L'OEIL ET LA MAIN

30 novembre 2016

RÊVER, CONCRETISER, RÊVER ENCORE

Tout jardin offre deux versants.

D'un côté, le travail et la réflexion, l'observation et la logique. De l'autre, les envies, les surprises, les coups de coeur et le hasard. Les deux se rejoignent quand un rêve devient réalité.

Longtemps, j'ai rêvé de voir disparaitre les affreux pavés autobloquants qui constituaient l'allée carrossable devant le garage et se faufilaient jusqu'à la porte d'entrée. Presque aussi longtemps, j'ai souhaité être débarrassée des caillebotis de la terrasse qui me valaient de longues et inintéressantes séances de désherbage.

J'ai souhaité longtemps, l'évaporation des murailles de lauriers-palmes qui enserraient le jardin dans un carcan lassant, rêvé d'exubérance et de souplesse, de plus de délicatesse.

PHOTOfunSTUDIO2576

PHOTOfunSTUDIO2577

PHOTOfunSTUDIO2578

Pendant qu' un entrepreneur se chargeait du gros-oeuvre, attendant de retrouver la libre disposition de mon jardin, je rêvais plantes et massifs, aménagements et décoration en feuilletant et visitant catalogues, livres et sites.

Le premier vague croquis évoquant quelques rosiers grimpants sur fond de lierre panaché, s'étoffait d'envies nouvelles, le motif s'enrichissait jusqu'à donner naissance aux plans de quatre petits massifs et l'idée d'une micro-clairière.

Entre le Grand Massif et le futur cabanon, le coin au Sambucus.

PHOTOfunSTUDIO2579

Sambucus nigra "Black Lace", Abeliophyllum disticum, hosta "Obsidian", Sauge "Caradonna", Persicaire "Early pink rose".

A l'opposé, près de la haie donnant sur la rue, un ensemble d'esprit italien entoure un arceau.

PHOTOfunSTUDIO2558

Juniperus "Sentinel", Romarin rampant "Capri", Rosier 'Katharina Zeimet', Juniperus tamariscifolia, Rosier 'Buff Beauty'.

A mi-chemin de l'Allée des Lierres, un troisième ilôt s'organise autour du grimpant 'Guirlande d'amour'.

PHOTOfunSTUDIO2584

Abelia x grandiflora "Hopley", Rosier 'Guirlande d'amour', Cornus alba "Ivory halo", nepetas "snowflake", ophiopogons nigrecens, Euphorbe characias wulfenii.

PHOTOfunSTUDIO2585

Enfin, près du cerisier, un groupe s'ancre autour d'un stephanandra.

PHOTOfunSTUDIO2581

Stephanandra tanakae, Euonymus alatus compactus, Géranium psilostemon Eva, sauges nemorosa, ceratostigmas plumbaginoïdes, Aster "Ezo Murasaki".

PHOTOfunSTUDIO2583

Mon terrain de jeu récupéré, largement amélioré, entre commandes, cadeaux des amies et troc, je plantais dix lierres, cinq rosiers grimpants, une dizaine d'arbustes, quatre conifères, une quarantaine de vivaces, des iris panachés. Déplaçais mon jasmin officinal et un grand eleagnus. Découvrais une clairière minuscule sur l'arrière du grand massif.

PHOTOfunSTUDIO2587

Lui inventait un fleurissement.

PHOTOfunSTUDIO2588

Iris panachés, arum, vinca argenteovariegata.

Donnais des portes à Ré.

PHOTOfunSTUDIO2575

Remettais en place une partie des pots et arrosoirs, replantais les stipes, erigerons et petits sedum pourpres mis à l'abri des travaux de terrassement et me trouvais à la tête d'une pile de pavés à ranger, heureuse détentrice de matériaux récupérés du chantier. Et d'autres petits bouts de rêves à réaliser...

PHOTOfunSTUDIO2574

N'oubliais pas de grapiller au vol ces instants parfois magiques que le jardin nous offre,

PHOTOfunSTUDIO2592

 

PHOTOfunSTUDIO2593

 

PHOTOfunSTUDIO2594

 

PHOTOfunSTUDIO2596

 

PHOTOfunSTUDIO2598

 

PHOTOfunSTUDIO2599

 

PHOTOfunSTUDIO2600

 

PHOTOfunSTUDIO2601

 

PHOTOfunSTUDIO2603

 

PHOTOfunSTUDIO2605

 

PHOTOfunSTUDIO2604

 

PHOTOfunSTUDIO2606

 

PHOTOfunSTUDIO2607

***

Les rêves d'un jardinier ne s'arrêtent pas aux limites de son jardin. Il rêve d'autres jardins, il rêve de visiter des jardins, il rêve dans d'autres jardins que le sien, et parfois comble de bonheur, y travaille.

Dès que j'ai eu un jardin, je me suis tournée vers les roses anciennes et les ai trouvées chez André Eve. Que j'ai eu le plaisir tout à fait inopiné de rencontrer au Rivau, ignorant le programme des festivités du jour et sa présence dans les murs. Après avoir bavardé un moment, il me proposait de me joindre à leur groupe, et je regrette encore d'avoir dû décliner cette charmante invitation.

Cet amoureux des roses,n créateur de variétés splendides, qui aimait tant aussi les gens les aimant, nous a quitté l'an dernier avant que j'aie trouvé le moment propice pour visiter ses jardins.

Mais ce 18 novembre, j'ai saisi l'occasion de m'y rendre et y ai travaillé avec tant de plaisir que je ne l'ai même pas visité !

Quelques photos prises à la volée. Je ne suis pas allée voir au-delà de la célébrissime cabane !

PHOTOfunSTUDIO2608

PHOTOfunSTUDIO2609

PHOTOfunSTUDIO2610

PHOTOfunSTUDIO2611

PHOTOfunSTUDIO2612

PHOTOfunSTUDIO2613

PHOTOfunSTUDIO2614

Une association de passionnés s'est mise en place pour que le jardin d'André Eve vive et puisse recevoir encore des visiteurs, donner du rêve et de la beauté. Sans jardinier à demeure, des "charrettes" sont organisées certains week-end pour venir à bout des travaux nécessaires au rafraichissement d'un lieu aussi généreux que l'était son créateur.

Guidé par Malo et Bénédicte, c'est avec tout un groupe de gens très sympathiques que j'ai contribué au nettoyage du jardin, tout en participant ou en assistant à de passionnants échanges. Joie des rencontres avec des correspondantes dont je fréquente assidûment les blogs, Malo et Béné bien sûr, et Bénédicte aussi.

D'autres charrettes suivront, le travail n'est pas terminé, toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Et si vous ne pouvez pas venir goûter à cette belle ambiance qui porte l'équipe de l'association des Amis d'André Eve, vous pouvez toujours les aider en vous inscrivant à l'association, et aller faire un tour sur le blog.

Le dernier jardin dessiné par André Eve qui regroupe ses roses mêlées comme toujours de vivaces est à Chamerolles, serti dans un écrin que je vous laisse le soin de découvrir par vous-même. Celui-ci est son jardin, celui de sa maison.

Les jardins se nourissent de notre travil et de nos rêves qu'ils nous rendent au centuple.

Belle fin de semaine.

 

 

 

Posté par Florencecholet à 19:32 - Commentaires [14] - Permalien [#]

27 novembre 2016

OBJETS CHINES

Seulement trois sorties brocantes dont deux le même jour, celle du bord de Vienne ayant été, et c'est exceptionnel, annulée pour cause d'intempéries. Heureusement, nous avons eu beau temps pour la foire de Saint-Martin, le 11 novembre.

J'ai pu y faire quelques sympathiques trouvailles.

PHOTOfunSTUDIO2568

Le dessous de plat est un élément de dinette émaillée.

PHOTOfunSTUDIO2569

Quelques chiffres encore et ce porte ou déroule je ne sais quoi pour qui j'ai immédiatement entrevu une destination possible.

PHOTOfunSTUDIO2570

Ici. Histoire d'une voyageuse cosmopolite passant d'un défilé à Paris, à une promenade entre amis à Barcelone, pour clôre la journée sur un bal costumé à Venise...

PHOTOfunSTUDIO2615

A la façon d'un bac à glaçons géant, un bac à plantes portionnable à volonté. Utilisation garantie le  printemps prochain.

PHOTOfunSTUDIO2573

Le trésor du jour, ce charmant buffet chiné auprès du même marchand chez qui j'avais déniché ma cuisine en bois bleue et blanche l'an dernier.

PHOTOfunSTUDIO2572

48 heures plus tard, je succombais à un nouveau jouet qui daterait des années 40 ou 50.

PHOTOfunSTUDIO2571

Après cet achat et la promenade dans le joli village de Restigné, je me décidais à pousser vers Montsoreau. Bien m'en prît. Un brocanteur avait mis la main sur un lot de cartes qu'il vendait à un prix plus que raisonnable. A tel point que j'en ai choisi deux pour varier les plaisirs. La première représente sur une face la Picardie où j'ai passé du temps, sur l'autre ma région actuelle. La seconde, des destinations autrement exotiques comme vous le voyez, avec d'une part l'Indochine, d'autre part Madagascar.

Afin qu'elles tiennent debout sans s'abimer, j'ai découpé une baguette en bois en deux morceaux que j'ai fixés de chaque côté avec des pinces métalliques. Bricolage minute parfaitement efficace à ce jour !

PHOTOfunSTUDIO2567

Le buffet est en cours de rénovation.

Je vous retrouve bientôt pour un gros billet jardin.

Belle soirée.

 

Posté par Florencecholet à 18:35 - Commentaires [16] - Permalien [#]
20 novembre 2016

CELEBRITES

Pour cette édition du défi du 20, Marie-Paule nous propose de parler célébrités "locales".

Nombre d'hommes ou de femmes ayant à divers titres  et diverses époques laissé leur nom dans l'Histoire, se rattachent à la Touraine par leur naissance, les périodes où ils y ont vécu, leurs découvertes, créations, moments cruciaux pour le pays...

Je vous ai récemment parlé du château de l'Islette qui abrita les amours de Rodin et Camille Claudel, à Azay-le-Rideau.

Saché eu le bonheur de recevoir la faveur de Balzac qui y fit de nombreux séjours entre 1825 et 1848, dans la demeure d'amis de ses parents qu'il lui arrivait souvent de gagner à pied depuis Tours. La maison est devenue Musée Balzac.

Saché 29-05

Plus près de nous Calder s'attacha au lieu dans lequel il eut deux habitations successives en 23 ans. Ses mobiles, nés à la suite de sa rencontre avec Piet Mondrian, dont il déplorait l'immobilisme des oeuvres, tout comme les stabiles qui suivirent, étaient fabriqués à Tours avant de partir dans le monde entier.

Images pour bricoler7

Pas bien loin, non plus, de chez moi, la ville  de Richelieu, née du privilège accordé par le Roi au Cardinal d'ériger un bourg clos et y établir quatre foires par an et deux marchés par semaine.

Le peintre surréaliste et adepte des collages, Max Ernst vécu et oeuvra treize ans à Huimes.

Et chacun sait que Jeanne d'Arc "dénicha" à Chinon, le roi Charles VII, que cette rencontre le mit sur le trône quand elle terminait en 1431 sur un bûcher. D'où cette statue guerrière "ornant" la place et portant le nom de l'héroïne.

Images pour bricoler8

Une cinquantaine d'années séparent la mort tragique de l'une, de la naissance de l'autre célébrité locale dont la statue regarde la ville : Rabelais.

François Rabelais, fils d'Antoine Rabelais, Sénéchal et avocat nait en 1483 à La Devinière, propriété familiale sise à Seuilly, à trois pas de Chinon où la famille posséde une résidence rue le la lamproye. En fait, il semble d'ailleurs que l'enfant soit né un peu avant l'arrivée au domicile, dans la prairie de la saulaie, où Gargantua, verra le jour sous la plume de l'auteur.

Images pour bricoler9

Doué pour les études, avide de connaissances, mais sa famille manquant de moyens financiers, François devient novice au couvent franciscain de la Baumette à Angers en 1510. Peu à l'aise avec la règle du couvent, il rejoint les Cordeliers, traduits des manuscrits grecs et correspond avec Guillaume Budé, le spécialiste de l'époque. La connaissance du grec est jugée dangereuse par la Sorbonne en cette période cahotique de la Réforme, car menant à une libre interprétation du Nouveau-Testament. Rabelais est envoyé chez les Bénédictins.

En  1528, il quitte l'habit de moine sans en demander l'autorisation, ce qui le rend coupable d'apostasie, et se rend à Paris pour y commencer des études de médecine. Il y aura une liaison dont naitront deux enfants, légitimés en 1540 par le Pape Paul III. En 1532, il est diplômé de la faculté de Montpellier et part exercer à l'Hôtel-Dieu de Lyon.

En 1532 également, Rabelais s'empare de Gargantua, personnage de la tradition populaire et lui invente un fils Pantagruel. Il publie sous l'anagramme Alcofibras Nasier " Les horribles et épouvantables faits et prouesses du très renommé Pantagruel, roi des Dipsodes, fils du grand géant Gargantua".

En 1534, il narre les exploits de Gargantua. La Devinière y incarne le château de Grandgousier, lieu de naissance de Gargantua, et théatre des opérations des guerres picrocholines. Lerné, La Roche-Clermault et les caves troglodytes sont le cadre des aventures picarestes, iconoclastes, ébouriffantes des géants, ces guerres faisant écho aux combats opposant François I° et Charles Quint.

En 1536, le Pape Paul III autorise Rabelais à regagner le monastère bénédictin de son choix et exercer la médecine, hormis la chirurgie. Rabelais se lie avec le Cardinal Jean du Bellay qu'il suit à Rome. Passionné de botanique,il en reviendra avec des graines de melon, artichaut, oeillet et salade "romaine" alors inconnues en France.

En 1542 L'auteur signe de son propre nom "Gargantua" et "Pantagruel". L'année suivante ces ouvrages sont censurés par la Sorbonne en raison de leur style grossier (emploi du français en lieu et place du latin), vocabulaire outrancier, obsession du corps...Ecclésiastique et anticlérical, chrétien et libre-penseur, héritier du Moyen-Age et homme de la Renaissance, Rabelais est un humaniste qui prône la tolérance et la paix, le retour au savoir de l'Antiquité grèque et romaine, un gouvernement des peuples protecteur et éclairé, critique les tyrans et les abus des autorités ecclésisatiques. Ses ouvrages tiennent de l'épopée, jouent de la parodie et de la satire, exploitent nombre de ressorts comiques, jeux de mots, expressions populaires, surnoms patoisants, situations absurdes, dialogues critiques...

En 1546, est édité en raison d'un privilège obtenu du Roi, le Tiers Livre, suite des aventures de Pantagruel, Panurge et leurs compagnons. L'ouvrage est immédiatement condamné par les théologiens de la Sorbonne pour hérésie.

En 1550, Rabelais obtient du Roi un privilège d'édition pour toutes ses oeuvres, ce qui leur permet de circuler bien que ses trois premiers romans figurent sur la liste des ouvrages interdits par la Sorbonne.

En 1551, le Cardinal du Bellay lui octroie les cures de Saint-Martin de Meudon et Saint-Christophe du Jambet. En 1552, Rabelais rédige le Quart Livre, encouragé par le Cardinal. Le jeune roi Henri II apprécie. Mais le Roi et le Pape se réconcilient et les attaques de Rabelais qui dénonçait corruption et luxure dans l'Eglise lui valent après la censure des théologiens, l'abandon du soutien royal comme cardinal.

Le 7 janvier 1553, Rabelais résigne ses cures. Il meurt à Paris le 9 avril, rue des jardins, et est enterré dans le cimetière de l'église Saint-Paul.

Versé tant en médecine, droit que philosophie, maîtrisant latin, grec et hébreu, admirant Ciceron, Pline l'Ancien, Plutarque et Ovide, mariant folklore et savoir encyclopédique, critique et farce, Rabelais suscitait encore, bien après son décès, questions et affrontements, rejet et engouement. Longtemps, lui a été dévolu le rôle de bouffon. Mais ce rôle n'était-il pas, sous couvert de divertissement, de mettre les grands du monde face à leur réalité ?

Tel est l'homme, représenté vêtu de sa robe de médecin et tenant sa plume d'écrivain dont la statue trône sur les quais de Vienne, que ma ville est fière d'honorer. La Devinière est aujourd'hui un charmant Musée Rabelais que je vous conseille vivement de visiter.

Chinon 15-061

Pour le 20 décembre je vous propose de faire du "bruit". Nous avons déjà parlé musique, il s'agit pour cet ultime rendez-vous, ouvert à tous, je vous le rappelle, de parler de ces sons harmonieux ou non qui nous entourent, ceux que nous ne supportons pas, ceux que nous apprécions particulièrement, ceux qui amènent instantanément un souvenir, une image, une association d'idée, ceux qui nous crispent, nous tétanisent, nous apaisent, nous comblent...Ecoutez et racontez !

Faites-moi part de votre participation et je mettrai en ligne le lien vers votre blog ou votre billet le jour J.

Beau dimanche

 

 

Posté par Florencecholet à 07:51 - Commentaires [18] - Permalien [#]
15 novembre 2016

VIE DE CHÂTEAU

Nous avons, cet été, profité de la pause estivale pour découvrir certains de ces beaux endroits dont notre région regorge. Je vous propose aujourd'hui une promenade autour du château de Montreuil-Bellay.

Sous un ciel incertain, nous avons franchi la porte monumentale donnant accès à la cour autour de laquelle s'organisent les bâtiments édifiés au fil des siècles.

Le premier château du site fut édifié, comme nombre de constructions de la région, par Foulques Nerra au XI°. De l'époque médiévale, la forteresse a conservé 600 mètres de remparts ponctués de 13 tours, la barbacane, les douves et la cuisine, tous ouvrages militaires.

Montreuil-Bellay 4-929

Montreuil-Bellay 4-930

Montreuil-Bellay 4-931

A la Renaissance, la collégiale, les logis des chanoines, le château neuf et le châtelet viennent embellir le lieu. De gauche à droite, nous découvrons la cuisine et le logis des chanoines,

Montreuil-Bellay 4-91

le château neuf, adossé à un vestige du XI°,

 

 

 

 

Montreuil-Bellay 4-9

 

le châtelet et la collégiale.

Montreuil-Bellay 4-92

Petit tour de jardin en suivant les remparts. Sobre et inspiré, la sécheresse de l'été n'ôte rien à son charme.

Montreuil-Bellay 4-93

Montreuil-Bellay 4-94

Le châtelet, est le lieu de résidence habituel de la famille qui possède le château depuis deux siècles.

Montreuil-Bellay 4-96

A l'extrémité des remparts, un coup d'oeil sur la jolie tour dont le balcon n'a pas manqué de m'évoquer Roméo et Juliette. On ne voit des remparts que l'étage supérieur.

Montreuil-Bellay 4-99

Rejoignons le niveau du jardin pour retourner vers la cour d'honneur,

Montreuil-Bellay 4-932

Montreuil-Bellay 4-911

Montreuil-Bellay 4-97

Montreuil-Bellay 4-95

en saluant au passage, l'ange musicien.

Montreuil-Bellay 4-912

A l'origine séparées l'une de l'autre par une continuité de murs et bâtiments, se distinguaient, la Basse-cour sur laquelle donnaient la cuisine et le logis des chanoines,

Montreuil-Bellay 4-915

tandis que la château donnait sur la Haute-cour, cour d'honneur. Au centre de cette cour se trouvait un énorme donjon rasé lors de la construction du château renaissance pour en augmenter l'agrément.

Montreuil-Bellay 4-913

Meublé, le château neuf se visite et l'on passe au fil des salons du XVI° au XVIII° siècle en admirant de très belles pièces dont le coffre de mariage d'Henri de Navarre et Marguerite de Valois, couvert de clous. Signe de richesse alors, nous reste aujourd'hui l'expression selon laquelle, "ça ne vaut pas un clou". Ce logis est utilisé l'été et pour les réceptions de la famille.

Montreuil-Bellay 4-916

Traversons la cour.

Montreuil-Bellay 4-914

La cuisine, à l'origine à foyer central, comme Fontevraud, est très bien équipée, tant en cuivres de tous usages,

Montreuil-Bellay 4-917

Montreuil-Bellay 4-918

qu'en fours, à pains, patisseries, potager...

Montreuil-Bellay 4-919

Le logis des 4 chanoines qui officiaient à la collégiale, était également très bien équipé, offrant notamment des étuves.

Montreuil-Bellay 4-920

Le domaine de Montreuil-Bellay est de longue tradition un domaine viticole au coeur duquel on trouve de magnifiques caves gothiques et un ancien pressoir.

Montreuil-Bellay 4-921

Je vous invite à terminer la visite par une balade sur les chemins de ronde offrant un très beau point de vue sur les multiples toits et cheminées de la forteresse. Et les environs. Malheureusement, ce ciel bâché ne m'a pas permis de vous faire les photos que le site méritait.

Montreuil-Bellay 4-922

Montreuil-Bellay 4-923

Montreuil-Bellay 4-924

Montreuil-Bellay 4-925

Montreuil-Bellay 4-926

Avec ces personnages croisés en bas du logis des chanoines dans lequel se tient une exposition consacrée aux personnages et grotesques en tous genres qui ont peuplé l'endroit, je vous souhaite une belle fin de journée.

Montreuil-Bellay 4-927

A bientôt

 

 

Posté par Florencecholet à 16:58 - Commentaires [12] - Permalien [#]
10 novembre 2016

EN-COURS FINIS OU PRESQUE

Voici revenu le jour du rendez-vous au cours duquel nous faisons un petit bilan de nos en-cours avec les copines. Aujourd'hui, Passi, Mamylor et moi avons le plaisir d'accueillir Cléo. Ce rendez-vous informel est ouvert à tous, c'est un gros encouragement à poursuivre nos travaux, projets, oeuvres diverses, il nous donne la motivation qui pourrait nous faire défaut en restant seul dans notre coin.

Si vous voulez vous joindre à nous et montrer le 10 du mois l'avancée de vos en-cours, il suffit de le signaler à l'une d'entre nous pour que nous mettions le lien vers votre blog.

Pour ma part j'ai concrétisé deux idées qui me trottaient dans la tête depuis un moment.

Ajouter un trait de couleur pour dynamiser les murs de la cuisine,

PHOTOfunSTUDIO2564

et utiliser les verres rescapés d'une petite lanterne abimée. Des années que ces plantes toutes simples cueillies au cours d'une balade, séchaient entre les pages d'un bouquin. Je me suis dis que le moment était venu pour elles de sortir à la lumière. J'ai doté ces quatre cadres façon herbier d'une accroche en ficelle de lin mais pas encore eu le temps de les fixer au mur. Je vous ferai une petite photo quand elles auront pris leur place. Les fleurs sont fixées sur le verre avec du masking tape et les étiquettes ont été découpées dans des étiquettes anciennes.

PHOTOfunSTUDIO2563

Après des mois d'abandon, je suis enfin venue à bout du rangement de ma collection de timbres ! Un gros boulot car je devais tout réorganiser, mes albums ne suffisant plus à tout contenir. D'autant que ma soeur m'avait donné sa collection, que j'ai intégrée à la mienne. Tout est d'aplomb et il y a de la place pour de petits nouveaux.

PHOTOfunSTUDIO2565

Par contre, mon pull n'a pas beaucoup avancé. J'ai fini le dos et attaqué le devant. J'aurais pu le terminer nonobstant les vacances scolaires qui ont amené soeurs et amies dans les parages, si je n'étais pas obnubilée par le jardin en ce moment.

PHOTOfunSTUDIO2566

Empêchée par les travaux d'y intervenir jusqu'à ces derniers jours, j'ai imaginé deux nouveaux petits groupes de végétaux que je viens de commencer à concrétiser.

PHOTOfunSTUDIO2561

Les rosiers arrivent demain, les derniers arbustes un peu plus tard. Je vous montrerai au fur et à mesure. Pour le moment de simples trous conquis sur la caillasse et encore vides pour la moitié d'entre eux, rien de transcendant à photographier !

PHOTOfunSTUDIO2562

Je compte bien vous montrer mon pull terminé le mois prochain, et peut-être un peu de couture. La saison des jardins touche à sa fin, les aiguilles vont reprendre du service.

Pour l'instant, je vais aller voir ce qui se passe chez les copines.

Je vous souhaite un beau et long week-end.

 

 

 

Posté par Florencecholet à 08:06 - Commentaires [16] - Permalien [#]

28 octobre 2016

EVENEMENTS EN CASCADE

dans le Jardin de la Chineuse.

A commencer par le retour des fleurs ! Matinées fraiches et nuits plus longues ont réveillé mes indolentes. Les timides fleurettes écloses à grand-peine le mois dernier ont été relayées avec entrain.

PHOTOfunSTUDIO2512

PHOTOfunSTUDIO2526

PHOTOfunSTUDIO2529

PHOTOfunSTUDIO2530

PHOTOfunSTUDIO2533

Après un faux-départ dès août, je craignais de ne pas les voir s'épanouir, mais ils sont tous là, mes asters. Dont j'ignore les noms pour la plupart d'entre eux, reçus de personnes qui elles même ne les connaissaient pas. Le charme des trocs et des plantes mystères. Et non moins appréciées.

PHOTOfunSTUDIO2513

PHOTOfunSTUDIO2514

PHOTOfunSTUDIO2515

PHOTOfunSTUDIO2516

PHOTOfunSTUDIO2517

PHOTOfunSTUDIO2528

Même l'aster de Maryse qu'elle pensait être Asran, se révèle blanc et non bleu ! Qui es-tu bel aster ?

PHOTOfunSTUDIO2560

Pleins de gaieté et de vigueur, ils m'offrent un vrai bain de fleurs, dont je profite avec bonheur. Je les ai tant espérés !

PHOTOfunSTUDIO2522

PHOTOfunSTUDIO2523

PHOTOfunSTUDIO2531

PHOTOfunSTUDIO2532

PHOTOfunSTUDIO2535

Puis, voici que mon jardin me fait une surprise. J'avais repéré une tige isolée devant le doux "Pink star" et imaginé qu'il s'agissait d'un drageon.

PHOTOfunSTUDIO2519

Il semblerait toutefois que "Lady in black" soit aussi concerné,

PHOTOfunSTUDIO2521

car la petite tige m'a tout l'air d'un croisement maison ! Pétales rosés, même si cela ne se voit sur le cliché qu'en haut du bouton fermé, et récurvés, coeurs bien saillants, il emprunte des caractéristiques de ses deux voisins, et je sais bien que je n'ai rien planté ici, puisque je tiens mes plans à jour.

Mon jardin a un bébé ! C'est dingue !

PHOTOfunSTUDIO2540

Toujours aucune floraison en vue par contre du côté des miscanthus comme pour la scabieuse géante. Pas d'eau, pas d'fleurs ! Pas grave, elles ont survécu, c'est le principal.

Je savoure chaque nouvelle corolle, salue chaque éclosion tout en continuant à tailler, ranger, rempoter...

PHOTOfunSTUDIO2510

Ouverture d'une seconde zone de stockage,

PHOTOfunSTUDIO2518

taille du berberis,

PHOTOfunSTUDIO2520

PHOTOfunSTUDIO2527

multiplication des pots.

PHOTOfunSTUDIO2534

Un vendredi matin, alors que les asters commencent à fatiguer...Les travaux commencent !

PHOTOfunSTUDIO2536

Le soir venu, des lauriers, ne restent que quelques troncs ! Et surprise, bonne surprise ! Je savais ce qu'il y a derrière chez moi, "derrière chez moi il y a un arbre..."

PHOTOfunSTUDIO2537

Mais il y a aussi deux bâtiments...qui s'avèrent beaucoup moins visibles que je ne l'appréhendais.

PHOTOfunSTUDIO2538

Bien entendu, les feuilles vont tomber. Mais pour le moment, c'est une vue très agréable qui nous échoie.

PHOTOfunSTUDIO2539

Puis  il y a ce ciel aussi, vendredi matin, vertement borné !

PHOTOfunSTUDIO2544

PHOTOfunSTUDIO2541

Lundi soir, à découvert !

PHOTOfunSTUDIO2542

Tout à droite, une partie de l'emprise libérée par les lauriers.

PHOTOfunSTUDIO2543

Ceux que vous voyez en arrière-plan appartiennent à la maison de retraite derrière et seront masqués par les lierres.

PHOTOfunSTUDIO2546

Par contre, nous aurons encore vue sur les cimes et les houppiers de tous les arbres environnant.

PHOTOfunSTUDIO2547

PHOTOfunSTUDIO2548

Alors que je m'inquiétais d'en être privée par les tailles et les travaux, j'ai vu les couleurs d'automne se faufiler, monter à l'assaut des feuillages.

PHOTOfunSTUDIO2524

PHOTOfunSTUDIO2525

PHOTOfunSTUDIO2553

Se lovant dans des écharpes de brumes

PHOTOfunSTUDIO2549

PHOTOfunSTUDIO2550

PHOTOfunSTUDIO2511

pour mieux s'illuminer, surgir dans le soleil, rutiler de tous leur feux subtils, chamarrées, ondoyantes

PHOTOfunSTUDIO2551

offrant au ciel des embrasements fulgurants.

PHOTOfunSTUDIO2552

PHOTOfunSTUDIO2554

Quand le soir me vole les couleurs, je retourne à mes projets. Deux mini-massifs rythmeront les clôtures.

PHOTOfunSTUDIO2556

Dans le fond, un sureau noir à feuilles laciniées, sera associé à un abeliophyllum, un petit rosier 'Auberge de l'Ill', des sauges 'Caradonna', persicaire 'Early pink rose' et heuchères 'Obsidian'. Ce groupe sera visible depuis la maison, inséré visuellement entre le grand massif et Lune. En réalité il s'en trouvera éloigné de près de deux mètres en profondeur. Imaginez un V inversé.

PHOTOfunSTUDIO2557

Devant, un arceau accueillera le rosier 'Buff beauty' au pied duquel j'installerai un juniperus à feuilles de tamaris. A gauche de l'arceau, trois juniperus 'sentinel' évoqueront les cyprès italiens, soutenus par un romarin rampant et un rosier blanc 'Katharina Zeimet'. L'ensemble reliera visuellement la haie et l'angle. Je réfléchis sur un choix d'éléments végétaux ou non à installer sous l'arceau.

PHOTOfunSTUDIO2558

J'ai aussi finalisé mon choix de grimpants et passé la commande. Après l'arceau, se suivront 'Thalia remontant', 'Guirlande d'amour', 'Francis E.Lester' et 'Rose-Marie Viaud'.

Maintenant, je cherche les meilleurs emplacements pour de nouvelles pensionnaires. Dimanche, dernier évènement en date, j'ai eu la joie de retrouver Marie-Noëlle, puis Maryse et son époux au Rivau pour la fête des marguerites d'automne. Et rencontrer enfin, pour de vrai, Carine, avec laquelle j'échange depuis des années, et son mari.

Comme si le seul fait de passer un moment avec chacun ne suffisait pas à mon bonheur, ils m'ont tous incroyablement gâtée en m'offrant de quoi rendre mon jardin encore plus aimable. De beaux objets, et surtout des bébés de leurs jardins.

PHOTOfunSTUDIO2555

Mon jardin se remplit d'amitié, c'est merveilleux ! Et la chineuse, je ne vous en parle pas !

PHOTOfunSTUDIO2559

Je vous souhaite un très, très beau week-end.

Posté par Florencecholet à 23:17 - Commentaires [16] - Permalien [#]
25 octobre 2016

QUELQUES CHINES

Quelques bricoles chinées ce mois-ci à vous montrer :

PHOTOfunSTUDIO2504

Une boule en rapport avec les bateaux d'après le vendeur, posée dans le bazar du jardin en attendant de pouvoir lui trouver sa place. Si vous pouvez me donner des infos ?

PHOTOfunSTUDIO2509

Une grande, très grande pipette, dont le bouchon de liège est perforé,

PHOTOfunSTUDIO2506

et un lot de moules à chocolats sur le même stand. Pas anciens mais mignons pour la déco de Pâques, par exemple.

PHOTOfunSTUDIO2505

A Montsoreau, ce bout de grille, unique, c'est la même du haut en bas sur les photos, mais je lui trouverai bien une utilité, décorative évidemment, quand je disposerai à nouveau de mon jardin.

PHOTOfunSTUDIO2508

A Chinon enfin, ce porte-manteau pour vêtements d'enfants, les petits oiseaux m'ont fait craquer ainsi que les couleurs tendres,

PHOTOfunSTUDIO2507

et quatre tiroirs provenant d' un meuble de quincaillerie, arborant encore leurs porte-étiquettes et anneaux d'origine. La lumière rend mal leur teinte bleu-gris que je vais essayer de retrouver.

J'ai un dernier objet à vous montrer mais il est dans le jardin et pour le moment, je ne peux pas y accéder pour le photographier. Lui aussi devrait rester dehors.

Pas de brocante le week-end dernier mais de merveilleux moments en belle compagnie au Rivau. Nous parlerons jardin dans quelques jours, promis !

Bonne semaine.

Posté par Florencecholet à 22:37 - Commentaires [18] - Permalien [#]
20 octobre 2016

OUPS le 20 !

Quand j'ai lu le thème choisi par Mamylor, je me suis dis "aïe". Les trucs et astuces, ce n'est pas mon rayon. Mais j'avais le temps d'y penser. Puis le chantier du jardin a commencé cahin-caha avec ses ajustements nécessaires, les découvertes sur ou plutôt sous le terrain (encore plus de cailloux que prévu...), les imprévus et les impondérables...

Les vacances d'automne et le jour J sont arrivés en catimini, et je me trouve ce matin comme la fourmi fort dépourvue.

Que vous dire, les quelques trucs dont j'use ou que je connais sont quasi universellement connus. Je vous fais quand même un petit, tout petit tour d'horizon ?

Avec du vinaigre blanc, du citron, du bicarbonate, vous nettoyez, désodorisez...à peu près tout.

Pour les chineuses par exemple, un saupoudrage de bicarbonate dans un tiroir qui sent le renfermé, un peu de patience...Au bout de quelques jours vous n'avez plus qu'à aspirer le bicarbonate, et vous pouvez mettre ce que vous voulez dans le tiroir. Idem pour les vieux papiers pas trop grands pas trop épais, petits jeux couverts de papier comme les cubes...Hop dans un sac hermétique(type congélation) avec du bicarbonate, mettre de côté un moment, et l'odeur finira par partir.

Toujours côté brocante, pour les petits objets attaqués par des vers, mettez-les dans un sac plastique, un petit tour de micro-onde : bébêtes occies. Si le four a pris un peu d'odeur de bois : désodoriser avec du citron dans de l'eau, faire bien chauffer et laisser refroidir dans le four, le tour est joué.

Un truc que je n'ai pas encore eu le temps de tester, que m'a donné Carole, il y a peu : pour nettoyer des gants en cuir et autres petits objets, utiliser du talc que l'on passe avec du papier de soie, en faisant doucement de petits cercles.

Du riz (pas cuit !) et un peu de vinaigre blanc peuvent vous aider à venir à bout de traces inaccessibles dans une carafe à col étroit, une dame-Jeanne...Versez, laissez agir, secouez vigoureusement, et rincez.

Quand je dois passer plusieurs couches de peintures sur un meuble, en général, je prévois d'en faire une par jour (sauf chalk paint) pour qu'elle sèche bien mais pour éviter que le pinceau sèche aussi ou trop de rinçages qui usent les poils, j'enroule mon pinceau dans un sac plastique, je le retrouve pret à servir le lendemain comme s'il ne s'était écoulé que cinq minutes.

Sinon, est-ce un truc ? Plutôt un principe d'organisation générale que je mets en pratique autant que possible : mettre les objets et produits que l'on utilise là où on s'en sert. Gros gain de temps côté intendance.

Dans le jardin, pour savoir si une plante en pot doit être arrosée, tâter la terre, si un peu de terreau reste sur les doigts, l'arrosage est pour plus tard.

Pour mémoire, les collants filés font de bonne attaches souples et solides pour les branches de rosiers...

En informatique, je suis une béotienne, donc à chaque fois que mon fils me donne un tuyau, je suis preneuse. Vous, vous connaissez peut-être mais moi les raccourcis, trucs et machins...ne rentrent pas. Sauf : triple clic sur un lien puis clic droit sur "ouvrir dans une nouvelle fenêtre" quand ça ne fonctionne pas normalement, et un truc qui me sert notamment pour "éplucher" les photos des beaux jardins des copains et copines : tenir la touche CTRL enfoncée et appuyer autant de fois que souhaité sur +, et hop C'est encore mieux qu'au cinéma ! Pour revenir à la taille d'origine, Maintenir la touche CTRL enfoncée, tout en appuyant autant de fois que nécessaire sur -.

Commencé ce matin, je n'ai pu terminer ce message que ce soir. Pour me faire pardonner ce message court et tardif, une petite photo d'hier.

PHOTOfunSTUDIO2503

Puis je vais vite voir les messages des participants et participantes au défi, liste chez Mamylor, et le thème pour le 20 novembre choisi par Marie-Paule.

 

Belle fin de semaine.

 

Posté par Florencecholet à 20:06 - Commentaires [15] - Permalien [#]
15 octobre 2016

PATRIMOINE

Pendant les journées du Patrimoine en septembre dernier, Marie-Noëlle, deux camarades, ma soeur et moi sommes allées découvrir le château de l'Islette.

Pour accéder au château, il faut franchir un petit pont qui enjambe l'Indre, sur laquelle un moulin restauré, à l'exception de ses deux roues, offre un premier hâvre de paix. Ce faisant, nous quittons sans nous en rendre compte Azay-le-Rideau pour Cheillé.

Islette 17-9

Sur l'île à laquelle, il doit son nom, nous découvrons de prime abord sa façade la plus austère qui inclut la partie la plus ancienne du lieu. Faite de briques et de tuffeau, elle date du XV°. L'occupation de l'Islette est attestée depuis au moins 1295 mais le château actuel n'en porte plus trace.

Islette 17-91

Islette 17-92

Nous contournons le bâtiment en longeant le bord de l'eau.

Islette 17-93

Nous laissons agir le charme de l'endroit qui offre un aperçu de la façade sud, du jardin à la française et de la ferme de la propriété.

Islette 17-94

Enfin, nous nous retournons pour découvrir l'ensemble de la façade d'agrément de ce petit bijou Renaissance.

Islette 17-97

De même époque que le château d'Azay, il lui empruntait son architecture plus encore qu'on en le voit actuellement. Il était entouré de douves, possédait un pont-levis et les tours étaient pointues jusqu'à ce que le propiétaire des années 1830/1840 ne décide d'imprimer sa marque et moderniser le château en comblant les douves, rognant les lucarnes et tronquant les tours.

Islette 17-96

Nous nous approchons de la cour d'honneur en admirant la régularité et l'ordonnancement de la façade.

Islette 17-95

Le porche au cartouche délicatement sculpté porte une date :1638

Islette 17-98

L'intérieur se visite intégralement, les propriétaires actuels s'installant dans une ferme pendant la belle saison.

Islette 17-99

A l'étage, la grande salle qui porte bien son nom, 14m sur 8 pour 5 de hauteur sous plafond, est ornée en quasi-totalité de peintures fin XVI° ou début XVII°, comme la chapelle dont la restauration a mis en évidence la préexistance, par la mise au jour de vestiges d'un décor du XV° siècle. Le château construit vers 1530 par René de Maillé, est resté longtemps aux mains de cette famille de noblesse tourangelle. Charles de Maillé devenu marquis en 1612 a fait représenter sur une frise courant en haut des murs les 27 blasons des Maillé, propriétaires successifs de l'Islette.

Islette 17-910

Dans la salle des gardes, une gravure montre le château avant les modifications qu'il a subi. Les séjours de Rodin et Camille Claudel y sont évoqués. Les propriétaires de l'époque recevaient des hôtes payants. Rodin au cours d'un périple au fil de la Loire et ses châteaux, découvrit l'Islette en 1889, et y vint accompagné de Camille trois été consécutifs de 1890 à 1892. Rodin avait reçu en 1891 commande d'une statue en l'honneur de Balzac et avait pris pour modèle, un voiturier d'Azay lui ressemblant.

Revenue seule en septembre 1892 après sa rupture avec Rodin et un probable avortement, Camille fit poser la petite-fille des propiétaires à de nombreuses reprises. Naquirent plusieurs variations de la "Petite Châtelaine" dont un bronze peut être admiré dans la salle à manger.

Islette 17-911

Le reste est à découvrir par vos propres moyens au printemps prochain. Je ne vous ai ni tout dit, ni tout montré. Puis l'ambiance est si douce, l'endroit si romantique...Tout est fait pour y passer un joli moment. On peut y savourer un thé, pique-niquer, faire un tour en barque, rêver au bord de l'eau...Je crois que nous avons toutes envie d'y retourner.

Je vous souhaite un très beau dimanche.

 

 

Posté par Florencecholet à 22:40 - Commentaires [16] - Permalien [#]
10 octobre 2016

EN-COURS : LE RETOUR

Rien de tel que ce joli rendez-vous du 10 pour démarrer la semaine.

Initié par Passiflore et ouvert à tous au gré des volontés et des ouvrages, nous nous retrouvons lors de ce rendez-vous pour montrer nos en-cours et leurs avancées. Une excellente façon de se motiver et de rendre plus légers à réaliser les projets qui ne tournent pas forcément comme prévu ou trainent depuis longtemps dans nos cartons, boites à ouvrages...

Après en avoir beaucoup parlé, avoir grandement hésité, fait des ébauches de plan, j'ai appelé mon père pour lui proposer un atelier menuiserie. Et nous avons monté à deux têtes et quatre mains la carcasse de la table de rempotage que je voulais me faire, et dont le dessus devait être le tamis chiné quelques mois plus tôt. Je l'ai conçue de manière à ce que le tamis soit simplement emboité sur son support et puisse être utilisé seul si nécessaire.

J'ai ramené notre construction à la maison, peint le tout, fixé des roulettes, ajouté la petite étagère trouvée en vide-grenier aussi, il y a très longtemps, et voilà.

PHOTOfunSTUDIO2498

Deux bassines, une pour faire tremper les plantes, l'autre pour le terreau. Sous le tamis, un bac en zinc recueillera la terre que je ne perdrai plus dans la pelouse.

PHOTOfunSTUDIO2499

Et un en-cours terminé hier juste à temps pour le rendez-vous !

PHOTOfunSTUDIO2500

A vous montrer aussi, ce début de pull,100% en cours. J'ai choisi de réaliser un autre modèle de ce petit bouquin que je vous ai montré déjà, et dont j'ai tiré mes deux ouvrages précédents. Présenté en manches longues, je vais le réaliser avec de petites manches courtes car je n'ai que cinq pelotes de cette merveille de douceur. Je doutais qu'elles suffisent pour un pull si courtes soient les manches, mais arrivée pratiquement au bout du dos, je n'ai pas encore tricoté la moitié de la seconde pelote donc je commence à y croire.

PHOTOfunSTUDIO2501

Je n'ai rien cousu depuis les housses de coussins que je vous ai montré car je suis, depuis le mois dernier, mobilisée par mes projets "jardin". Quand l'entrepreneur aura terminé les travaux, je commencerai à concrétiser des choses qui me trottent dans la tête depuis un moment. J'ai hâte !

PHOTOfunSTUDIO2502

Comme je serai privée de jardin près de trois semaines, j'arriverais peut-être à démarrer un des projets couture qui attendent sagement dans la panière. Car il est peu probable que je me contente de mon pull.

A voir : le mois prochain, le 10 bien sûr !

Belle journée.

Posté par Florencecholet à 07:03 - Commentaires [17] - Permalien [#]