un aplomb dont je n'étais pas certaine.

Juillet 19

Même au seuil des plus chaudes journées, le jardin n'a jamais été arrosé en intégralité. La pluie consentant à tomber, la septième semaine aride entamée, et le mercure devenu sage furent salués comme il se doit.

De nouvelles têtes apparaissaient.

Juillet 21

Et ma grenouille pensive méditait. Que serait le temps ces prochains jours, les semaines et mois suivants ? Que seront nos jardins ?

Juillet 22

Ainsi s'achève juillet au jardin de la Chineuse.

D'autres balades nous attendent à commencer par les découvertes faites en Pas-de-Calais dont un premier aperçu vous attend chez Maryse, mais aussi lors des rendez-vous aux jardins qui m'ont conduite chez Patrick et les Duos, ainsi qu'un grand tour à Chaumont-sur-Loire.

En espérant ne pas vous lasser car chacun de ces lieux mérite le voyage.

Belle semaine.

 

Posté par Florencecholet à 11:20 - Commentaires [14] - Permalien [#]
20 juillet 2019

"BLEU, BLANC, BLOND"

Jolie chanson d'amour et d'été choisie comme thème pour notre défi du 20 par Mamylor.

Comme un certain nombre d'entre vous j'imagine, je connaissais à peu près par coeur le refrain mais aurait été bien incapable de vous parler des couplets que j'ai découvert à cette occasion. Merci Mamylor. J'ai tout de même une excuse sur ce coup là, je n'étais pas née quand Marcel Amont a écrit et chanté cette charmante déclaration à sa douce blonde au yeux bleus.

Pour ma part, "bleu, blanc, blond" évoque deux amours : mon mari, et ma fille.

Mais aussi, et surtout en ce moment, le ciel si bleu qu'il en est brûlant, les nuages légers qui ne savent plus pleuvoir et mes blondes favorites au jardin, les stipes légères et fantasques qui doucement mûrissent au fil des jours au point de venir à roussir.

DSCN4055

DSCN5170

Et le grand bonheur des blés dorés tout juste coupés dont l'odeur me chavire !

DSCN3958DSCN3555DSCN3872

J'espère que vous voudrez bien excuser ce billet un peu lapidaire, faute de temps pour le préparer, mais je ne voulais pas faire purement faux bond à ma chère camarade Mamylor chez qui vous trouverez la liste des participants au défi du jour.

Pour nos retrouvailles de septembre, je vous propose le thème suivant : Êtes-vous joueur ?

Avec vous-même, avec les autres, quels jeux vous plaisent, qu'aimez vous...

Bref, à vous de jouer, et passez un bel été !

 

Posté par Florencecholet à 07:06 - Commentaires [9] - Permalien [#]
10 juillet 2019

RENDEZ-VOUS DU 10 : PETITES AVANCEES

Voici venir le jour de notre rendez-vous, celui qui nous pousse à ne pas garder nos ouvrages dans nos tiroirs, finir nos bricolages...Nous nous retrouvons le 10 de chaque mois avec Passiflore qui en a eu l'idée et Mamylor, vous aussi si vous le souhaitez.

DSCN5269

Un en-cours ne l'est plus du tout : les housses de coussin du canapé !

DSCN5270

Ce n'est pas grand-chose mais je suis contente de les avoir terminées. Avec les grosses chaleurs, les volets sont mi-clos presque toute la journée et je ne sais pas travailler sans lumière naturelle. Je vais pouvoir mettre le séjour en mode été.

DSCN5254

Autre petit travail : remise en état de ce support métallique chiné. Classique trio : nettoyage, antirouille, peinture. Il ira dans la salle de bains.

Et seulement les deux premières étapes pour ceci :

DSCN4030

sur ce cliché le panier de dame-jeanne est encore dans son état initial,

et cela

DSCN4004

un pied de table en fonte.

DSCN5257

Puisque nous sommes dans les chines, je vous montre ce que j'ai déniché en même temps que ce joli et lourd bout de métal.

DSCN3999 DSCN4000

Ce pot épais et tout aussi lourd que l'objet précédent ne m'a demandé qu'un peu de terreau pour que je puisse y installer mes bébés cardons. Mais je crains que les conditions météo ne les mettent à mal.

Enfin pourquoi s'arrêter en si bon chemin, je n'ai pas pu laisser ce "tronc" chez le brocanteur qui le vendait.

DSCN3998

 

Je ne risquais pas de m'envoler !

Trop chaud pour arpenter le jardin à la recherche de la meilleure place et du bon contenu, ça viendra.

Voilà pour les en-cours menés à bien ce mois-ci.

Je vous invite à aller voir chez les copines qui auront sans doute mleux oeuvré que moi.

Veuillez m'excuser pour la présentation inhabituelle de ce message. Picasa que j'utilisai jusqu'à présent pour mes présentations refuse  d'afficher et utiliser mes dernières photos. Et je n'ai pas le temps pour le moment de me pencher sur la question ou prendre en main un logiciel que je ne connais pas. D'ailleurs en auriez-vous un à me conseiller ?

Bonne fin de semaine.

 

Posté par Florencecholet à 06:47 - Commentaires [12] - Permalien [#]
05 juillet 2019

ESCAPADE AUX JARDINS 6

Après un pique-nique venteux, notre petite équipe a fait route vers le Jardin Intérieur à ciel ouvert à Athis-de l'Orne.

Propriété de deux artistes plasticiens, l'espace a été modelé et aménagé au fur et à mesure du temps et des envies du couple, chaque nouvelle partie figurant une pièce supplémentaire d'une maison en plein air intégrant des oeuvres d'art en parfait accord avec leur environnement. Dès l'entrée, le ton est donné : l'opulence végétale règne et le traitement est original.

Des ambiances très diverses se succèdent, amenant de nombreuses surprises même si certains coups d'oeil sont permis d'une pièce à l'autre. Il en ressort malgré la diversité d'esprit des lieux fortement marquée par les matériaux employés, un sentiment d'unité étonnant.

Le bois, la pierre et l'eau servent d'écrin à plus de 1200 variétés de plantes, avec une inclination particulière pour les fougères, cornus, houx, érables, hostas, heuchères, sedums...La végétation luxuriante prend tantôt des aspects de jungle, tantôt se trouve corsetée dans des formes rigides, l'espace s'ouvre et se referme. Les sensations se succèdent, chaque endroit invite à la pause, la contemplation.

Sous ce ciel ouvert, le temps n'existe plus.

Intérieur à ciel ouvert

Intérieur à ciel ouvert1

Intérieur à ciel ouvert2

Intérieur à ciel ouvert3

Intérieur à ciel ouvert4

Intérieur à ciel ouvert5

Intérieur à ciel ouvert7

Intérieur à ciel ouvert8

Intérieur à ciel ouvert9

Intérieur à ciel ouvert10

Intérieur à ciel ouvert11

Intérieur à ciel ouvert12

Intérieur à ciel ouvert13

Intérieur à ciel ouvert14

Intérieur à ciel ouvert15

Intérieur à ciel ouvert16

Intérieur à ciel ouvert17

Intérieur à ciel ouvert18

Intérieur à ciel ouvert19

Intérieur à ciel ouvert20

Intérieur à ciel ouvert21

Intérieur à ciel ouvert22

Intérieur à ciel ouvert23

Il a tout de même fallu nous résoudre à quitter cette bulle bienfaisante, le jardin des Violettes nous attendait pour un bon diner et une nouvelle promenade avant la nuit.

Je devais le lendemain prendre le chemin du retour que j'agrémentais, vous l'aurez deviné, d'une ultime visite.

En attendant, je vous souhaite un très bon week-end.

Posté par Florencecholet à 00:39 - Commentaires [13] - Permalien [#]