L'OEIL ET LA MAIN

25 septembre 2016

NOUVELLES CHINES

Après la grosse brouette du mois dernier, j'ai chiné plus modestement, avec tout autant de plaisir.

PHOTOfunSTUDIO2418

A Langeais, cette jolie paire de gants en cuir, qui sera très chic avec mon manteau pied-de-poule,

PHOTOfunSTUDIO2419

Ce décamètre bien pratique pour mes travaux dans le jardin. Un petit bâton dans l'anneau rouge pour bloquer l'extrémité et je mesure ce que je veux comme je veux, toute seule comme une grande. D'ailleurs je l'ai déjà utilisé, je vous raconte bientôt. J'aime bien chiner mes outils, ça prolonge leur vie, c'est écolo, et souvent ils sont plus costauds et mieux conçus que ce qu'on nous vend de nos jours. En plus Made in France !

PHOTOfunSTUDIO2422

Et un petit cadeau de ma copine Carole qui tenait un stand.

PHOTOfunSTUDIO2420

Au tableau ! Merci Carole !

PHOTOfunSTUDIO2421

Le lendemain, à Montsoreau où je n'avais pas mis les pieds de l'été, j'ai déniché ce trio métallique. La bassine pour ma future table à rempoter, et les arrosoirs pour...le plaisir.

PHOTOfunSTUDIO2423

Un vrai petit zinc, bien ancien avec son ouverture toute ronde. La plupart des autres ont une ouverture en demi-lune.

PHOTOfunSTUDIO2424

Posé sur les chaises d'enfants il attend que je lui choisisse une place à la hauteur de ses qualités.

PHOTOfunSTUDIO2425

Quant à cet adorable jouet, il reste à l'intérieur, sa peinture a assez souffert. Pour ma part cela ajoute à son charme.

PHOTOfunSTUDIO2426

Dernière trouvaille de ce dimanche : un garde-manger dont je me suis tellement empressée de supprimer le vernis insipide que je n'ai pas eu le temps de le photographier avant que je l'ai nettoyé et repeint. Il n'est pas vraiment ancien mais parfait pour l'usage que j'en ai. J'ai utilisé mes dernières chutes de lino pour habiller le plateau.

PHOTOfunSTUDIO2428

Mes petits fruits sont enfin à l'abri des insectes. Marre de trouver des bestioles, moucherons et compagnie dans mes petites affaires ! Problème réglé !

PHOTOfunSTUDIO2429

Le week-end suivant, c'étaient les journées du Patrimoine et nous avons visité le château de l'Islette à Azay avec Marie-Noëlle, les copines, et ma soeur puis nous sommes allées découvrir la Brocante Gourmande, à Azay également, sur la D84 après le site troglodytique des Goupillères et Perré. Nous nous sommes contentées de faire le tour de la grange qui se révèle une vraie caverne d'Ali-Baba car il était déjà un peu tard. Nous ne pouvons donc dire ce qu'il en est de la restauration. Par contre nous avons trouvé les prix des objets un peu élevés et surtout pas du tout négociables. Peut-être l'effet fin de saison puisque le lieu ferme le 30. J'ai tout de même cassé ma tirelire pour cet arrosoir, encore un ! Car il n'est pas d'un modèle courant avec sa pomme courte, son bec solidement accroché, sa partie large le reliant au réservoir, ses deux anses plates et son ouverture ovale. Bizarrement, d'autres modèles, bien plus classiques et faciles à trouver étaient vendus au même prix.

PHOTOfunSTUDIO2430

A domicile, sous un ciel menaçant que la pomme de pin n'avait pas manqué de me signaler, je craquais pour ce terrarium qui depuis attend l'inspiration mais je suis occupée à autre chose pour le moment,

PHOTOfunSTUDIO2431

un tout petit moule à madeleine, moins de cinq centimètres, qui a rejoint le grand sur le plateau à gâteaux.

PHOTOfunSTUDIO2432

Et ce petit bouquet de fuschias. Tout simple qu'il soit, il m'a plu. Je le trouve frais et gai, et ce n'est pas une reproduction. Pas une grande oeuvre d'art mais une petite toile unique et signée. Elle ajoute une note de couleur à mon mur d'entrée tout juste repeint en "château grey", une des couleurs des peintures à la craie d'Annie Sloan, achetée chez "Charme d'Antan" rue de la scellerie à Tours lors de notre virée avec Marie-Noëlle et Laurence. Nous avons choisi le jour le plus chaud de l'été pour y aller ! Heureusement que le tram est climatisé...La "vraie" couleur est celle du cliché de gauche.

PHOTOfunSTUDIO2433

J'espère trouver aussi un bouquet de roses ou de lilas dans le même esprit un de ces jours.

Pas de chine aujourd'hui, le panorama de mes trouvailles de septembre est donc complet.

Je vous souhaite un très bon dimanche.

Posté par Florencecholet à 10:32 - Commentaires [10] - Permalien [#]

20 septembre 2016

ROSE

Passiflore nous invite pour le défi du jour à voir la vie en rose.

Rose2

Une telle invitation ne se refuse pas ! Le rose est bon pour l'humeur et le teint, et si je ne suis pas fana du coté fifille ou trop chichis qu'on lui donne parfois, j'aime les fleurs.

Rose5

Rose, prénom dont j'ai eu la surprise d'apprendre, que d'origine germanique, il était un prénom masculin avant d'être latiniquement phagocyté et féminisé. Rose, Rosa, Roseline, Rosalinde, Rosine , Rose de Lima sainte révérée, Rose-Marie, Marie-Rose, évoquant hélas certain produit anti petites bêtes qui ne décima pas qu'elles.

Rose, couleur tendre qui peut se faire si puissante. Tant de nuances, de tons..Impossible de ne pas en aimer au moins un. Rose doux, rose chair, rose blush, rose cendré, rose indien, rose pivoine, rose fuschia, rose cyclamen, rose vif...rose émoi.

Rose des sables, concrétions de gypse, rose des vents, 32 axes posés au XVII°.

Rose, rosam, rosis...Brel et les cours de latin, la bibliothèque rose pour petits lecteurs, vite abandonnée, idem pour les romans à l'eau de roses, que je n'apprécie pas, non plus qu'en cuisine, l'eau de rose. Les poèmes, cruel Ronsard qui souligne la brièveté de la joliesse des femmes "Mignonne, allons voir si la rose"...Et Malherbe pour consoler Monsieur du Périer de sa grande perte, "Et rose, elle a vécu ce qu vivent les roses..." Je trouve Verlaine plus réjouissant : "Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses".

Rose1

Des chansons aussi, dont certaines célébrissimes, "La vie en rose", "Roses de Picardie", "Mon amie la rose", "J'avais oublié que les roses sont roses", "L'important c'est la rose", qui fut parodiée si vous vous souvenez, la mélodramatique "Roses blanches", et cette chanson ancienne que nous connaissons tous je crois "Vive la rose et le lilas".

Une coquette moins écervelée qu'il y parait a acquis une grande renommée pour avoir cotoyé certain "Petit Prince".

Au cinéma, Rose m'évoque trois films très différents, à commencer par une comédie délirante, de Blake Edwards, la panthère rose, et son inénarrable avatar dessiné. Vient ensuite le très médiéval, monastique et saignant "Nom de la rose", et le gros choc de mes 18 ans "THE ROSE". Bette Midler.

En parlant de panthère, je pensais aux flamants bien roses si les crevettes qu'ils mangent le sont, aux petits cochons, aux éléphants qui parfois parait-il le sont, et après un petit tour sur internet découvris qu'il existait d'autres animaux roses, dont un adorable petit oiseau. Par contre, ne me parlez pas de chat nu ! Cachez cette peau que je ne saurais voir !

Et en parlant de peau, en octobre, ruban rose ! On sauve la sienne en se faisant dépister.

Rose

Bois de rose, rose trémière, rose de Noël...Si d'autres végétaux se parent de son nom, la rose est d'abord et avant tout, pour moi, cette fleur multiple aux formes et couleurs infiniment variées, il y en aurait actuellement plus de 3000 cultivars disponibles, et parfumées. Certaines, le sont, hélas, peu, et c'est pour moi une grave faute de goût. "Rosomanes", "rosophiles", collectionneurs, amateurs, les roses existent quasiment depuis la nuit des temps, on fait état de fossiles en portant traces, remontant à plus de quarante millions d'années, et font tourner la tête des hommes et des femmes depuis toujours.

Rose6

Connue et chantée depuis l'Antiquité, la rose est cultivée, multipliée et hybridée dès la fin du XVIII° siècle. Les rosiers sauvages ou botaniques sont recueillis dans leurs régions d'origine. Les premiers rosiéristes s'installent autour de Paris et Lyon. Des dynasties d'obtenteurs voient le jour : Laffay, Ducher, Guillot, Laperrière, Meilland, Noisette, Cochet jardinier d'Antoine de Bougainville, Vibert dont le prédecesseur Descemet, chargé de l'entretien du jardin des Apothicaires, rue de l'arbalète, charge héritée de son père, et jardinier de Monsieur, frère du roi, est considéré comme le premier obtenteur de roses, Jean Liaubaud... Car les rosiéristes ne sont pas de simples pépiniéristes, il font naitre de nouvelles variétés de roses.

Rose7

Marie-Josèphe Rose de Tascher de la Pagerie, vous aurez reconnu Joséphine de Beauharnais (du nom de son premier époux) adorait les roses et envoyait les botanistes par le monde pour enrichir sa collection de la Malmaison. Au point que le pépiniériste John Kennedy traversait la Manche en plein blocus pour lui fournir ses arbustes préférés.

Rose8

Elle contribua de manière décisive à la fortune des rosiéristes lyonnais et la création de la Roseraie de Lyon par un don issu de sa collection en 1805.

En 1899, Jules Gravereaux créait à l'Hay-les-Roses, la première roseraie "classique" devenue depuis la Roseraie du Val-de-Marne.

En 1867, Jean-Baptiste Guillot obtient le premier "Hybride de thé" : "La France", hybride de thé car né de roses de Chine, voyageant avec le thé de même provenance vers nos pays. Cette obtention marque l'avènement des roses dites modernes, rosiers à grandes fleurs, floribunda, rosiers anglais...Qui se distinguent de leurs ancêtres, roses dites anciennes, galliques, centifolia, mousseuses, bourbons, damas...nées ou découvertes avant 1867.

Aujourd'hui encore, nombre d'amoureux des roses se consacrent à la création de nouvelles variétés plus saines, plus solides...Comme Meilland, Kordes, Tantau, Delbard, Lens, Warren Millington, Sauvageot, Orard, Jean-Lin Lebrun, Jérôme Rateau, Daniel Schmitz, et le regretté André Eve que j'avais eu le plaisir de rencontrer au Rivau et dont l'oeuvre se poursuit dans son jardin de Pithiviers et à Chamerolles.

Rose9

Je suis tombée en amour pour les roses anciennes dès que j'ai eu mon propre jardin, mais n'ai cependant pas encore eu l'occasion de visiter un jardin ou une roseraie qui leur soit entièrement dédié. Je songe à combler cette lacune en allant l'an prochain à Doué-la-Fontaine et Chédigny. Puis un jour peut-être Bagatelle, Fontaine-Chaalis, la Roseraie de Berty, Chamerolles...

Plaisir des yeux, plaisir du nez, ce sont principalement les roses de Damas et les centifolia, si bien portraiturées par Redouté que l'on utilise en parfumerie. Depuis près de 1500 ans ! Ce que je préfère en la matière est de plonger mon nez au coeur de mes roses après l'averse quand le soleil les rassérene tout juste...Quel bonheur !

En parlant de bonheur, un aperçu des notes roses de la décoration  des salles et tables du mariage de ma filleule chérie. Les arrangements floraux sont l'oeuvre de son amie Apolline. les déco ont été fabriquées par les mariés aidés de leur entourage, le tout installé avec l'aide des cousins-cousines. Enormément d'amour dans tout ça dont la rose symbolise toutes les nuances selon la couleur, le nombre que l'on en offre à l'élu (e) de son coeur !

Rose3

Rose4

Je vous quitte avec ces mots, on ne peut plus pertinents de Pierre Dac : "Si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins d'idées noires".

Rose10

Thème du prochain défi à découvrir chez Mamylor, participant(e)s au défi chez Passiflore.

Belle et rose journée.

Posté par Florencecholet à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]
08 septembre 2016

ENCORE EN BALADE

Puisque nos promenades semblent vous plaire, je vous propose de me suivre dans des jardins qui étaient encore bien verts et fleuris début juillet.

Chaumont-sur-Loire 6-7-16

Reconnaissez-vous ce château ?

Chaumont-sur-Loire 6-7-161

Nous sommes à Chaumont-sur-Loire, le 6 juillet.

Le potager est tout pimpant appréciant le soleil qui avait bien fait défaut jusqu'alors. Chouettes tuteurs !

Chaumont-sur-Loire 6-7-162

Les murs végétaux ont fait des petits. De beaux bébés.

Chaumont-sur-Loire 6-7-163

Dans la clairière contigüe, les sculptures-graines de Didier Rousseau-Navarre.

Chaumont-sur-Loire 6-7-164

Chaumont-sur-Loire 6-7-165

Nous arrivons aux jardins du festival international. Thème choisi pour l'édition 2016 : jardins du siècle à venir. Sujet sur lequel nous avons intérêt à nous pencher, ne serait-ce qu'au regard de la météo de cette année !

Dans le désordre et pas au complet, car même en huit heures, il n'est pas possible de tout voir, un petit tour d'horizon parfaitement subjectif.

Néo Noé associe, dans le jardin partiellement submergé, hydroponie et phytoépuration. Sans négliger l'esthétique.

Chaumont-sur-Loire 6-7-166

Le cinquième rêve nous enferme au coeur d'un ancestral conte amérindien, dans le ventre des baleines, où nous vivons, forcément autonomes, à l'abri de l'océan unique qui a recouvert la terre.

Chaumont-sur-Loire 6-7-167

Chaumont-sur-Loire 6-7-168

Je reste, dit l'homme, résistant à la submersion (encore !) de son jardin et son habitat. Et improvise depuis son grenier, une vie différente, d'astuces et de récup.

Chaumont-sur-Loire 6-7-169

Chaumont-sur-Loire 6-7-1610

Le soulèvement des graines éclatant dans ce jardin invite à pratiquer de multiples cultures, mêler modes et supports, types de végétaux, observer et imaginer.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1611

Le jardin flottant du songe nous invite à chercher un équilibre entre la dynamique technologique qui épuise les ressources et la préservation des équilibres écologiques. Hydroponie et aéroponie sont mises en oeuvre pour épargner les sols et assurer une luxuriance de cultures.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1612

Humus sapiens sapiens, où comment régénérer un sol rendu infertile par l'agriculture intensive et l'urbanisation.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1613

Le jardin du parfumeur nous propose de comprendre le cheminement, de l'odeur des plantes, à la création, par associations complexes et subtiles, d'un parfum. Carte blanche à Jean-Claude Ellena qui créa pour Hermès Un jardin sur le Nil, Un jardin sur le toit...

Chaumont-sur-Loire 6-7-1614

Vivre au jardin rêve d'une osmose totale abolissant les frontières entre habitat et nature.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1615

Le champ des possibles nous ouvre des voies d'utilisations écologiques des ressources du jardin pas seulement pour se nourrir, mais aussi vivre, habiter...Tous les matériaux du futur sont dans nos jardins.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1616

Chaumont-sur-Loire 6-7-1617

Rooftop power plant complète ce panorama des possibilités des jardins qui isolent, réchauffent l'atmosphère ou la rafraichissent, purifient l'air et peuvent même produire de l'énergie.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1619

Puis un jour, nous irons tous au jardin, pour une dernière étreinte naturelle.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1618

Passons dans les Prés du Goualoup où nous attendent jardins pérennes des quatre coins du monde et oeuvres d'art.

Carré et Rond, jardin du paysagiste chinois Yu Kongjiang.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1620

Hualu, Ermitage sur Loire, créé par le spécialiste du jardin chinois Che Bing Chiu.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1621

Chaumont-sur-Loire 6-7-1622

Le jardin anglais, entre tradition et modernité.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1623

Le jardin coréen, à mi-chemin des jardins chinois et japonais.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1624

Chaumont-sur-Loire 6-7-1625

Les jardins japonais, créés par les grnads paysagistes Shodo Suzuki et Fumiaki Takano.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1626

Carbon pool, oeuvre de Chris Drury, dialogue avec les cèdres de l'époque de la princesse de Broglie.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1627

Comme les formes végétales de Patrick Dougerthy ou celles en fonte de fer de Vincent Barré dans le parc historique.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1628

Nous avons flâné, regardé, observé, humé, ressenti, réfléchi et l'heure a tourné, il est temps de laisser Chaumont et ses jardins.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1629

Un dernier regard vers la Loire. Puis rentrer rêver d'autre lieux, d'autres jardins.

Chaumont-sur-Loire 6-7-1630

Je vous souhaite un très beau week-end.

Posté par Florencecholet à 21:05 - Commentaires [20] - Permalien [#]
03 septembre 2016

PROMENADE POUR LE WEEK-END

Deux jardins autour de beaux châteaux, le programme vous convient ?

Commençons par Villandry où nous nous contenterons du jardin, la chaleur nous ayant fait sortir tard.

Villandry 11-082

Après avoir admiré les façades et la cour d'honneur, nos regards se tournent vers le potager.

Villandry 11-083

Beau, classique, aux couleurs très affirmées cette année. J'ai aimé l'utilisation des graminées qui donnent de l'élan.

Villandry 11-084

Un foisonnement agréable par ces temps chauds.

Villandry 11-085

A gauche, le canal nous guide vers le jardin d'ornement. Le donjon est le vestige du château du XII° siècle rasé pour édifier Villandry vers 1536.

Villandry 11-086

Villandry 11-087

Le jardin d'eau dans sa simple sobriété est un bonheur frais.

Villandry 11-088

Montons au belvédère pour mieux profiter des dessins des salons de l'amour et de la musique. Les pergolas et la proximité de la forêt apportent un peu d'ombre. Malgré un ciel chargé ce jour, le soleil tape fort sur les buis.

Villandry 11-0810

Entrons à présent dans le jardin du soleil, principal objet de ma visite. Lors de mon précédent passage, ce lieu venait d'être créé et me paraissait très prometteur. J'avais hâte de voir le résultat.

Villandry 11-0811

La densité atteinte est impressionnante et j'ai aimé beaucoup d'associations. Beau travail sur les bleus et blancs dans la chambre des nuages.

Villandry 11-0812

Villandry 11-0813

Villandry 11-0814

Villandry 11-0815

Villandry 11-0816

Ici, vous vous en doutez nous entrons dans la chambre du soleil.

Villandry 11-0817

Villandry 11-0818

Villandry 11-0819

Passage dans le jardin des simples,

Villandry 11-0820

qui offre de jolies vues plongeantes sur le potager.

Villandry 11-0821

Villandry 11-0822

Villandry 11-0823

Redescendons tranquillement vers le château pour lui dire au-revoir.

Villandry 11-0824

Pour l'intérieur et des infos sur l'histoire de Villandry vous trouverez ce qu'il vous faut sans problème sur le net. Je ne vous montre pas tout, car d'une part mon appareil a fait un petit caprice, d'autre part, je vous laisse le plaisir de la découverte, souhaitant juste vous donner envie d'y aller voir de plus près.

Riche également d'une histoire ancienne, même si moins réputé, rendons nous à présent au Rivau. Savez-vous que Jeanne d'Arc était allée y chercher ses chevaux d'équipage avant le siège d'Orléans en 1429 ?

Je vous y ai déjà convié mais ne me lasse pas de ses jardins de contes de fées et ai chaque fois l'impression de faire de nouvelles balades tout en étant dans un lieu familier, d'autant que les jardins évoluent et les oeuvres d'art se renouvellent.

Le Rivau 12-081

Le Rivau a eu la chance de ne pas être démantelé par Richelieu qui cherchait partout les pierres nécessaires à l'édification de sa ville idéale.

Le Rivau 12-082

Autre temps, autre monde, allons de suprise en surprise sur les traces des êtres de légendes.

Présence de géant avérée, Gargantua n'a pas fini son arrosage ! Voyez-vous le bonhomme de bois qui guette ?

Le Rivau 12-083

Le sentier du Petit Poucet nous conduit vers la forêt enchantée. Très fréquentée !

 

Le Rivau 12-085

Restons à l'abri des arbres pour découvrir au coeur d'une clairière le labyrinthe d'Alice. Au pays du Rivau.

Le Rivau 12-084

Chat, lapin blanc, flamand rose, de drôles d'oiseaux, qui ne sont pas seuls...

Le Rivau 12-086

Dans cette autre clairière vit la famille pot de fleurs entourée de ses animaux de compagnie.

Le Rivau 12-087

Après avoir jeté un oeil circonspect sur la cabane de l'ogre et ses ruches sans les déranger, nous passons un doux moment dans les hamacs du Bois Amoureux, à contempler le ciel au-dessus des cimes nonchalantes,

Le Rivau 12-088

traversons la forêt qui court encore et toujours de ses longues jambes rouges, en direction du sentier des parfums.

Le Rivau 12-089

Le soleil cru ne me permet pas de prendre de jolies photos des massifs bleus et blancs. Je me rattrape avec le chemin des fées aux couleurs plus pimentées

Le Rivau 12-0810

Dans le verger, Monsieur et Madame Paon cherchent fraicheur et nourriture.

Le Rivau 12-0811

Le Rivau 12-0812

Le jardin clos des filtres d'amour sur la gauche,nous attire vers lui et nous délaissons momentanément le verger. Que nous retrouvons pour longer le jardin de Raiponce, contourner les douves et franchir le pont-levis.

Le Rivau 12-0813

A l'intérieur, des artistes ont bousculé l'ordonnancement habituel de la salle des trophées.

Le Rivau 12-0814

Le Rivau 12-0815

Au premier la salle des dames accueille d'étranges pensionnaires.

Le Rivau 12-0816

La chapelle baignée de lumière respire la sérénité.

Le Rivau 12-0817

Quittant le bâtiment et son jardin secret nous gagnons l'ombre du pressoir où une exposition richement documentée nous en apprend beaucoup plus sur l'histoire de ce charmant château qui dormit près de 300 ans avant de renaitre au début des années 90.

Le Rivau 12-0818

A bientôt, château des rêves.

Le Rivau 12-0819

Très bon week-end.

 

Posté par Florencecholet à 15:22 - Commentaires [15] - Permalien [#]
30 août 2016

BELLES CHINES D'ETE

Le mois d'août s'ouvre avec la brocante de Bourgueil dont il est rare que je revienne sans jolie trouvaille. Cette édition n'a pas échappé à la règle. J'y ai déniché LA brouette, grande et solide dont j'avais croisé un exemplaire dans une maison forestière. Et que j'avais immédiatement vue en chaise longue. Je peux vous dire qu'on l'a admirée, ma brouette, pendant que je la ramenais jusqu'à la voiture. Un petit papy a même apprécié en connaisseur la façon dont j'ai réussi à la rentrer dans le coffre !

PHOTOfunSTUDIO2407

Vinrent ensuite à la file Crouzilles et Richelieu. Crouzilles est l'une de ces manifestations mixtes et rares où l'on peut trouver de belles choses auprès des particuliers. Richelieu est réservée aux professionnels.

A Crouzilles où se pressait un monde fou, dès le matin, je dénichais cette affiche scolaire longtemps cherchée.

PHOTOfunSTUDIO2408

Puis ces deux cafetières individuelles dont je n'avais même pas rêvé, ignorant qu'il en existait dans les dinettes.

PHOTOfunSTUDIO2409

Sur le même stand ce moulin à légumes satisfaisait enfin mon espoir d'en dénicher un au complet. Celui que j'avais déjà est plus grand, mais n'avait pas de manche.

PHOTOfunSTUDIO2410

Cette ombrelle tombait à pic pour compléter ma tenue pour le mariage de ma filleule. Il ne lui manquait qu'un point pour que la baleine fugitive reprenne sa place et qu'elle soit comme neuve.

A Richelieu, ce sont cette étagère et ce... corail ? qui m'attendaient. Si les connaisseuses peuvent me dire de quoi il s'agit, je ne suis pas sûre du tout que s'en soit un. Merci à vous.

PHOTOfunSTUDIO2411

En tout cas, il ou elle a tout de suite trouvé sa place.

PHOTOfunSTUDIO2412

L'étagère avec son profil en ailes d'avion typique, a, comme je l'avais imaginé en la voyant, pris place dans un angle du séjour, remplaçant la précédente en offrant le double de rangement. Il lui a fallu un nettoyage sérieux, un bon poncage et deux couches de cire pour être toute pimpante. Mise en situation, je trouvais toutefois qu'elle créait un bloc monochrome un peu important comme vous l'avez peut-être vu sur une photo du message du 20. D'où la décision de tapisser le fond avec un des papiers peints ayant servi à habiller les chaises en formica de la cuisine. Il faudra ensuite que je me penche sur la déco car je me suis pour le moment contentée de remettre plus ou moins en place les objets qui habillaient l'étagère précédente.

PHOTOfunSTUDIO2417

Enfin je craquais sur ce charmant jouet auquel manquent quelques roues. Ce diable pour charger la charrette...Trop mignon.

PHOTOfunSTUDIO2413

Après un week-end sans chine, mariage oblige, je terminais le mois à Ballan en dénichant ces bricoles et rencontrant Carole :

un peu de matériel électrique pour de futurs travaux avec enfin un interrupteur olive utilisable,

PHOTOfunSTUDIO2414

ce bocal avec un ingénieux système de fermeture que je ne connaissais pas. Le couvercle métallique se superpose au couvercle de verre. En tournant la partie métallique, on bloque le tout, le bocal est fermé.

PHOTOfunSTUDIO2416

Et ce miroir de sorcière dont je ne suis pas sûre de conserver le cadre. J'attends l'inspiration en m'occupant du jardin.

PHOTOfunSTUDIO2415

Je vous souhaite une belle semaine et bon courage à tous ceux et celles qui "rentrent".

Posté par Florencecholet à 23:55 - Commentaires [18] - Permalien [#]

26 août 2016

JARDIN D'AOÛT, JARDIN CUIT

Quel mois ! Alors que l'été avait plus que pris son temps pour s'installer en juillet, Un coup de chaud soudain soufflait les fleurs comme autant de fragiles flammes, les éteignant une à une, impitoyablement.

Au tout début du mois, l'aster divaricatus ouvrait ces menues étoiles que j'aime tant, écloses comme autant de lucioles au bout des fines tiges noires.

PHOTOfunSTUDIO2385

Le mini lilas m'offrait à nouveau d'adorables grappes.

PHOTOfunSTUDIO2386

 

PHOTOfunSTUDIO2396

Et le grand aster rose me surprenait avec une ouverture anticipée.

PHOTOfunSTUDIO2387

Puis les choses se gâtaient. Dans les buis, je me rendais compte que les pyrales avaient sévi et que les atteintes étaient nettement plus importantes que lors de la première infestation. Des feuilles collées, grignotées, des soies abritant ce qui ressemble à de petites graines : l'ennemi est là.

PHOTOfunSTUDIO2388

Je me suis donc résolue à sortir l'artillerie, bio mais lourde, pour traiter. Désolée pour les bébètes que je laisse d'habitude sévir, le risque d'éradication de l'espèce végétale est trop élevée. Si les pyrales ne tuaient pas leurs hôtes, je les aurais laissé vivre. Le traitement s'est avéré efficace mais la vigilance reste de mise, ces papillons ont un troisième cycle, dernière ponte en septembre.

PHOTOfunSTUDIO2389

Les températures montent, le véronicastrum gondole !

PHOTOfunSTUDIO2390

Certains arbustes passent en "mode survie" arrêtant d'alimenter une partie de leur ramure pour se préserver. La pelouse arrête de pousser, les épervières s'en donnent à coeur joie et colonisent l'espace.

PHOTOfunSTUDIO2391

'Bougainville' et phlox prolongent leurs accordailles quelques jours.

PHOTOfunSTUDIO2392

PHOTOfunSTUDIO2393

Le chardon et la sauge deviennent aussi bleu que le ciel, ou est-ce l'inverse ?

PHOTOfunSTUDIO2395

Le charmant 'Blush Noisette' s'est encore une fois couvert de ses corolles si douces à l'oeil et au nez. La lumière était si crue que je n'ai pas réussi à rendre cette splendeur dont je souhaitais vous faire profiter.

PHOTOfunSTUDIO2397

Sans conteste le rôle phare a été tenu par les deux 'Pierre de Ronsard' qui nous ont gratifié d'une seconde floraison d'une vigueur et d'une intensité incroyables sous la canicule.

PHOTOfunSTUDIO2398

Autant la première édition m'avait un peu laissée sur ma faim autant la seconde m'a éblouie. Les roses sont peut-être moins pleines, elles n'en sont que plus émouvantes à mes yeux.

PHOTOfunSTUDIO2399

Et que dire de ce tendre verbascum qui s'est efforcé chaque jour d'ouvrir un bouton de plus. Elles sont bien courageuses et solides finalement ces plantes qu'on  trouve si fragiles.

PHOTOfunSTUDIO2400

'Domaine de Courson' a offert très sporadiquement quelques fleurs, mais je ne le blâme pas, tout occupé qu'il est à fabriquer deux nouvelles grosses branches.

PHOTOfunSTUDIO2401

Et divine surprise, les deux gros boutons touts ronds de l'hydrangea involucrata arrivé ce printemps se sont tout à coup transformés en jolies fleurs toutes fraiches. Je n'en attendais pas tant en si peu de temps.

PHOTOfunSTUDIO2402

Le petit serrata ne se laisse pas impressionner par bien plus gros que lui.

PHOTOfunSTUDIO2403

Après une première période de forte chaleur, nous voici maintenant en pleine canicule. C'est notre huitième été, et Jardin de la Chineuse et moi n'avions jamais encore connu de températures aussi élevées, de jour comme de nuit.

La pelouse paillassonne comme jamais, crisse sous les pas, l'arbre de Judée perd ses feuilles, le cornus laisse pendre lamentablement les siennes, un des épimèdes se transforme en fantôme, le lilas microphylla a grillé, les grands asters remisé toute velléité de floraison...

PHOTOfunSTUDIO2404

Ne restent ce jour que ces rares courageuses, cléome, achillée, aster divaricatus. Je veille sur mes autres pensionnaires espérant qu'elles reprennnent vie et courage dans quelques temps. Je me demande où est passée toute cette eau qui nous est tombée sur la tête pendant près de six mois et ne me plains pas d'une chaleur qui nous a fait longtemps défaut. Juste un problème de dosage du ciel !

PHOTOfunSTUDIO2405

Dans mon message précédent j'ai oublié de vous dire que j'étais retournée à Chaumont-sur-Loire. Avec Villandry et Le Rivau, j'ai donc des jardins en bien meilleur état que le mien à vous montrer, ce qui ne saurait tarder.

En attendant, pour se quitter sur un sourire, à la mode d'Antiblues dont je vous encourage à visiter le blog, cette notice de préparation, très éco-friendly, découverte inopinément.

PHOTOfunSTUDIO2406

Beau week-end. A très vite.

Posté par Florencecholet à 18:31 - Commentaires [13] - Permalien [#]
22 août 2016

RETROSPECTIVE

Soène pour ce défi du 20 août nous demande la rétrospective de notre été. Bon, je veux bien jeter un oeil sur ce qui est passé mais n'oublions pas qu' au vu du calendrier, nous avons encore un mois devant nous.

Donc rapide rétrospective de ces deux tiers d'été.

De mon côté, rien de particulier. Eté at home. Passage des jeunes.

Vous l'avez vu déjà, j'ai lu. Chiné, flané, visité.

Ouvert magistralement la saison en assistant à un concert en plein air de Mika. J'aime bien ses chansons sans toutefois m'intéresser de plus près à ce qu'il fait. Mais quand mes soeurs m'ont proposé de les accompagner, je me suis dit que ce serait sympa. Et j'ai découvert une bête de scène, un artiste spontané et généreux... Conquise. De plus nous sommes pratiquement tout le temps passées à travers les gouttes.

PHOTOfunSTUDIO2373

Quelques jours plus tard, visite de cette expo dont je vous ai montré ce qui m'avait le plus plu. D'ailleurs côté "plu" nous avons fait la route sous une bonne averse, la météo n'ayant pas encore alors intégré le calendrier.

PHOTOfunSTUDIO2381

Puisque les températures restaient assez fraiches, j'en ai profité pour finir quelques peintures extérieures. Après le petit meuble vu le mois dernier, ce sont le volet et la console qui ont eu droit à leur rafraichissement.

PHOTOfunSTUDIO2380

Juillet a filé sur son aire, août à fait son apparition dans la chaleur retrouvée.

Ce mois s'ouvre traditionnellement dans notre ville avec le marché médiéval dont je n'ai rien à vous montrer ayant oublié mon appareil à la maison. La journée se termine les yeux levés vers le ciel à guetter les étoiles filantes. Sans doute arrivées après que je me sois endormie.

PHOTOfunSTUDIO2375

Le ciel arbore enfin ce beau bleu soutenu et profond qui signe un vrai été.

PHOTOfunSTUDIO2376

Victime collatérale ! Le tuyau ne sert qu'aux plus fragiles, la pelouse n'en fait pas partie.

PHOTOfunSTUDIO2377

Enfin se laisser aller au farniente...

PHOTOfunSTUDIO2378

Puis finir les préparatifs pour le mariage de ma filleule. Ajouter ma patte aux vêtements achetés pour l'occasion. De la robe, j'ai gardé l'encolure plissée et l'ourlet. J'ai prolongé les plis, repris toute la ligne et modifié les mancherons. Sur le manteau tout uni, j'ai ajouté un col asssorti et deux petits galons.

PHOTOfunSTUDIO2379

Atelier origami pour la table des enfants : grues, moulins et grenouilles sauteuses.

PHOTOfunSTUDIO2374

Une carte maison pour notre participation au futur voyage des mariés.

 PHOTOfunSTUDIO2384

Dans la foulée un peu de couture pour la maison. Housses de coussins réalisées avec les tissus trouvés lors de l'expo Abcd'air à Noizay en juin, mini triangles sur le haut du canapé, fleurs de cerisier et pois. Sur les fauteuils, tissu à motif nid d'abeilles de chez Linnamorata.

PHOTOfunSTUDIO2382

Me suis procurée un nouveau beau livre. Farniente absolu, je ne sais pas faire.

PHOTOfunSTUDIO2383

Puis comme je n'arrive pas à rester bien sage sur mon transat à buller très longtemps, promenade dans les jardins de Villandry avec fils chéri.

Villandry 11-08

Au Rivau, le lendemain.

 Le Rivau 12-08

Je vous ferai partager ces balades dans quelques jours, promis.

Si la technique ne me trahit pas une nouvelle fois.

Ma filleule épousant l'homme de sa vie ce week-end, j'ai voulu préparer ce message la veille et je me suis trouvée dans l'impossibilité d'y parvenir. Pour la première fois après plusieurs années de participation à ce sympathique défi, vous m'en voyez marrie. J'espère que vous accepterez mes excuses et cette participation légèrement différée.

Les participants au défi sont à découvrir, si ce n'est déjà fait chez Soène et le thème du prochain défi auquel vous êtes tous et toutes invités à participer chez Passiflore.

Beau et bon début de semaine.

 

Posté par Florencecholet à 14:19 - Commentaires [11] - Permalien [#]
10 août 2016

BOUQUINS # 7

Un peu, voire beaucoup de lecture pour l'été, il était temps !

PHOTOfunSTUDIO2369

Photo de groupe au bord du fleuve, Emmanuel Dongala. Babel

Le fleuve est en Afrique, le groupe constituée de femmes dont j'ai, au fil des pages, partagé la vie, vécu ces moments plein de craintes et d'humanité en tremblant pour elles. Un voyage dans la réalité sans fard mais pas sans tendresse, ni rires.

Coup de poing et coup de coeur.

Une main encombrante, Henning Mankell. Points

Ce court roman est la dernière enquête de Kurt Wallander, ce policier lunaire auquel je me suis comme des millions de lecteurs beaucoup attachée. La post-face concernnt les relations de l'auteur et son personnage qu'il abandonne aux "bons soins" d'Alzheimer, résonne d'autant plus fortement maintenant que l'auteur lui-même a disparu.

Tony Hogan m'a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman, Kerry Hudson. 10/18

Vivement la fin des titres à rallonge ! Naitre en écosse en pleine crise des années 80 dans une famille pauvre et déjantée, ce n'est pas de la tarte ! Le livre rend crûment cette réalité et c'est parfois difficile à supporter. Tant d'écueils, de ratés, de misère sociale et parfois intellectuelle. Cependant une telle volonté de vivre et d'avancer soutient l'héroïne qu'on arrive tout de même à respirer.

Cent portes battant aux quatre vents, Steinunn sigurdardottir. 10/18

Un bref roman pour un bref aparté dans la vie d'une femme qui aime et a aimé. Accords et désaccords majeurs et mineurs, du coeur et du corps. Saveurs multiples.

Un fragile espoir, Hannah Richel. Pocket

Dénouer un passé violent pour avoir une vraie vie. Enquête sur une disparition menée par une héroïne attachante. Un bon moment à passer.

Le collier rouge, Jean-Christophe Rufin. Folio

L'enfer est pavé de bonnes intentions. Ce récit poignant en est une terrible illustration. Pour une fois je serai tentée de vous dire "à lire absolument".

PHOTOfunSTUDIO2370

Monnaie de sang, Patricia Cornwell. Le Livre de Poche

Inhumaine, Patricia Cornwell. Editions des deux terres

Le petit "coup de gueule" de la chronique. Encore une fois, c'est très bien ficelé, écrit...J'ai juste un petit peu de mal avec une certaine paranoïa suscitée par les agissements douteux de certaines Agences. Passé cette réaction personnelle (ras-le-bol des théories du complot partout, je veux pouvoir être en confiance de temps en temps), je me suis laissée prendre par l'histoire et l'enquête au point qu'arrivée à la 600 ème page, je me suis sentie complètement flouée par une fin qui n'en était pas une. Puis je suis allée, chose que je ne fais pratiquement jamais, chercher la suite chez mon libraire, pas encore parue en poche. Après 496 nouvelles pages d'un pavé dont la lourdeur nuit à mes vertèbres, et une remarquable progression dramatique, l'affaire n'est pas encore soldée !

Dans la ville en feu, Mickael Connely. Le Livre de Poche

Vingt ans après, la plume incomparable de Connely nous plonge au coeur des terribles émeutes que Los Angelès a connu en 1992, et qu'il a vécu, alors journaliste. Vingt ans après nous faisons à l'envers dans les pas d'Harry Bosch, le chemin qui a conduit une journaliste à la mort en périphérie de ces émeutes. Décidemment, Connely et Bosch restent mes auteur de polar et personnage inspecteur favoris !

 L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, Romain Puértolas. Le Livre de Poche

Pour rire souvent et réfléchir un peu.

N'oublier jamais, Michel Bussi. Pocket

Faux-semblants, retournements de situation...Pas moyen de savoir sur quel pied danser avec ce roman déroutant. Un bon Michel Bussi

Un vent de cendres, Sandrine Collette. Le Livre de Poche

Un cru trouble voire glauque ! Vous ne regarderez peut-être plus les vignobles du même oeil !

PHOTOfunSTUDIO2371

L'ange du Nord, Kathy Reichs. Pocket

L'Afrique n'a pas le monopole des mines de diamants. Dans le grand nord canadien, elle suscitent aussi bien des convoitises...Et les choses ne peuvent que mal tourner.

Le duel, Arnaldur Indridason. Points

Avant Erlendur, il y avait Marion Briem, qui deviendra son mentor, la Guerre Froide, les échecs, des amoureux nés de pays ennemis, des espions...Et des "dégâts collatéraux" inadmissibles pour un flic obstiné.

Un jour, David Nicholls. 10/18

Comment rater ou réussir une grande histoire d'amour. Néo-romantisme, agaçant et attachant.

Bon voisinage, Ruth Rendell. Le Livre de Poche

La vie de quartier est loin d'être paisible sous la plume alerte de l'auteur. Du miel au vitriol, il n'ya qu'un pas transgressif, allègrement effectué par plus d'un protagoniste de ce petit coin d'Angleterre.

Le dernier vide-grenier de Faith Bass Darling. Babel

Quand faire le vide dans la maison, pousse à ouvrir les portes de la mémoire, ce qui en sort peut-être inattendu, troublant, doux ou cruel...Les effets sur l'entourage aussi. J'ai beaucoup aimé ce roman, et pas seulement parce que j'aime chiner !

Vacances à l'anglaise, Mark Haddon. Pocket

Une semaine de vacances coincés au fin fond de la campagne galloise sous une pluie quasi perpétuelle n'était peut-être pas la meilleure façon de renouer entre frère et soeur. D'autant que les relations entre enfants et conjoints s'avèrent également fluctuantes. Ce peut-être très long mais aussi très révélateur quoiqu'on cache ou veuille cacher, sept jours ! C'est aussi confortable et amusant de voir les membres de la famille se démener devant notre oeil réjoui. Sympathique et grinçant !

PHOTOfunSTUDIO2372

Les réputations, Juan Gabriel Vasquez. Points

Caricaturiste politique, un homme s'interroge. Sa réputation est bonne, voire excellente, intacte. Il ose dire les choses, ne s'est pas compromis, a une influence sur la vie politique du pays. Quelle influence ? A-t'il vraiment changé les choses ? Sa vie est-elle ce qu'elle parait être ? Est-il exempt de toute manipulation ? Quel est, a été, sera son rôle ? Un beau texte et matière à réflexion.

Un paradis trompeur, Henning Mankell. Points

L'étrange trajectoire d'une femme de la Suède au Mozambique, étrangère au monde et à elle-même, sa couleur de peau comme une barrière entre elle et le monde qui vit à ses côtés. Entre peur et attirance, méconnaissance et incompréhension, des mondes qui se frôlent sans vraiment se mêler. Dense, moite, important, dérangeant, actuel finalement. Ne pas passer à côté.

Patte de velours, oeil de lynx Maria Ernestam. Gaïa

A ne lire que si vous vous entendez bien avec vos voisins, chat compris !

Les nuits de Reykjavik, Arnaldur Indridason. Points

Naissance d'un policier sensible, attentif, obstiné. Et très humain.

Le Jardin Blanc, Stéphanie Barron. 10/18

Ce Jardin Blanc est celui de Sissinghurst, jardin créé par Vita-Sackville-West écrivaine et jardinière de génie, amie de Virginia Woolf. Dans ce lieu célébrissime et enchanteur démarre une imprévisible chasse au trésor. Un bon divertissement même si j'avoue avoir été déçue. Logé à aussi haute enseigne, j'attendais plus de cet ouvrage, que cela concerne l'intrigue, l'étoffe des personnages ou la qualité de la langue.

Les normaux, David Gilbert. Babel

Sans doute plaisant, mais si bavard...Un héros si plat, pleutre, pusillanime...que j'ai fini par m'ennuyer et suis peut-être passée à côté. A vous de voir.

C'est tout pour le moment. Que ce soient avec ces livres-ci ou d'autres je vous souhaite de beaux moments et de belles lectures.

A bientôt

Posté par Florencecholet à 19:15 - Commentaires [8] - Permalien [#]
31 juillet 2016

CHINES DE JUILLET

Un mois qui compte cinq dimanche et un jour férié multiplie les occasions de chiner. Même si l'un de ces dimanche, c'est derrière le stand que je me suis trouvée. Si occupée que je n'ai même pas fait un tour d'étal !

Voulez-vous voir ? On y va.

Rivarennes, Savigny-en-Véron, Richelieu et Chinon. Quatre beaux endroits qui valent la balade déjà à eux seuls. Belles pierres, jolis jardins...

PHOTOfunSTUDIO2353

Quelques trouvailles comme cette cloche, très utile en ce moment, ajoutent au plaisir.

PHOTOfunSTUDIO2354

Là c'est une nécessité. Au vu de mes derniers exploits en la matière, l'entrainement est obligatoire !

PHOTOfunSTUDIO2355

Deux jeux de quilles à quelques jours d'intervalle ! Je suis très contente d'avoir déniché mes petits marins, et les grands lutins sont sympa avec leurs couleurs gaies même s'ils ont été un peu "dévorés".

PHOTOfunSTUDIO2356

Je n'en croyais pas mes yeux quand je l'ai trouvé dans une caisse. Regarde, Valérie ce que j'ai déniché pour aller avec ton panier !

PHOTOfunSTUDIO2357

Après toutes ces petites choses, je me suis trouvé quelque chose de nettement plus conséquent à trainer. Cette clayette servait à calibrer des petits fruits d'après le brocanteur. Elles étaient installées en piles avec des tamis aux mailles de plus en plus petites. Je l'ai achetée dans l'idée d'en faire un élément de base d'une table de rempotage. A suivre...

PHOTOfunSTUDIO2358

Le même jour, craquage pour ce bout de canapé tout petit, tout mignon et tout démontable. Un côté jouet irrésistible !

PHOTOfunSTUDIO2359

J'ai nettoyé, poncé, ciré, et peint la petite chose à mes couleurs. Elle attend sagement démontée et rangée dans son coin que vienne du monde pour servir.

PHOTOfunSTUDIO2368

Si j'ai un faible pour les sacs, il est extrêmement rare que je chine des vêtements. Mais ce manteau aux manches trois quarts m'a vraiment tapé dans l'oeil. Franchement classe !

PHOTOfunSTUDIO2360

A la Chapelle-sur-Loire, au bord d'étangs que j'ai découverts à cette occasion, j'ai eu la chance de tomber sur ces tubes de verre avec lesquels on étiquetait les fruitiers. J'en avais d'abord repéré un dans un carton et demandais au vendeur combien il en voulait. Me répondit qu'il me le donnait car il en avait d'autres mais ne savait plus où. Ils étaient dans une boite qu'il avait vendue et donc vidée. Je cherchais en sa compagnie dans de multiples boites et cartons puis avançait en lui promettant de repasser par son stand dans quelques minutes. Je n'avais pas fait dix pas qu'il me rappelait. Génial !

PHOTOfunSTUDIO2361

Un peu plus loin ce jeu connu aussi selon les versions sous le nom de "Taquin". Vous noterez au passage l'habileté des arguments publicitaires !

PHOTOfunSTUDIO2362

Enfin ce matin, le tout dernier jour du mois à Azay, se montrait au diapason avec un troisième jeu de quilles.

PHOTOfunSTUDIO2363

Le lot était ficelé tel quel. Savez-vous si les accessoires autres que les quilles elles-mêmes font partie du jeu ? Comment les utilisaient-on ? Help, les copinautes qui savent tout !

PHOTOfunSTUDIO2364

Et dans la série des yeux qui bougent, second épisode : une tirelire. Je suis très étonnée par la frise de roses qui orne le côté de l'objet. Elle semble assez décalée avec le motif du desssus. Pourtant tout à l'air d'origine. En avez-vous déjà vu ?

PHOTOfunSTUDIO2365

Pas de clef, mais la trappe est ouverte.

PHOTOfunSTUDIO2366

Toute dernière trouvaille, ces tampons d'école pour lesquels j'ai eu un petit coup de coeur puisqu'ils parlent jardin.

PHOTOfunSTUDIO2367

Je vous souhaite une très belle soirée.

 

Posté par Florencecholet à 19:57 - Commentaires [13] - Permalien [#]
27 juillet 2016

EN JUILLET DANS LE JARDIN DE LA CHINEUSE

Les roses jouent les beles au bois dormant. Le jardin a troqué sa robe de bal pour un petit liberty aux airs de joli fouillis. Epanouissements, associations, découvertes se sont succédés. Les inattendus, les attendus, les attendus qui n'ont pas eu lieu, les espérés qui ont fini par se produire, quelques ratés...Chronique d'un mois qui a fini par voir arriver l'été.

PHOTOfunSTUDIO2283

Juillet débutant comme juin finissant, offrait pluie et vent frais. Les températures restaient ridiculement basses.

PHOTOfunSTUDIO2284

Secouées mais bien arrosées les plantes poursuivent leur petit bonhomme de chemin.

PHOTOfunSTUDIO2285

Les rosiers jettent leurs derniers feux pour certains, s'endorment avant la remontée pour d'autres, les aulx perdent couleur.

PHOTOfunSTUDIO2288

Enfin quelques belles journées laissent présager le besoin de parasols. Je sors le tuyau d'arrosage. Nous sommes le 7 juillet.

PHOTOfunSTUDIO2292

Espoir déçu, la fraicheur se réinstalle. La clématite en profite pour ajouter quelques étoiles sur ses lianes souples.

PHOTOfunSTUDIO2293

La véronique allonge ses tiges afin d'offrir à ses épis une place de choix au premier plan.

PHOTOfunSTUDIO2294

Quelques corolles de campanules émaillent encore les feuillages. Il faudra passer le 14 pour que le soleil rende enfin le ciel infiniment bleu, pour que le mercure passe les 25° et que les nuits soient douces.

PHOTOfunSTUDIO2287

Invisible sur cette face du massif, 'Félicité Parmentier' cache ses tendres pétales sous la ramure du cornus.

PHOTOfunSTUDIO2297

Tandis que la scabieuse n'hésite pas à exposer au grand jour ses magnifiques pompons.

PHOTOfunSTUDIO2291

Côté glaïeul, le suspense a pris fin, tout au moins pour celui-ci qui affiche un gracieux coloris "vanille-fraise".

PHOTOfunSTUDIO2296

Spectacle savoureux et inattendu, la verveine et le pigamon jouent les faux jumeaux.

PHOTOfunSTUDIO2298

Fièrement dressés, ils dominent l'assemblée d'une bonne tête, jardinière comprise

PHOTOfunSTUDIO2299

et s'incrustent dans le paysage quelque soit l'angle sous lequel on le regarde.

PHOTOfunSTUDIO2300

Je trouve cette attitude primesautière très réjouissante.

PHOTOfunSTUDIO2301

Dans le grand massif, 'Cuisse de nymphe' achève en beauté sa floraison

PHOTOfunSTUDIO2305

PHOTOfunSTUDIO2303

tandis que 'Sibélius' remonte une première fois.

PHOTOfunSTUDIO2304

Le knautia se lance dans le bain.

PHOTOfunSTUDIO2306

Ce que j'ai pu les attendre cette année, mes roses trémières...

PHOTOfunSTUDIO2307

Celui-ci par contre ne chôme pas ! Ce 'Petit Bonheur' porte bien son nom !

PHOTOfunSTUDIO2312

Au pied de la glycine s'est installé un joyeux fouillis de sédum, lysimaque rampante, bugle. Au milieu duquel le liseron croit être bien caché !

PHOTOfunSTUDIO2313

Le grand nandina est tout fleuri.

PHOTOfunSTUDIO2314

Dans la "Lune" le miscanthus a quasiment englouti mon zinc et a dû au moins tripler son volume.

PHOTOfunSTUDIO2309

A sa droite 'Bougainville' ne se laisse pas impressionner par ce déploiement d'énergie et affiche une silhouette bien étoffée.

PHOTOfunSTUDIO2311

PHOTOfunSTUDIO2343

Le délicat serrata 'Fuji-No-Taki' n'est pas en reste. Tout petit qu'il soit, il m'enchante.

PHOTOfunSTUDIO2317

Sous le cerisier,

PHOTOfunSTUDIO2319

les verveines sont enfin venues tenir compagnie

PHOTOfunSTUDIO2318

aux campanules dont je ne soupçonnais pas qu'elles offrent tant de nuances sous leur pâles clochettes.

PHOTOfunSTUDIO2321

J'ai pu comparer les pompons de mes knautia et me suis rendue compte que je suis à la tête de deux variétés différentes, en ce qui concerne les pourpres seuls. Si on y ajoute 'Chile black', 'Melon pastel', 'Vivid Violet', la scabieuse alpina, et la cephalaria gigantea, le compte n'est plus le même. Aucune intention de collection, ces plantes sont disséminées dans les massifs. Elles sont si fiables et faciles qu'il est évident pour moi de les installer au jardin. Leur têtes rondes sont pleines de charme et de fantaisie, comment s'en passer ?

PHOTOfunSTUDIO2320

'Ballerina' offre sporadiquement quelques bouquets.

PHOTOfunSTUDIO2322

'Félcité et Perpétue' lui abandonne le terrain.

PHOTOfunSTUDIO2323

Devant la maison, l'hémérocalle a tiré son épingle du jeu. Jolie mais éphémère, j'oublie chaque année sa couleur subtile.

PHOTOfunSTUDIO2308

Cette association de deux sauges à laqelle je n'avais pas vraiment songé en les plantant non loin l'une de l'autre me comble. Et me donne envie d'en tenter d'autres.

PHOTOfunSTUDIO2310

'Madame Alfred Carrière' allie vigueur et délicatesse avec maestria. J'aime.

PHOTOfunSTUDIO2331

Quelques vraies journées estivales plus tard.

PHOTOfunSTUDIO2333

'Lavander dream', 'Thurstonianum' et le berbéris 'Rose glow' baignés de lumière, brillent de mille feux.

PHOTOfunSTUDIO2330

A leurs pieds, teucrium, véroniques, et heuchères rivalisent joyeusement à grands coups d'épis fièrement dressés, de grappes charnues, d'étoiles éclatantes.

PHOTOfunSTUDIO2315

PHOTOfunSTUDIO2316

'Sibélius'

PHOTOfunSTUDIO2325

Des vertus de l'arrosage (naturel) : la salicaire a réussi à fleurir cette année !

PHOTOfunSTUDIO2326

Nepeta, sauge, véronique encore,

PHOTOfunSTUDIO2329

gaura, géranium 'Nimbus', heuchère pourpre...Les plantes ont atteint cette opulence dont je rêvais en réaménageant le massif, bouturais... voilà deux ou trois ans. Ne leur manquait que six mois de pluie...

PHOTOfunSTUDIO2342

Une belle pagaille de fleurettes s'ébroue sous le soleil.

PHOTOfunSTUDIO2334

Oh 'Astronomia' ! Rien que pour ses étamines, je l'aurais invitée au jardin !

PHOTOfunSTUDIO2336

PHOTOfunSTUDIO2337

De nouvelles petites têtes se joignent au spectacle. Un peu déçue, je les attendais beaucoup plus nombreux.

PHOTOfunSTUDIO2340

Les knautias, très à l'aise dans les stipes, pallient ce manque ; ça pomponne, ça floute, ça pousse, je suis ravie !

PHOTOfunSTUDIO2341

Dans la "lune", bain de fraicheur et de parfum. Le miscanthus est léger, léger...l'abélia bourdonne et concurrence olfactivement le buddleia qui lui fait face sous le cerisier.

PHOTOfunSTUDIO2345

'Marie Pavié' entre à nouveau en piste, petits pélargonium odorants (pas de taille à lutter contre les moustiques, heureusement un peu assommés par la chaleur) et hostas mauve pâle  complètent le tableau.

PHOTOfunSTUDIO2344

PHOTOfunSTUDIO2339

De l'autre côté du massif, on y voit que du bleu ! Geranium 'Rozanne', échinops ritro et perovskia. Vue dans un magazine, j'étais tombée sous le charme de l'association des deux derniers. Encore tout jeune, ce duo bien soutenu par le géranium, me semble prometteur.

PHOTOfunSTUDIO2327

Retour au blanc devant la haie avec les adorables étoiles de l'anthéricum. La grâce de cette plante me transporte.

PHOTOfunSTUDIO2295

Quand ses étoiles s'éteignent, je me console avec l'achillée et les rudbeckias qui me paraissent cependant arriver un peu tôt. Moins colorée que ses "consoeurs", la scabieuse alpina est tout aussi mignonne.

PHOTOfunSTUDIO2332

Là, contente et perplexe. Première fleur des cléomes offerts sous forme de graines par Carine (merci tout plein), qui ont supporté mes actions hasardeuses et la météo bizarre. Sommes-nous conjointement responsables ou est-ce normal que cette beauté apparaisse sur une plante qui culmine à ...20 centimètres ?

PHOTOfunSTUDIO2351

Et au milieu, dans "Yin-Yang" ? Les rosiers sont en pause, les bugles jouent les salades cuites, je vous épargne cette désolation qu'un nouveau bonheur jardinier occulte totalement. Le premier des verbascums que Cécile m'a donné fleurit. Et pas qu'un peu ! Mauve-rose-grisé, je ne sais comment définir sa couleur mais il est superbe !

PHOTOfunSTUDIO2328

Quelques jours plus tard les deux pieds blancs suivent, et je me régale. Merci Cécile.

PHOTOfunSTUDIO2348

Encore deux "violets" qui ne semblent pas pressés de montrer le bout de leur nez. Mais cela prolonge le suspense et le plaisir. La jardinière doit savoir être patiente !

Un second glaïeul identique au premier se penche sur la question. Je suis épatée par le développement de l'épimède 'Pink Elf' qui arbore encore une fleur délicate et forme une belle touffe de feuilles, le tout sans recevoir d'autre eau que celle du ciel qui s'abstient depuis une dizaine de jours et peut continuer. Le bout de bégonia 'Grandis Evansiana' reçu de Maryse se porte comme un charme, j'en suis heureuse. Au-dessus de lui c'est le styrax qui souffre un peu, mais je veille. Il perd son air de petit balai tout raide, s'arrondit et s'horizontalise, alors je l'aide à passer le cap.

PHOTOfunSTUDIO2352

Au rayon  nouveautés de dernière minute, tout au bout de "Lune"

PHOTOfunSTUDIO2349

vient d'éclore, le phlox chiné le mois dernier, joli et rose, ressort bien sur fond d'arrosoirs. Contente.

PHOTOfunSTUDIO2350

Ici, dubitative. Acheté en solde, planté à racines nues en fin de printemps, 'Ladurée' dont la robe mariant diverses nuances de rose frais, corail et orange doux me déconcerte un peu. Je vais attendre de le revoir à l'oeuvre l'an prochain, correctement calé dans le calendrier et synchrone avec ses voisins-voisines pour statuer sur son sort. Pas d'inquiétude à avoir. Si je ne m'y fais pas je proposerai le rosier à l'adoption.

PHOTOfunSTUDIO2335

Avant de quitter le jardin, dernier coup d'oeil au grand massif où démarrent les asters. Campanules à feuilles d'alliaire, véronicastrum et gaura n'ont qu'à bien se tenir, la concurrence arrive.

PHOTOfunSTUDIO2346

Tout n'est pas toujours calme dans le jardin de la chineuse où le retour avéré de la pyrale du buis a nécessité l'emploi d'une arme chimique mais néanmoins biologique. Les bestioles ont gagné du terrain, il faut que je les arrête. Pour mes buis, et pour les jardins des autres.

En attendant les prochains développements

PHOTOfunSTUDIO2347

je vous souhaite une très belle semaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Florencecholet à 19:26 - Commentaires [12] - Permalien [#]