L'OEIL ET LA MAIN

29 mars 2020

RETROUVAILLES AU JARDIN DE LA CHINEUSE

Est venu ce temps exaltant des retrouvailles avec les pensionnaires du jardin, et la découverte des petits nouveaux installés ces derniers mois. Les uns n'étant pas moins attendus que les autres. Le jardin pleinement éveillé, après avoir poussé la jardinière dehors le mois dernier, l'a priée de l'aider à sortir définitivement de l'hiver.

PHOTOfunSTUDIO290

Mars s'obstinant à l'abreuver, il commença, faute de jardinière imperméable,  à vivre sa vie avec une grande indépendance, et très vite ne se contenta plus d'arrondir ses beaux coussins chamarrés de primevères, narguer les curieux avec les têtes tombantes de ses hellébores.

PHOTOfunSTUDIO276

Il lui fallait des feuilles et des fleurs à foison.

PHOTOfunSTUDIO289

Il lui fallait se gorger de parfums,

PHOTOfunSTUDIO291

s'ébourriffer de verdure.

PHOTOfunSTUDIO275

Dans la haie, tout le monde s'activait pour faire oublier la défection du grand forsythia, laissant son double orphelin.

PHOTOfunSTUDIO287

Les spirées, plus particulièrement, y mirent beaucoup de coeur, si bien qu'elles sont encore fleuries ce jour.

PHOTOfunSTUDIO286

Dans l'allée des lierres, les euphorbes se réjouissaient d'avoir été sorties de leur gangue serrée de semis de verveines, de cerinthes par le soleil revenu et la jardinière motivée, en affichant leurs plus belles corolles acidulées. Que tiarelles et pervenches adoucissaient.

PHOTOfunSTUDIO283

Première rencontre avec ces charmants petits bulbes au nom bizarre, les chionodoxas.

PHOTOfunSTUDIO281

Ils s'entendent à ravir avec les grappes délicates des épimèdes derrière eux, et les iris japonais dont c'est ici le premier printemps.

PHOTOfunSTUDIO284

Courageux magnolia que l'été cruel a brûlé et privé de son feuillage, et m'offre pourtant quelques fleurs sublimes.

PHOTOfunSTUDIO280

Qu'on ne s'y trompe pas, ce massif également débordera !

PHOTOfunSTUDIO282

Là, un trio infernal mène la danse avec une belle ardeur. La viorne éclose depuis novembre n'entend pas encore céder la place, le petit prunus épaulé pourtant par l'amélanchier n'y pourra rien et devra reconnaitre son impuissance à la surpasser.

PHOTOfunSTUDIO279

Chacun cependant joue en virtuose de ses atouts.

PHOTOfunSTUDIO285

 Sur les "bords de Loire" un savoureux dialogue se noue du noisetier à la spirée de Canton. Dont les éclats subtils ricochent sur les voisins.

PHOTOfunSTUDIO288

 Lesquels sont loin de se laisser impressionner.

PHOTOfunSTUDIO292

Chacun jouera des coudes pour participer activement au show printanier. L'élan est donné.

PHOTOfunSTUDIO293

Bonne semaine.

 

Posté par Florencecholet à 21:15 - Commentaires [10] - Permalien [#]

20 mars 2020

DEFI DU 20 : LETTRE B

Pour cette nouvelle série de défis, imaginée par Antiblues, je vous ai proposé de jouer avec les mots brouette et beauté.

"Je vais vous faire une confidence : j'aime ma brouette ! Elle est pour moi parée de toutes les beautés.

Beauté de la ligne, simple et élégante, rien de superflu ou d'inutile, silhouette parfaite, symétrique, équilibrée. Elle allie rigueur de forme et évidence du trait, netteté, sobriété, distinction. Beauté de son design qui en fait un objet exactement adapté à son usage. De grande taille, dite "brouette de gare", elle est solide, lourde et pourtant me permet de déplacer facilement des poids et volumes que je serai incapable de véhiculer seule sans elle. Son très grand plateau facilement accessible me rend moults services.

205 17

Beauté du geste, des gestes, de celui qui un jour l'a conçu, de ceux qui l'ont fabriqué, de celui qui l'a dotée d'un plateau amovible, de moi qui l'utilise.

Beauté du mystère qui l'entoure. On ne connait pas précisément son origine, Chine ou Grêce, ni vraiment sa date d'apparition, encore moins son "inventeur".

Beauté d'un outil polyvalent, dont l'ergonomie repose sur cette perfection qu'est la roue. Beauté de l'imagination qui pour résoudre un problème de charge répondit par cette improbable solution du cercle et des appuis. Beauté mathématique de l'équilibre des forces et des dimensions de chaque élément la composant. Beauté de l'esprit, des esprits à l'oeuvre dans cet objet.

Ultime beauté enfin, et non des moindres à mes yeux, elle m'offre le luxe de m'accompagner encore, une fois travail ou transport terminés. Un bon coussin suffit à la transformer en une très confortable chaise longue depuis laquelle je peux profiter des beautés de la nature qui m'entoure, de celle d'une lecture en cours, du chant des oiseaux..."

DSCN2830

 

Se joignent à nous ce mois-ci : Soène, Marie-Paule, Mamylor, Catichou, Vonnette, Maryline, Adrienne, Jacou 33, Ghslaine, Lydia B, Lilou soleil, André, Antiblues et Passiflore qui nous donnera les mots du défi d'avril.

Et vous tous si ces mots vous inspirent avant la fin de la journée. Publiez et donnez-moi votre lien. Toutes les information sont ici. J'espère que les défieurs auront eu plaisir à jouer et suis sûre que vous en aurez à les lire.

Belle journée à tous.

Posté par Florencecholet à 06:55 - Commentaires [28] - Permalien [#]
10 mars 2020

LE POINT DES EN-COURS

Les en-cours le sont toujours mais quelques progrès se font.

PHOTOfunSTUDIO259

Derrière la haie que le paysagiste mandaté par la société qui loue la maison voisine avait indûment et très mal taillé, je me suis résolue à installer une palissade. Ne voulant pas me priver de mes arbustes, j'ai utilisé ces demi-panneaux que j'ai inséré entre le grillage et la végétation. Je me suis un peu, beaucoup battu avec les branches qui bien que raccourcies s'obstinaient à se glisser dans les lattes, mais je suis parvenue à mes fins. J'ai consolidé le tout avec des pattes d'assemblage métalliques vissées. L'ensemble devrait finir par se patiner et moins trancher avec les deux gros panneaux posés il y a plusieurs années par mon mari, devant lesquels la haie avait été coupée. Ne sachant pas quand et même si la maison sera à nouveau occupée, j'ai profité du vide actuel.

PHOTOfunSTUDIO261

Les tailles, mises en boule..sont terminées, à l'exception des buis dont le tour est en avril. Le nettoyage des massifs avance lentement entre les averses, certains coins restant trop mouillés pour s'y activer. Faute de pouvoir faire les bordures à la demi-lune, je les dessine au fur et à mesure avec les cailloux ramassés dans les massifs.

PHOTOfunSTUDIO264

Un peu de land-art en forme d'hommage au forsythia défunt, dont j'ai utilisé les branches afin d'habiller le grillage sur le côté du cabanon, en attendant que la végétation en prenne possession.

PHOTOfunSTUDIO260

Au salon des Loisirs créatifs d'Orléans, j'avais craqué pour le choix et les prix des tissus de la mine (ou des mines, je suis incapable de mémoriser les marques, conséquence d'une forte imperméabilité à la publicité) et acquis ces coupons.

J'ai décidé, sauf impulsion subite, de leur sort. Les hirondelles appeleront le printemps à la fenêtre sous forme de rideau, les fleurettes bleues sur lin, réjouiront le canapé et le petit fleuri japonisant fera carrière sous forme de haut à encolure carré.

Et je commence avec les fleurs colorées, toutes gaies sur fond blanc qui deviendront une jupe porte-feuille, assez rapidement. Le patron et les côtes ont été caculés, le tissu lavé. Je n'ai plus qu'à lui donner un coup de fer, agrandir mon patron à taille réelle, couper et coudre.

PHOTOfunSTUDIO263

Enfin, je n'abandonne pas ma broderie, même si l'avancée parait anecdotique. J'ai coupé la toile et reporté le début du motif, choisi les points et couleurs de fils. Et comme la pluie insiste, je vais poser les premiers points très vite.

PHOTOfunSTUDIO262

J'ai, en ce moment, de gros problèmes de connexion, mais essaie autant que possible de répondre à vos commentaires et de lire les publications de mes camarades.

Vous vous régalerez des oeuvres et avancées de nos complices au rendez-vous des en-cours ; dont vous pouvez tous faire partie à votre gré une fois ou l'autre en publiant un billet le 10 ; chez Passiflore, Mamylor, et Cléo. Et Marie-Paule qui nous accompagne aussi aujourd'hui.

Belle semaine.

 

Posté par Florencecholet à 06:55 - Commentaires [16] - Permalien [#]
03 mars 2020

FEVRIER NOUS CONTE FLEURETTE

Comment les arbustes auraient-ils pu résister plus longtemps à la douce caresse du soleil de février ?

PHOTOfunSTUDIO244

Impossible pour eux de ne pas succomber.

PHOTOfunSTUDIO246

Pas plus que pour les euphorbes.

PHOTOfunSTUDIO245

Jusqu'aux fraisiers des bois qui perdaient toute retenue !

PHOTOfunSTUDIO251

Le grand massif multipliait les corolles, les primevères les nuances, dont la tendance cette année versait curieusement dans l'alignement spontané.

PHOTOfunSTUDIO252

La saison ouverte, de plus en plus de jolies têtes se laissaient tenter par l'aventure d'une première fleur.

PHOTOfunSTUDIO250

Et surprise ! Ce semis spontané que je supposais rose ou pourpre, au regard des prunus environnant dont il aurait pu être issu, s'avère on ne peut plus pâle.

PHOTOfunSTUDIO257

Anciennes et fidèles pensionnaires comme petites nouvelles se donnent le mot pour égayer les journées encore un peu courtes.

PHOTOfunSTUDIO253

Sous l'arbre de Judée, les jeunes hellébores de jardins amis se sont donnés le mot pour synchroniser teintes et floraisons,

PHOTOfunSTUDIO248

en affichant tout de même chacun sa personnalité.

PHOTOfunSTUDIO249

Arriva ce qui devait arriver, février reste un mois d'hiver. Commencèrent à sévir, une cohorte rapprochée de tempêtes et de dépressions.

PHOTOfunSTUDIO254

La vieille spirée largement aguerrie poursuivit son épanouissement

PHOTOfunSTUDIO247

et les petits narcisses de la haie firent la pige au soleil pour qu'il revienne.

PHOTOfunSTUDIO255

La spirée double dont les pompons m'évoquent irrésistiblement de minuscules roses se joignait au mouvement.

PHOTOfunSTUDIO256

Les butineurs un peu tôt réveillés trouvaient leur bonheur dans le chèvrefeuille et le romarin d'Australie couverts de corolles. Par contre, si les croqueurs de feuilles et pétales pouvaient calmer leurs premières ardeurs, ils auraient ensuite plus à manger !

PHOTOfunSTUDIO258

Mars débute dans une franche pagaille, ne perdons pas patience, la douceur et le soleil reviendront.

Bonne semaine.

 

 

Posté par Florencecholet à 20:40 - Commentaires [16] - Permalien [#]
26 février 2020

CHAUMONT-SUR-LOIRE : LE PARADIS DES JARDINS

L'édition 2019 du Festival International des Jardins de Chaumont-sur-Loire, réunissait les créateurs de tous métiers et tous horizons autour du thème "Jardins de Paradis".

Nous désignons volontiers les jardins que nous aimons comme des paradis, mais qu'entendons nous au juste, qu'y voyons-nous, ressentons-nous ? S'agit-il du corps de l'âme ou de l'esprit ? Quel parcours nous y mène ? Quel cheminement ? Le connaissons-nous avant notre naissance, après notre mort, ou sur cette terre ? Le paradis est-il simple, ludique, mystérieux ? Est-il sobre, apaisant, déroutant ? Ses représentations terrestres vont-elles comme la société, comme les pratiques des jardiniers, comme leurs aspirations, évoluer ? Nos jardins pourront-ils être encore des paradis ? Satisfaction des sens, réalisation des désirs, élévation de l'âme, philosophie, spiritualité, religion, le paradis est à la jonction de tout ce qui fait l'être et le jardinier.

Du paradis persan au 2.0, de l'infini à la plénitude des sens, un florilège des versions que ces jardins proposent.

PHOTOfunSTUDIO226

Agapé, carte verte de Pierre-Alexandre Risser évoque l"amour sous toutes ses formes.

PHOTOfunSTUDIO227

Agapé

PHOTOfunSTUDIO228

Agapé

PHOTOfunSTUDIO229

Mirage, paradis oriental, tapis persan

PHOTOfunSTUDIO231

Le jardin qui chante, où l'on peut goûter paix et harmonie, allongés au milieu des arbres en écoutant les chants des oiseaux.

PHOTOfunSTUDIO232

Tous les strelizias vont au paradis. Le ciel est un paradis enfantin qui descend jusqu'à terre et s'emplit de fleurs extraordinaires.

PHOTOfunSTUDIO233

Eden. Un parcours initiatique même à l'arbre de la connaissance, connaissance du bien et du mal, connaissance de soi-même.

PHOTOfunSTUDIO235

Eden

PHOTOfunSTUDIO236

Voyage vers un paradis tropical. Comme la crosse d'une fougère se déploie, ce jardin évoque un renaissance, et dans son exotisme l'amour et la fertilité.

PHOTOfunSTUDIO237

Le paradis de la pie. Celui qu'on se crée ici en accueillant tous les beaux instants du présent.

PHOTOfunSTUDIO238

Cultivons notre paradis. Qui se trouve dans le quotidien et pas nécessairement dans l'extra-ordinaire.

PHOTOfunSTUDIO239

Jardin suspendu 2.0. Moderne version des jardins de Babylone qui entend remettre le végétal au coeur des villes.

PHOTOfunSTUDIO240

Le jardin de sous-bois. Ce jardin pérenne, organisé autour de son arbre de vie, change de couleur à chaque saison.

PHOTOfunSTUDIO241

20 portes. Comme autant de conceptions du paradis, chacun ayant la sienne.

PHOTOfunSTUDIO242

20 portes

PHOTOfunSTUDIO243

20 portes

Au sortir du Festival quelques pistes se dessinent. Le paradis est multiple, inspiré, luxuriant, foisonnant, onirique, intime, fragile et personnel.

Belle fin de semaine.

Posté par Florencecholet à 22:00 - Commentaires [9] - Permalien [#]

20 février 2020

DEFI DU NOUVELLE VERSION

Sur une proposition de notre camarade Antiblues chez qui vous trouverez les modalités et les participants ou participantes du jour, nous jouons ce 20 février avec les mots ou expressions suivant : Artichaut et Amour défendu.

defi

Il s'agit décrire un petit texte en rapport avec l'un ou l'autre ou les deux, et joindre une illustration.

C'est parti.

" Comment ont-ils pu ? Qui a osé ? Me transformer, moi, Artichaut, noble descendant du Vaillant Chardon  d'Ecosse, en symbole tout futile, charmant certes, mais inconstant !

Moi dont l'ancêtre figure au blason des fiers écossais pour avoir par mes piquants agressifs fait se trahir l'envahisseur hurlant sa douleur.

Moi qui partageais la table des rois et des reines.

Moi qui participais à moults combats, dangereux projectile, venu à la rescousse de certain Prince Breton qui vit son amour interdit. Armé de son courage et de quelques unes de mes têtes si dures, il assomma les gardiens de sa belle, dont la naissance en pays ennemi bien que voisin, faisait de leur tendre inclination, un  amour défendu aux yeux des hommes.

Venu de loin et discrètement dans les bagages de grans voyageurs, on cache également sous d'autres légendes, qu'ayant sauvé certaines population d'une disette mortelle, la forme parfaite de mon coeur si bien défendu fut à l'origine de certaine Table, Ronde, avant que je ne fréquente la vôtre.

Alors, de grâce, ne traitez plus de coeur d'artichaut, ceux qui succombent à toutes belles ou beaux, c'est faire injure à mon coeur tendre mais fidèle et fier."

DSCN1547

Signé : Artichaut

 

Pour le 20 mars je vous propose de jouer avec les mots BROUETTE et BEAUTE.

Bonne fin de semaine.

Posté par Florencecholet à 07:00 - Commentaires [23] - Permalien [#]
10 février 2020

LES EN-COURS DE FEVRIER

Le temps file et depuis le 10 janvier j'ai réussi à mener à bien quelques projets dedans et dehors.

A la recherche d'hellébores pour compléter les plantations précédentes au fond du jardin, j'ai ramené avec, trois arbustes dont un sarcococca qui embaume. J'ai commandé deux rosiers avant que la période des plantations à racines nues se termine. Tout est planté.

PHOTOfunSTUDIO212

Profitant de périodes douces qui incitent la végétation à démarrer, j'ai complété les tailles des arbustes, déplacé des nandinas et taillé les rosiers, remis les tuteurs d'aplombs, revu les attaches.

PHOTOfunSTUDIO213

Puis, décidé finalement de supprimer le forsythia, dont il ne restait que ces quelques branches, alors qu'il avait la même ampleur que son voisin, visible en bas à gauche. J'ai cerné la souche, coupé les racines en descendant aussi bas que possible. Puis mon mari l'a arrachée, je ne suis pas assez costaud pour réussir ce tour de force. L'arbuste était là quand nous avons emménagé et avait certainement plus de vingt ans. Après avoir enlevé un maximum de racines et remis de la terre, j'ai planté un arbuste, persistant puisque nous sommes ici côté rue.

PHOTOfunSTUDIO214

Enfin, j'ai commencé le nettoyage des massifs mais la terre est encore trop collante pour refaire des bordures nettes, ou même par endroits simplement désherber.

PHOTOfunSTUDIO219

Il y a dix jours nous sommes allées mes soeurs et moi au salon des loisirs créatifs d'Orléans. Quelques trouvailles ont réveillé mon envie de faire des bijoux, j'ai sorti mon matériel, mes perles en verre du Comptoir des Fleurettes, et mes achats tous neufs.

PHOTOfunSTUDIO215

Résultat : quatre paires de boucles d'oreilles,

PHOTOfunSTUDIO216

et un collier. Je crois que je m'amuse plus à les fabriquer qu'à les porter.

PHOTOfunSTUDIO218

Sur un coup de tête et de coeur j'avais acheté  également ces boutons fleuris. Ils remplacent les boutons en métal de mon cardigan, que j'aime beaucoup mais que je ne supportais plus de devoir recoudre perpétuellement. Je les utiliserai autrement en les fixant avec un galon.

PHOTOfunSTUDIO225

 

Enfin, j'ai avancé ma broderie, terminé les grandes feuilles de la plante du milieu, ajouté les détails des nervures et points, et complété la suspension.

PHOTOfunSTUDIO220

Brodé les tiges de la troisième, et plein de petites feuilles rondes. Mis l'ouvrage dans son cadre-tambour de brodeuse.

PHOTOfunSTUDIO221

Je vais pouvoir commencer le troisième et dernier motif.

J'ai hâte de découvrir ce que mes camarades Mamylor et Passiflore ont réalisé ou commencé depuis le mois dernier. Je vous rappelle que vous pouvez vous joindre à nous. D'ailleurs je crois que c'est le cas de Cléo.

Très bonne journée.

Posté par Florencecholet à 09:45 - Commentaires [20] - Permalien [#]
06 février 2020

AU PAYS DES JARDINS VERTS 3 BIS

L'après-midi devait se poursuivre sur la belle trajectoire ainsi initiée. Antoine Breuvart et sa pépinière nous attendaient. Sur le chemin, nous avons une fois encore apprécié le fleurissement des villages dont beaucoup pourraient s'inspirer.

Un jardin foisonnant nous accueillait au sein duquel se glissaient de prometteurs semis maison, de prunus si je ne m'abuse.

En raison de multiples projets en cours, la pépinière n'était pas très garnie, nous étions tout de même dans un mois de juillet caniculaire, mais nous avons passé un très intéressant moment à écouter Antoine Breuvart, parcourir son jardin à sa suite, découvrir ses plantes, et choisir quelques pépites à ramener.

PHOTOfunSTUDIO194

PHOTOfunSTUDIO195

PHOTOfunSTUDIO196

PHOTOfunSTUDIO197

Puis comme nous évoquions le jardin de Marie-Ange dont il est le gendre et que nous n'avions pas prévu de voir ayant appris qu'elle désirait arrêter les visites, il proposa de l'appeler, et elle accepta au pied levé de recevoir notre petite équipe ravie de cet impromptu.

Et franchement, nous nous sommes régalés !

Ouvert, profus, gai, enthousiaste, d'une générosité sans borne, le jardin est l'exact reflet de son attachante jardinière au tempérament artiste.

PHOTOfunSTUDIO198

Partout l'exubérance est à son comble agrémentée d'amples respirations,

PHOTOfunSTUDIO200

les végétaux majestueux dans leur plénitude.

PHOTOfunSTUDIO199

Formes et couleurs se mélangent avec bonheur.

PHOTOfunSTUDIO201

Le foisonnement intense se laisse canaliser en arches, pergolas, sentiers, haies basses.

PHOTOfunSTUDIO202

 Chacun est un bonheur à suivre, dévoilant un autre aspect des lieux.

PHOTOfunSTUDIO203

PHOTOfunSTUDIO204

PHOTOfunSTUDIO205

Partout, des éléments de décoration créés par Marie-Ange, des objets chinés, patinés.

PHOTOfunSTUDIO206

PHOTOfunSTUDIO207

PHOTOfunSTUDIO208

Enfin, nous arrivons dans l'endroit préféré de Marie-Ange : son potager dans lequel poussent aussi bien fleurs que légumes.

PHOTOfunSTUDIO209

Car la jardinière est également une fine cuisinière qui trouve ici tous les ingrédients nécessaires à la confection de recettes qu'elle nous a fait goûter et partagées. Comme la recette de l'eau de rhubarbe pour laquelle on utilise 500 g de tronçons non épluchés, mélangés à 150 g de sucre et mouillés de deux litres d'eau bouillante. Après 24h de macération, on filtre et on sert frais. Ou la confiture de patates douces, délicieuse ! Cuire 800 g de patates, les passer au presse-purée, ajouter 750 g de sucre de canne à confiture, une demie gousse de vanille et deux bâtons de cannelle. Recuire 7 à 8 mn en mélangeant (attention aux cloques). C'est prêt.

PHOTOfunSTUDIO210

Les invités de notre hôtesse arrivaient, nous nous quittions à regret sur une dernière recette de beurre parfumé, dûment munis de graines et boutures. Conquis !

PHOTOfunSTUDIO211

Une très belle rencontre et un excellent souvenir.

Belle fin de semaine à tous et toutes.

 

Posté par Florencecholet à 00:44 - Commentaires [13] - Permalien [#]

AU PAYS DES JARDINS VERTS 3 : EMOTIONS ET GENEROSITE

Séricourt, lieu mythique, jardin rêvé, allait ce jour prendre corps ailleurs que dans mon imaginaire. Sans toutefois s'en évader totalement.

L'écho que j'en avais s'avérait partiel, aussi ai-je été étonnée, surprise parfois, ai reconnu certains endroits. Et me suis-je laissée porter par le lieu au gré d'un itinéraire de plus en plus détaché du plan de visite que nous avions d'abord pensé suivre.  

Rapidement chacun a pris son chemin suivant ses sensations et ses envies. Séricourt n'est pas un jardin botanique, ce n'est pas un jardin de beaux coups d'oeil figés, il n'est pas didactique. C'est un jardin qui raconte des histoires, l'Histoire aussi. C'est un jardin funambule qui propose sur un fil de poésie des jardins multiples appelant au rêve, à la réflexion, au jeu même, au détachement. Un jardin duquel émane une union avec le végétal et un apaisement certain.

PHOTOfunSTUDIO93

La visite débute sous le couvert de grands arbres abritant un sous-bois dense, animé d'érables et arbustes contrastant,

PHOTOfunSTUDIO91

mais déjà l'oeil et l'esprit sont attirés par des sentiers, quelques marches, des points de lumière vive.

PHOTOfunSTUDIO92

Nous prenons néanmoins le temps de parcourir le labyrinthe de graminées et admirer les arbres émergeant de cubes de métal fracturés. Quel plaisir, cette sensation de se promener dans une prairie géante !

Grand moment attendu, la découverte du jardin guerrier. Ces terres du nord sont nourries des ravages des guerres, elles en portent les stigmates et en exsudent encore les reliques. Ce jardin se fait mémoire, racontant les soldats alignés, les conciliabules des chefs, la tension, l'embrasement, le champ de bataille,

PHOTOfunSTUDIO101

PHOTOfunSTUDIO102

les fuyards, les rescapés, le sang versé, la nature ravagée.

PHOTOfunSTUDIO103

Puis le cheminement vers la trêve, le repos des âmes des morts et des vivants, l'envie d'un devenir,

PHOTOfunSTUDIO104

l'espoir d'une paix infinie.

PHOTOfunSTUDIO105

Qui se dessine au creux d'un jardin de roses japonaises,

PHOTOfunSTUDIO108

se profile sur le parvis,

PHOTOfunSTUDIO109

et nous étreint sur le seuil de la cathédrale.

PHOTOfunSTUDIO111

PHOTOfunSTUDIO112

Un sentiment de plénitude se fait jour,

PHOTOfunSTUDIO114

une envie d'embrasser la vie,

PHOTOfunSTUDIO117

l'accueillir dans sa variété, la fêter.

PHOTOfunSTUDIO122

Repartir sereins et radieux.

PHOTOfunSTUDIO90

Et tout de suite, la suite dans un message bis pour éviter que celui-ci ne soit trop lourd ou trop long.

Posté par Florencecholet à 00:43 - Commentaires [9] - Permalien [#]
29 janvier 2020

DANS LES COULISSES DU JARDIN

Si le jardin ne dort que d'un oeil en janvier, livrant quelques corolles salvatrices aux égarés du moment, je n'aurais pas imaginé y planter encore ce mois-ci. C'était sans compter avec les charmantes attentions de mes camarades jardiniers qui m'offraient pour le Nouvel An un superbe nandina tout de pourpre vêtu.

Il n'en fallait pas plus pour réveiller des ardeurs jardinières à peine assoupies. Ce bel arbuste complèterait à merveille ce petit coin de massif que j'avais commencé à habiller d'un décor hivernal l'an passé avec les bois rouges du cornouiller, et le bergenia à fleurs blanches. Mais il me fallait lui donner un fond sur lequel il puisse faire valoir ses qualités. Un coup de chance mit sur ma route un conifère bleuté aux extrémités lumineuses. J'ajoutais à mon panier quelques hellébores et une graminée à la chaude blondeur qui répondrait aux tonalités de sa voisine.

PHOTOfunSTUDIO183

A gauche, la nouvelle graminée, en fleurs, les hellébores, puis le cornouiller à bois rouge devant le conifère. A droite enfin, le nandina soutenu par une collerette d'heuchères sombres. La machine relancée, un sarcococca aux sombres feuilles et parfum enivrant vint compléter le tableau.

PHOTOfunSTUDIO188

Dans quelques mois le visage de ce massif aura complètement changé, mais je suis ravie de profiter de ce spectacle quand le ciel chavire et m'oblige à rester le nez au carreau. Et de savoir que je le retrouverai ensuite.

PHOTOfunSTUDIO179

En mars, les arbustes caducs, quasi invisibles en ce moment, fleuriront, pendeloques jaunes acidulées du stachyurus et clochettes ivoires de l'abéliophyllum, en avril leurs feuillages se déploieront. En mai plus haut 'Rhapsodie in blue' étalera ses corolles et la glycine blanche consentira peut-être à offrir quelques grappes. En juin, le délicieux 'Auberge de l'Ill' se joindra à la mêlée des sauges et des heuchères surplombées par la grande valériane officinale. L'été endormira-t'il encore les végétaux dans sa torpeur implacable ? L'automne saura-t'il cette année trouver plus de couleurs ?

PHOTOfunSTUDIO191

Entre ses sautes d'humeur janvier se faisait si doux, les rosiers prenaient un élan qu'il fallait canaliser au risque de se faire peur devant le résultat. Les souvenirs de l'an passé, qui me vit jouer du sécateur aussi largement, me rassurent un peu.

PHOTOfunSTUDIO181

En mars, les feuillages s'étoffaient déjà, en avril et mai les arbustes et lianes croulaient sous les roses, en juin les vivaces comblaient les creux entre deux vagues fleuries. Septembre ranimait les ardeurs éteintes par la chaleur estivale. En novembre, les caducs n'avaient pas encore abandonné la partie.

PHOTOfunSTUDIO193

A cette période, le pied du cerisier parait bien dégarni malgré la giroflée qui m'a tant fait peur cet été. Les géraniums vivaces ajoutés cet automne en couvre-sol, la pervenche panachée et le nandina 'Pink Blush' devrait à terme y remédier. Puis le passage des jours amenant d'abondantes splendeurs.

PHOTOfunSTUDIO182

Dès mars la giroflée se couvrira de fleurs pour plusieurs mois. En avril, les feuilles toutes neuves ajouteront leurs couleurs, les rosiers ensuite. Puis en septembre la vedette sera laissée aux frondaisons mûrissantes qui animeront octobre de couleurs changeantes avant leur chute.

PHOTOfunSTUDIO192

Dans la haie, le spectacle parait figé pour quelques mois.

Mai

Les coussins des graminées, épimèdes, sisyrinchiums, sauges, lavandes, bruyère d'Irlande, et hélianthèmes semblent intangibles. En mars on perçoit les variations de couleurs qu'accompagnent les bulbes fleuris. Rosiers, sauges, bruyère et sisyrinchiums magnifieront la fin du printemps. Au coeur de l'été, dans l'automne, sauge et bruyère persisteront sous l'immense éventail des tiges de la stipe géante.

Une évolution lente doit se faire avec la pousse du rosier et de l'arbre à neige, encore jeunes et bas. Du fait aussi de l'abandon du forsythia dont le dépérissement est de plus en plus marqué.

PHOTOfunSTUDIO190

Le portillon bleu dépouillé de ses atours habituels prend des allures de gravure japonaise encadré de formes taillées, orné des pompons rose tendre de la viorne. Souvent le tableau s'enrichit de la joliesse des mésanges.

Si l'endroit est parfois remanié, notamment en raison de la pousse des vivaces, la structure reste stable, et la partition connue. C'est le plus ancien massif du jardin et il a trouvé une assise qui me convient.

PHOTOfunSTUDIO178

Les primevères, violettes et hellébores accompagneront le passage de l'hiver au printemps, la floraison du petit prunus. Les roses feront une entrée triomphale et vibrante. Une baisse de ton est à prévoir au plus fort de l'été jusqu'à l'apparition conjuguée des asters multicolores et feuillages automnaux. L'ajout de quelques délicates comparses cet automne donnera un éclat supplémentaire à cette scène bien rôdée mais toujours plaisante.

Tout au moins je l'espère. Ainsi va la vie au jardin en janvier entre attente, espoirs, préparatifs et anticipation de la pièce qui se jouera au long de l'année dans le théatre végétal, dont les actrices principales du moment vous saluent.

PHOTOfunSTUDIO189

Belle semaine.

 

Posté par Florencecholet à 00:32 - Commentaires [11] - Permalien [#]