L'OEIL ET LA MAIN

20 septembre 2014

HISTOIRES DE CHEMINS

Vaste thème que Mamylor nous a choisi pour le dernier rendez-vous qu'elle anime aujourd'hui.

Trop vaste pour faire l'objet d'un seul message. Je laisserai donc de côté l'Histoire et ses chemins célèbres, les grandes voies de civilisations, et de guerre aussi, les voies romaines, le Chemin des Dames, la route de Compostelle...pour suivre ma propre route.

Faire son chemin, tracer sa route, suivre la voie royale, prendre les chemins de traverse, rester dans les sentiers balisés, sortir des sentiers battus ou prendre le chemin des écoliers ? Chacun son choix, qui souvent varie, au fil de la vie, des circonstances.

Fouesnant GR 34 8-03

Si je n'aime pas les sorties de route, j'apprécie les petits chemins, les routes de hasard. J'aime découvrir au détour d'un sentier, un paysage caché, un espace qui s'ouvre.

DSCN0876

J'aime marcher au gré de ma fantaisie, prendre le temps, me mettre au rythme de la nature qui m'entoure. Me laisser envahir par les sons, les odeurs, surprendre la vie sauvage, ne pas la déranger.

Fouesnant Cleut Rouz 8-03

J'aime les chemins qui se cachent dans la verdure ou sous l'eau, chemins éphémères, apparaissant au gré des pousses ou des marées.

Molène et Losquet 31-7-99

Les chemins me ramènent à mon enfance. "...Ce petit chemin qui sent la noisette...". Le dimanche, en fin d'après-midi, mes parents sortaient le tourne-disque et nous écoutions ces chansons ou bien de l'opérette, voire de l'opéra. Plus tôt, nous étions sorties courir, dépenser notre énergie dans les sentiers forestiers, glâner de petits trésors qui nous occuperaient les jours de pluie, cueillir quelques bouquets. Je me souviens en particulier d'un sentier qui nous avait menés jusqu'à une clairière couverte d'un tapis de jacinthe. Instant magique. Plus tard, j'ai découvert d'autres forêts, d'autres sentiers

Forêt de protection 003

Adolescente, je retournais seule arpenter certains de ces chemins à la recherche d'une paix que cet âge connait peu. Parfois, c'était le chemin de halage le long de l'Oise qui bruissait de nos jeux et conversations. Quelle différence entre le bruit du vent dans les arbres et celui de l'eau ? Aucune pour moi.

Les vacances m'ont amenée à fréquenter d'autres chemins.

Castelnou 25-4-01

Elles commencent souvent par une route longue. Curieuse de tout, je trouve toujours quelque chose à observer même sur l'autoroute. Petite, ces trajets me pesaient car à l'arrière de la voiture je me sentais mal et, au milieu de mes soeurs, ne profitait pas vraiment du voyage. J'ai, depuis longtemps, gagné ma place à l'avant, et mon mari conduisant seul quand nous partons ensemble, j'ai tout loisir de profiter de ce que la route veut bien nous montrer. Mais le vrai plaisir, reste, une fois sur place, de partir à la découverte au fil des sentiers. Chemin côtier, sentier des douaniers, sentiers natures, chemins des bois ou des jardins.

DSCN3371

Chapelle de Porz Rolland 17-7-01

Roche Jagu Jardin 23-7-01

Si toutes les routes ne mènent pas à Rome, elles sont toutes prétextes à explorations.

DSCN3382

Me revient en mémoire un film dont j'ai oublié le titre, un de ces vieux films en noir et blanc, vu certainement dans le cadre du "cinéma de minuit" dont le héros taillait la route, toujours sur le départ, ne s'arrêtant que le temps de gagner son pain, et qui un jour arrivait au bout de la route. Incroyable, incompréhensible, intolérable, la route s'arrêtait net à son grand désarroi.

Que ces rubans d'asphaltes, chemins de pierre, de terre, simples cailloux d'un gué, planches d'un pont... puissent s'arrêter brutalement me semblait impossible, absurde même. Que la route, parfois si longue et pénible, trop longue de l'impatience d'arriver parfois, trop courte de ce que l'on craint y trouver ou de ce que l'on y aime, n'existe plus, c'est inconcevable.

DSCN3144

D'une façon ou d'une autre nous poursuivons notre chemin. Heurs, bonheurs, malheurs, heurts...sur nos jambes ou dans notre tête, nous avançons. Que la route nous semble monotone ou trop tortueuse pour en appréhender la suite, nous allons, suivons notre petit bonhomme de chemin, traçons notre route, écrivons nos trajectoires.

DSCN3390

Les voies de la toile nous ont fait faire route commune depuis plusieurs années déjà pour nos défis du 20. Poursuivrons-nous l'aventure ? Je l'espère.

Loco de Marquèze

J'ai aussi quelques très jolis souvenirs de voyages en trains, les chemins de fer réservent bien des surprises !

Les adresses des participantes sont chez Mamylor que je remercie de tout coeur pour cette année de beaux défis qu'elle nous a fait vivre.

Belle journée à toutes.

Posté par Florencecholet à 07:22 - Commentaires [10] - Permalien [#]

14 septembre 2014

CHINES D'AOÛT: DES HAUTS ET DES BAS

Les choses avaient très mal commencé côté chine le mois dernier. De Bourgueil, où je fais souvent de jolies trouvailles, je ne ramenais qu'une salade verte !

Le week-end suivant, j'allais à Montsoreau, plus pour la promenade que les achats et j'y laissais finalement une partie de la cagnotte issue de mes ventes au vide-grenier en juin. Sans aucun regret !

PHOTOfunSTUDIO727

Je commençais par un lot d'objets métalliques trouvé sur un stand dingue. Quasiment tous les accessoires et petits outils nécessaires à une grande cuisine du début du siècle dernier étaient rassemblés.

PHOTOfunSTUDIO728

Mon choix s'est porté sur ce moule à six empreintes dont je possède un exemplaire deux fois plus grand,

PHOTOfunSTUDIO730

onze cônes fins et pointus pour lesquels j'ai immédiatement imaginé un usage détourné,

PHOTOfunSTUDIO731

une petite faisselle dont les pieds artisanaux m'ont fait craquer et qui a tout de suite trouvé sa fonction,

PHOTOfunSTUDIO732

un panier au fin maillage, très logeable et un tout petit fouet d'une dizaine de centimètres.

PHOTOfunSTUDIO733

Je continuais sur ce thème "métal" avec cet amusant taille-crayons et une boite à cols.

PHOTOfunSTUDIO734

Eh oui, cette boite, contrairement aux apparences, n'abritait aucun objet textile mais ce lot de dinette en alu

PHOTOfunSTUDIO735

accompagné de deux assiettes émaillées et un seau peint.

PHOTOfunSTUDIO736

Je me suis fait un gros plaisir avec cette autre boite en très bon état, déjà très agréable à regarder, et qui a conservé, elle, son contenu d'origine.

PHOTOfunSTUDIO737

Un chapeau claque de petite taille, pour un enfant d'après le marchand ?

PHOTOfunSTUDIO738

Puis avec cette étagère dont j'ai adoré les montants rainurés, les toutes petites toupies...Bref, tous ses détails délicats.

PHOTOfunSTUDIO739

Une double rame est venue s'ajouter à la liste

PHOTOfunSTUDIO741

Ainsi que ce chevet 50's que vous avez pu découvrir récemment. J'en cherchais un depuis plusieurs mois mais il fallait qu'il ait absolument un tiroir, les dimensions adéquates, un prix raisonnable, et si possible des pieds fuselés. Inutile de vous dire que remplir ce cahier des charges n'a pas été chose aisée.

En plus, quand l'objet de mes désirs s'est trouvé à portée de main, j'ai failli le rater. J'avais fait un premier passage sur ce stand, où en l'absence du marchand j'avais fait mettre de côté le chapeau claque et la dinette. Je n'ai repéré le chevet qu'à mon second passage, un objet posé dessus me l'ayant masqué. Je l'ajoutais illico à mes autres affaires et étais en train de régler ces achats quand une jeune femme arriva. Trop tard. Elle avait vu le chevet, elle, mais hésité trop longtemps à venir le chercher et, sans le vouloir, je lui ai soufflé.

Cela m'est déja arrivé, c'est le jeu de hasard des brocantes. Si la décision ne se fait pas rapidement, on peut "perdre" un objet qui nous trottera dans la tête un moment. Avant d'être oublié !

PHOTOfunSTUDIO740

J'étais si contente de mes trouvailles que je m'en occupais dès le repas terminé, ne pensant à les photographier pour vous les montrer, qu'après avoir déjà sévi. Etagère lessivée, sous-couchée et peinte, matériel de cuisine gratté, nettoyé et passé à l'antirouille, chevet poncé en vue de la pose d'un vernis tout neuf, l'ancien laissant un peu à désirer...

Ces affaires sont allées se disperser dans la maison.

PHOTOfunSTUDIO742

La dinette s'est ajoutée aux précédentes dans la cuisine.

PHOTOfunSTUDIO747

Ainsi que le fouet et le panier.

PHOTOfunSTUDIO743

Les cônes se sont révélés parfaits dans leur rôle de "bougeoirs à planter partout".

PHOTOfunSTUDIO744

L'étagère est venue embellir un coin du séjour,

PHOTOfunSTUDIO745

et le chevet est bien sûr arrivé à la tête de mon lit. Dans sa niche, mon dernier bac à bec a trouvé à se loger en beauté.

PHOTOfunSTUDIO746

Enfin, la rame que j'avais oublié de récupérer au stand, et que je suis allée chercher à Richelieu à la brocante du 15 août où je n'ai rien trouvé (mais qu'importe après une telle chine) a pris place dans la salle de bains, au-dessus de la baignoire.

A Chinon, le butin fut plus modeste mais tout aussi réjouissant.

PHOTOfunSTUDIO748

Avec cet incroyable téléphone en tôle dont je ne soupçonnais même pas l'existence,

PHOTOfunSTUDIO749

deux chaises identiques à l'une de celles que j'ai depuis longtemps,

PHOTOfunSTUDIO750

ce bac émaillé en bel état,

PHOTOfunSTUDIO751

et ce lot de palets numérotés, utilisés naguère dans une école.

PHOTOfunSTUDIO752

Au final, un bilan plus que positif pour ces chines d'août. D'autant que le tout dernier jour du mois, j'y ai ajouté...

PHOTOfunSTUDIO753

mon 19, 20 ou 21ème arrosoir ! Mais bon, plus je plante, plus il faut arroser, non ?

Bon début de semaine.

Posté par Florencecholet à 22:42 - Commentaires [17] - Permalien [#]
10 septembre 2014

DEPUIS LE 10 AOÛT

j'ai profité de ma famille, les allées et venues des uns et des autres se poursuivant.

J'ai joué au "Pas de panique" de l'émission "Silence ça pousse" sur la terrasse de ma soeur avec mes parents, et tiré un peu l'aiguille.

La principale nouvelle concernant l'avancée de mes en-cours se résume en deux mots : nappe terminée !!! Enfin !!!!

PHOTOfunSTUDIO718

Après avoir posé le liberty, je cherchais comment faire avec mon galon à franges. Rien ne me convenait mais il me semblait nécessaire d'ajouter cette note foncée pour donner tout son caractère à l'ouvrage. Quant, tout à coup, m'est venue l'idée de transformer mon galon en pompons.

PHOTOfunSTUDIO719

Et voilà le résultat.

Passiflore, Kriss, je ne vous remercierai jamais assez de nous avoir proposé de nous montrer nos en-cours tous les 10 du mois. Je crois que je ne serais pas arrivée au bout de cet ouvrage, nappe et douze serviettes, sans vous.

Après ce gros morceau, je me suis attaquée à la réfection de mon sac à pain usé.

PHOTOfunSTUDIO720

J'ai utilisé le grand torchon en chanvre acheté à Noizay, initialement prévu pour doubler un sac. Je l'ai par la suite trouvé trop épais pour cet usage. Mais en sac à pain, il est parfait. D'autant plus qu'il est tellement grand qu'après la confection du sac, il me restait encore un joli morceau.

PHOTOfunSTUDIO721

Que j'ai utilisé pour confectionner une pochette destinée à rassembler toutes mes notes de jardin. J'ai un petit carnet offert par Marie dans lequel je consigne mes travaux, choses à faire, idées d'aménagement...Mais je prends aussi des notes à la volée, au détour d'un blog ou d'un magazine ou sur une inspiration subite. Je dessine des plans sur de grandes feuilles...

PHOTOfunSTUDIO722

Je l'ai voulue très simple pour mettre en valeur le joli coupon d'Aurélia que Françoise a eu la grande gentillesse de m'offrir quand nous nous sommes retrouvées au Salon des brodeuses.

PHOTOfunSTUDIO723

Quand j'ai vu le dernier rectangle restant, m'est tout de suite revenue une réfléxion de Carole qui, découvrant le nécessaire de toilette échangé avec Valérie, s'exclamait "tu ne lui as pas encore mis une serviette ?" Un ourlet plus tard, c'est chose faite.

Au milieu, sous la serviette, un bout de jupe en coton en-cours, que j'essaierai de finir avant le 10 octobre.

PHOTOfunSTUDIO724

Dernier travail d'aiguille de la période, j'ai apporté quelques modifications à cette jolie robe en lin glacé, donnée par Maman pour l'adapter à mes goûts et ma morphologie. Je suis plus grande et dotée d'une poitrine plus généreuse que la sienne. D'autre part, le volant qui habille l'encolure me paraissait vraiment trop volumineux. Enfin, je souhaitais éclairer un peu la belle couleur sombre de ce vêtement. J'ai donc posé un morceau de ce délicat ruban de velours aux reflets argentés, déjà utilisé sur des coussins, et replié le volant sur lui-même. J'ai terminé en posant deux pressions discrètes pour ajuster le décolleté. Mais pas réussi à faire de photo portée correcte.

J'ai fini in extrémis ce petit bricolage hier soir et pris les photos à l'instant. Les croisillons en bois du paravent ayant fini par lâcher, je les ai remplacés par du grillage à poules et ai confectionné cette guirlande de fanions pour fêter l'été revenu. Je peaufinerai dans la journée.

PHOTOfunSTUDIO726

Un atelier "peinture, vernis, antirouille" m'a aussi occupée deux ou trois jours.

PHOTOfunSTUDIO725

Mais comme cela concerne les chines d'août que je ne vous ai pas encore montrées, je vous en parle très bientôt.

Je vais aller voir les progrès des copines et vous souhaite une bonne journée.

Posté par Florencecholet à 10:10 - Commentaires [20] - Permalien [#]
03 septembre 2014

LE JARDIN EN AOÛT, OUH LA LA

Août commençant ne s'est pas montré plus sympathique que juillet, chaud et humide puis brusquement froid au point que j'ai un soir ressorti mes chaussettes ! En août ! Du coup la remontée des roses s'est terminée avec celle des 'Pierre de Ronsard'. Enfin presque.

PHOTOfunSTUDIO692

Car petit 'Blush Noisette' est encore et toujours fleuri.

PHOTOfunSTUDIO693

Un vrai bonheur, ce rosier.

PHOTOfunSTUDIO694

D'autant que le géranium 'Chantilly' lui tient à présent compagnie. Je suis sous le charme de ses corolles si finement teintées.

PHOTOfunSTUDIO696

Avec la scabieuse, ils forment un trio encore plus gracieux que je ne l'avais espéré.

PHOTOfunSTUDIO695

Les stipes aussi fleurissent, qui me font alors irrépressiblement penser aux herbes des dunes et me sentir en vacances.

PHOTOfunSTUDIO697

L'unique et si jolie tige du pigamon a pris appui sur le loropetalum dont les feuilles rougissent à nouveau.

PHOTOfunSTUDIO698

Même défleuris, les physocarpus apportent de l'animation, les lysimaques également.

PHOTOfunSTUDIO699

C'est dans le massif de 'Neige d'avril' que l'on trouve le plus de fleurs au mitant du mois car l'hortensia 'Anabelle' et l'abélia sont en plein boum.

PHOTOfunSTUDIO700

L'arbuste sera superbe jusqu'en octobre au moins.

PHOTOfunSTUDIO701

Ce buis boule que j'ai surnommé "ni oui, ni non " tellement il a hésité longtemps entre vie et mort, s'est enfin décidé à reprendre pour de bon ! Le petit géranium 'Rothbury red' s'est faufilé dans les feuilles si lumineuses du liriope, le fusain du Japon fleurit.

PHOTOfunSTUDIO702

Le pigamon forme des graines, leur beauté me fascine.

PHOTOfunSTUDIO703

Mes amatrices de géranium sont revenues.

PHOTOfunSTUDIO704

Dans la haie, l'abélia doré conserve une drôle de dégaine mais ouvre de nouvelles clochettes.

PHOTOfunSTUDIO705

Le rudbeckia est superbe avec tous ses soleils.

PHOTOfunSTUDIO706

Les températures s'adoucissent et d 'autres butineurs font leur apparition.

PHOTOfunSTUDIO707

Incroyable, la variété d'insectes qui peuvent vivre dans le jardin. Mes efforts pour leur procurer gîte et couvert portent leurs fruits.

PHOTOfunSTUDIO709

Coté "Ré", nandina, itéa et plantes grasses prospèrent.

PHOTOfunSTUDIO716

Pour les roses trémières, c'est fini...Jusqu'à l'an prochain.

PHOTOfunSTUDIO717

Les pluies abondantes des mois précédents ont favorisé la croissance des végétaux qui débordent dans le massif. Un réaménagement sera le bienvenu.

PHOTOfunSTUDIO710

'Chinensis mutabilis' apporte une note forte qui relève avec à propos tous ces feuillages.

PHOTOfunSTUDIO711

La petite sauge l'aide comme elle peut.

PHOTOfunSTUDIO714

Le penstemon bleuté daigne faire une apparition, les premiers grands asters éclosent.

PHOTOfunSTUDIO715

L'euphorbe pousse mais ses nouvelles feuilles ne portent pas le beau liseré blanc pour lequel j'ai choisi la plante. Plus tard peut-être ? Le caryoptéris que j'ai failli oublier fait enfin acte de présence.

PHOTOfunSTUDIO708

L'aster divaricatus me plait toujours autant. Ses étoiles se marient si bien avec les jeunes feuilles du berbéris et l'heuchéra pourpre.

En attendant une période plus propice pour déménager les plantes, j'ai préparé le terrain pour les bébés rosiers.

PHOTOfunSTUDIO712

'Ballerina', blanc liseré de rose s'installera devant 'Félicité et Perpétue' non-remontant et le physocarpus pourpre qui lui fournira un bel écrin. 'Salet' rejoindra la pivoine et le grand berbéris. Quant à 'Ghislaine de Féligonde', il accompagnera le pigamon jaune devant le forsythia.

PHOTOfunSTUDIO713

Enfin 'Amber queen' pourra respirer auprès du chèvrefeuille d'hiver et du conifère boule. Il faut absolument que je le sorte de ce bout de haie où il est en train de se faire engloutir par ses voisines.

L'été qui nous a tant fait défaut revient pour quelques jours. Que nous réservera ce mois de septembre tout neuf ?

En attendant de le savoir, je souhaite à tous ceux qui viennent de plonger dans le grand bain de la rentrée, comme à ceux qui l'ont fait il y a un moment déjà, une très belle journée.

Posté par Florencecholet à 00:34 - Commentaires [12] - Permalien [#]
20 août 2014

PATRIMOINE POUR LE 20

Mamylor, en cette période estivale, nous propose de nous retrouver au coeur de notre patrimoine en profitant des vacances qui nous amènent à voyager peu ou prou, à changer de rythme et d'activités, à sortir, flâner, nous cultiver.

Tout ce que nos prédécesseurs ont créé, construit, imaginé, mais aussi vécu constitue notre patrimoine. Toutes les connaissances, découvertes, savoir-faire, tours de main sont notre patrimoine. Remèdes et recettes, contes et légendes, toutes les personnes passées à la postérité, leurs faits, leurs oeuvres, sont notre patrimoine.

Ce qui provient d'autres peuples et d'autres cultures le devient.

Ce tout forme nos racines, qui loin de nous fixer dans un petit coin de terre, nous permettent de rester debout, capable d'être chez nous partout. Le patrimoine est notre colonne vertébrale qui nourrit notre quotidien, notre savoir et notre culture.

J'avais une première promenade à partager avec vous qui s'inscrit parfaitement dans le thème du défi du 20.

Venez, je vous emmène dans la cité royale de Loches. Le site est occupé au moins depuis le néolithique. Au IV°, un château existait déjà.

Loches 02-05

Dans l'enceinte de la cité royale se trouve le logis royal actuel, résultat de plusieurs époques de construction.

Loches 02-051

Jeanne d'Arc y rencontrera, Charles VII, de nouveau (après la célèbre rencontre de Chinon), après la victoire d'Orléans en 1429.

Loches 02-052

Une jolie exposition s'y tient jusqu'au 21 septembre "Costumer l'histoire" qui met en scène les vêtements portés dans de grands films historiques comme "la reine Margot".

Loches 02-053

Belle association de deux patrimoines, couture et cinéma.

Loches 02-054

Avis aux amateurs !

Loches 02-055

Un petit tour sur la terrasse, pour admirer la ville qui déroule ses splendeurs à nos pieds.

Loches 02-056

Quelques pas dans les rues anciennes et nous arrivons à Saint-Ours.

Loches 02-057

La collégiale abrite depuis 2005 les restes d'Agnès Sorel selon son voeu.

Loches 02-058

Loches 02-059

Contournons la collégiale pour découvrir un charmant petit jardin.

Loches 02-0510

Loches 02-0511

Et prenons la route du donjon.

Loches 02-0512

Ces murs virent défiler Foulques Nerra, Jean sans terre, Philippe Auguste, Richard Coeur de lion, puis Louis XI° en fit une prison.

Loches 02-0513

L'exposition s'y poursuit, n'oubliez pas.

Loches 02-0514

Dans la cour, point d'orgue de la visite à mes yeux, ce jardin médiéval serti dans ses murs comme un petit joyau.

Loches 02-0515

Ne croyez pas que je vous ai tout dit ou tout montré. Si vous pouvez allez-y.

Loches 02-0516

Si vieilles pierres, bâtisseurs, sculpteurs, jardiniers...sont à l'honneur à Loches, c'est un autre pan de patrimoine que je vous invite à parcourir en faisant, comme nous, une nouvelle visite au Musée Dufresne. Nous y avons emmené quatre de nos neveux et nièces agés de 10 à 20 ans et tous y ont trouvé intérêt.

Dans l'ancien moulin de Marnay sur une ile du bord de l'Indre à Azay-le-Rideau, Maurice Dufresne a récupéré, rassemblé et sauvé tout un pan d'histoire. Son Musée retrace entre autre les évolutions mécaniques et industrielles qui ont façonné notre monde pour en faire celui dans lequel nous vivons aujourd'hui.

On y trouve aussi des choses témoignant de notre passé, de la transmission des connaissances et des savoirs, de modes de vie tombés en désuétude, presque oubliés.

Ici, ce sont les vitrines d'un petit musée qu'un instituteur avait créé pour l'enseignement des ses élèves. Patiemment collectés, pierres, bois, matériaux naturels, animaux naturalisés...constituent un passionnant témoignage de la vie des campagnes il y a deux cents ans.

PHOTOfunSTUDIO681

La roue du moulin qui fût longtemps une papeterie tourne encore.

PHOTOfunSTUDIO682

Au fil des salles,

PHOTOfunSTUDIO683

ce sont toute l'ingéniosité humaine, l'inventivité qui se déploient.

PHOTOfunSTUDIO684

Du grand bi au tandem à moteur, que d'étapes, d'idées ont germé.

PHOTOfunSTUDIO685

De ces outils si nombreux et adaptés au mieux à la tâche à laquelle on les destine, aux plus grosse mécaniques. Tout est là.

PHOTOfunSTUDIO686

Le besoin d'informer, transmettre, fixer pour mémoire est impérieux.

PHOTOfunSTUDIO687

L'automatisation gagne les petits métiers qui vont encore les rues, avant que la modernisation ne les fassent un à un disparaitre ou ne les figent. Les gens bougent de plus en plus et les activités se sédentarisent.

PHOTOfunSTUDIO688

Les amusements aussi évoluent. Mais qui ne retrouverait une âme d'enfant devant ces jouets même s'ils sont plus vieux que nous pour certains ?

PHOTOfunSTUDIO690

Ce ne sont là que quelques aperçus de ce qui à mes yeux constitue notre patrimoine. Tout comme ces objets que je chine ou ces livres que je lis. L'occasion aujourd'hui de me rendre compte que mes dernières lectures m'ont menée aux 4 coins du monde. Je vous ferai très vite un petit billet à ce sujet.

En attendant, je vais aller faire un joli tour de patrimoine chez les copines dont vous aurez les adresses chez Mamylor, ainsi que le thème du prochain défi auquel vous êtes tous invités à participer.

PHOTOfunSTUDIO691

Avec ce charmant extrait de patrimoine naturel, je vous souhaite une belle journée.

Posté par Florencecholet à 08:09 - Commentaires [10] - Permalien [#]


15 août 2014

DECALAGE

En y regardant de plus près, je me suis rendue compte que les chines que je vous ai montré l'autre jour ne dataient pas de juillet mais bel et bien de la seconde quinzaine de juin.

Je vous montre donc maintenant ce que j'ai chiné en juillet, un mois peu prolifique. Le premier dimanche, je me réjouissais de pouvoir, pour la première fois, aller à la "Foire aux vieilleries" de Trogues. J'avais eu un empêchement toutes les années précédentes. Cette fois, ce fut la pluie, tellement abondante que je renonçais, sûre de ne trouver quasiment aucun exposant. Déçue, je n'imaginais pas que les copines me donneraient l'occasion de me rattraper dans la semaine.

Quand nous sommes allées Anne, Carole et moi, chercher les peintures à la craie, Anne nous a proposé au retour de passer dans un bric-à-brac à Châtellerault. Je découvrais un somptueux bazar au-dessus duquel trônait une partie de la collection personnelle du maitre des lieux. Voitures à pédales anciennes, petits vélos, chariots, établis, chevaux de bois, joujoux...Tout ce que j'aime...mais pas à vendre.

Tout de même dans une armoire fermée à clé, quelques trésors de jouets mécaniques dont ce bus pour lequel je craquais immédiatement.

PHOTOfunSTUDIO670

En assez piteux état, le fond désolidarisé du reste, mais tant de détails soignés !

PHOTOfunSTUDIO671

Je ne vais pas pouvoir le rénover beaucoup sans le trahir. La peinture est bien fragile mais je vais tacher de conserver au mieux ce qui lui reste.

PHOTOfunSTUDIO678

Figurez-vous que le système à clé fonctionne encore. Il peut rouler sur une courte distance. La sonnette fait encore un peu de bruit mais il n'a plus ses phares. Belle fabrication n'est-ce pas ?

PHOTOfunSTUDIO680

J'ai trouvé ces photos sur internet. Le voici à l'état neuf, c'est un trolley-bus fabriqué en 1955.

PHOTOfunSTUDIO679

A l'étage je tombais ensuite sur ce panier bien solide et intact qui me permettra de ranger quelques jouets. Finalement, je ne regrettais plus d'avoir raté Trogues. Irai-je l'an prochain ?

Le dimanche suivant, le lancement des opérations de déménagement de ma soeur me laissait le temps de faire un saut à Montsoreau, dont je ne ramenais qu'un seul petit objet. Le lendemain 14 juillet, pas le temps de faire vide-grenier ou brocante, un second convoi-déménageur nous occupait toute la journée.

Le week-end suivant, ma fille oubliait de me ramener à temps la voiture et ne pouvant aller jusqu'à Saint-nicolas de Bourgueil, je me contentais de descendre à pied sur les quais de Chinon pour la brocante mensuelle où, à nouveau, je ne dénichais qu'un objet. De l'autre coté du pont, le vide-grenier du faubourg Saint-Jacques, pour sympathique qu'il soit, ne me permit lui aussi qu'une unique trouvaille.

PHOTOfunSTUDIO666

Deux brocantes, un vide-grenier : trois objets !

PHOTOfunSTUDIO667

A Montsoreau cet amusant batteur américain "individuel",

PHOTOfunSTUDIO669

à Chinon, ce grand seau en métal blanc qui recevra des plantes annuelles quand la pluie se calmera, et ce panier à oeufs dont le tressage ne pouvait que me fasciner.

Le week-end suivant, la reprise des opérations de déménagement de ma soeur me tinrent à nouveau occupée. Mes chines de juillet s'en tiendraient donc définitivement à ces 5 objets. Je fondais de bons espoirs sur le premier week-end d'août, la brocante de Bourgueil m'ayant souvent offert de jolies trouvailles. Je n'en ramenais qu'une bonne grosse batavia ! Pour tout vous dire, j'y ai renoncé à une cuisine-épicerie (que j'aurais eu un peu de mal à caser), et trois fourneaux (trop chers à mon avis).

La suite ? Est à venir, car dès demain, je retourne chiner. Les belles dates sont encore nombreuses ce mois-ci. Et si je n'ai pas beaucoup de coups de coeur ou ne trouve toujours pas certaines choses que j'attends, je fais tout de même de jolies balades dès que le ciel le permet.

Je vous souhaite un très bon week-end et je vais vite me coucher, de main je me lève tôt.

 

Posté par Florencecholet à 00:40 - Commentaires [8] - Permalien [#]
10 août 2014

LE 10, A NOUVEAU

Il s'en est fallu de peu que je n'aie rien à vous montrer. J'ai frôlé la catastrophe.

Après les avancées du mois dernier, nous avons eu, pour le week-end du 14 juillet, l'épisode un du déménagement de ma soeur, puis les vacances de mon mari. Nous changeons alors de rythme et d'activités. Aiguilles et pinceaux se reposent. Le 27, a démarré l'épisode 2 du déménagement de ma soeur, et l'emménagement auquel j'ai participé toute la semaine suivante.

Bref, le 5 j'avais juste réussi à finir de tricoter un petit pull, encore à l'état de morceaux épars. Mais l'achèvement provisoire de l'installation de ma soeur et concomitemment, la reprise du travail de mon époux m'ont permis de me défouler après cette période de sevrage.

J'étais très impatiente de tester les peintures anglaises à la chaux, Annie Sloan, achetées en compagnie d'Anne et Carole. Alors...ça n'a pas trainé !

PHOTOfunSTUDIO657

Comme prévu, ces peintures s'utilisent sans ponçage ni décapage préalable, elles adhèrent sur les supports vernis, cirés...sans problèmes. Elles s'appliquent facilement et sont vraiment couvrantes. Une seule couche sur tout ce que je vais vous montrer, un vrai gain de temps et d'énergie. Une aubaine quand on est comme moi une "bricoleuse de salon" qui, sans atelier, mobilise le séjour pour ses travaux. Du coup soignez l'application de cette couche unique !

PHOTOfunSTUDIO658

Premier test sur bois vernis foncé pour ces quatre cadres. La couleur est un gris-vert très doux appelé "Château gray"

PHOTOfunSTUDIO659

Même nuance sur la table précedemment peinte en gris anthracite, peinture glycéro. Là, j'ai appliqué ensuite une cire incolore. J'avais peur d'esquinter ma peinture mais rien n'a bougé. Par contre, j'ai fait quelques traces, peu visibles, en étalant un peu irrégulièrement la cire. Pour un effet vraiment lisse, je crois que la cire liquide s'impose.

PHOTOfunSTUDIO660

Enfin j'ai fait disparaitre ce mauve pétant que je ne supportais plus depuis longtemps sur le mur, peinture satinée, sous ce vert anglais dont la délicatesse me ravit.

PHOTOfunSTUDIO661

Pour le miroir, peint et ciré dans les tons crème, j'ai utilisé le coloris "duck egg blue" que j'avais vu un peu plus bleu-vert dans la boutique, peu éclairée, il est vrai. A plat dans une lumière rasante, le ton cherché y était. Debout contre le mur, dans la lumière de la porte, ce n'était plus du tout ça. Donc j'ai retravaillé mon fond avec la cire "ombre" de Libéron et repris la peinture par endroits. Je m'y habituerais peut-être sinon, j'ai un troisième pot d'un beau gris-craie pas encore ouvert.

Au final, cette peinture tient parfaitement ses promesses. Très mate, les couleurs sont somptueuses, mais probablement un peu fragiles pour certaines utilisations. Elles sont un peu plus chères que les peintures habituelles mais compte tenu du fait que l'on n'a pas à utiliser de sous-couche et qu'une couche suffit la plupart du temps, cela se justifie. Quand je vois ce que j'ai fait avec mon petit pot de gris-vert de 100 ml, quasi-vide, je ne suis pas déçue.

J'ai ensuite réussi à rassembler mes bouts de pull.

PHOTOfunSTUDIO662

Vous vous souvenez de ma jolie laine Debbie Bliss dénichée à Noizay fin juin ? Comme j'avais trois pelotes je pensais en faire une écharpe, un snood...quelque chose de ce genre puis j'ai eu envie de l'associer pour me faire un pull. J'ai trouvé ce vert très tonique et adapté un modèle de chez Phildar dont j'ai modifié la longueur et l'encolure. Cette laine mérinos est un régal à tricoter et d'un bon rendement, six pelotes pour ce modèle en 44.

Enfin, quid de ma nappe, objectif premier de ma participation à ces rendez-vous du 10 ? Eh bien, toujours pas finie. J'ai cependant, posé tous les motifs, donc 21 en tout,

PHOTOfunSTUDIO663

et épinglé mon biais liberty qui sera, promis juré (sauf circonstances indépendantes de ma volonté), cousu, fixé très bientôt. Et je verrai ensuite ce que je fais pour le galon à franges.

PHOTOfunSTUDIO664

Comme je savais que je n'aurais pas le temps de finir ma nappe, j'ai intercalé deux petites choses qui attendaient depuis nettement moins longtemps mais que j'étais sûre de terminer rapidement. Un tout petit coussin porte-feuille dans le coupon de Noizay et un cache abat-jour dans un coupon à pois bicolores de chez Mondial Tissus.

PHOTOfunSTUDIO665

Deux petits riens qui donnent du peps à l'ambiance !

Maintenant je vais aller voir chez Passiflore et Kriss. Ce sont elles qui ont initié ce rendez-vous.

Je vous souhaite un très beau dimanche.

Posté par Florencecholet à 14:19 - Commentaires [12] - Permalien [#]
05 août 2014

A PEINE CROYABLE

Plus d'un mois que je ne vous ai parlé brocante.

La météo et les circonstances n'ont pas toujours été favorables mais j'ai tout de même réussi à chiner quelques petites choses en juillet.

Tout d'abord, trois objets chez moi, pour mon plus grand plaisir.

PHOTOfunSTUDIO591

Une assez grande cage qui rejoindra celles qui accompagnent le grand rosier 'Pierre de Ronsard' sous les fenêtres du bureau et l'habillent pendant la mauvaise saison.

PHOTOfunSTUDIO592

Cette machine à coudre que j'espérais trouver un jour pour une chère copinaute, Marie-Paule.

PHOTOfunSTUDIO593

Bien arrivée à destination.

PHOTOfunSTUDIO594

Et cette boite à musique à une note. Cela va devenir une spécialité !

PHOTOfunSTUDIO595

J'ai complètement craqué pour les illustrations.

Elles ont été dessinées par Daniel Laborne, normand né en 1902, décédé en 1990. Il a débuté sa carrière en tant que dessinateur industriel puis a créé en 1939 pour Le Petit Parisien, le soldat Lariflette, passé ensuite à Ouest-France et redevenu civil. Entre 1946 et 1988, il a publié plus de 12000 BD dans ce journal.

Quinze jours plus tard, à Azay, je faisais quelques trouvailles et une rechute subite.

Rechute occasionnée par ces deux arrosoirs dénichés sur le même stand, cinq minutes à peine après mon arrivée. Longtemps que je n'en avais pas ramené à la maison !

PHOTOfunSTUDIO598

Un tout petit tout mignon, facile à caser,

PHOTOfunSTUDIO599

et ce tout rond à anse unique, orientée comme le bec, alors que mes autres ronds ont tous leurs anses perpendiculaires. Elle est dans un métal différent du corps de l'arrosoir et la pomme en laiton.

PHOTOfunSTUDIO600

Une lanterne, pas ancienne du tout mais qui va très bien avec les roses trémières et la table verte.

PHOTOfunSTUDIO601

Une boite à couvercle coulissant, de chez Michelin. Pas très propre mais intacte. Je vais lui faire une bonne toilette.

PHOTOfunSTUDIO602

Un jeu de pochoirs divers portant tous des chiffres. Etonnant que je n'ai chiné jusqu'alors que des alphabets !

PHOTOfunSTUDIO596

Enfin ce chapeau claque un peu fatigué, mais encore vaillant

PHOTOfunSTUDIO597

qui a fait le bonheur de ma petite soeur.

J'ai passé très peu de temps chez moi ces derniers jours, je retourne m'occupper de la maison.

Très bonne journée.

Posté par Florencecholet à 08:04 - Commentaires [16] - Permalien [#]
29 juillet 2014

TOUR D'HORIZON DU JARDIN DE JUILLET

Ce mois de juillet nous aura, comme ses prédécesseurs, gratifié d'une météo contrastée, alternant pluies diluviennes et périodes chaudes et sèches.

PHOTOfunSTUDIO624

Résultat le bal des roses est terminé et le massif parait bien défleuri...De loin.

PHOTOfunSTUDIO606

Car, en allant y voir de plus près, on peut s'apercevoir que les charmants épis des heuchères pourpres sont venus accompagner les étoiles du géranium 'Nimbus', lequel fleurit sans désemparer depuis plus d'un mois déjà.

PHOTOfunSTUDIO607

Coquelourdes et verveines de buenos-aire affirment leur présence avec vigueur. Les petits allium sphérocéphalum sont maintenant les seuls aulx du massif. Les nigrum montent en graine.

PHOTOfunSTUDIO608

Les jeunes épis des véronicastrum s'allongent, le knautia macédonica sort de nouveaux pompons gaiement colorés.

PHOTOfunSTUDIO617

La grande campanule ivoire peine à soutenir ses tiges tant elles sont longues et fournies. Les têtes des petits aulx s'ébourriffent pour le  plus grand bonheur des butineuses. J'aime tant les entendre bourdonner.

PHOTOfunSTUDIO621

Je ne me lasse pas de voir chaque jour les véronicastrum s'allonger, les épis centraux s'ouvrir, les épis périphériques s'installer en étoile pour soutenir et embellir le fleuron principal. Quelle prestance a cette plante !

PHOTOfunSTUDIO629

Cela ne m'empêche nullement de constater l'arrivée de nouvelles têtes avec les premières boules bleues de l'échinops ritro, un épi du nepeta grandiflora et une revenante, fleur de 'Domaine de Courson', très très légère remontée !

PHOTOfunSTUDIO630

Surprise, la viorne de Bodnant fleurit. En principe elle devrait attendre novembre. Les averses l'ont-elle inspirée ? Et le ravissant 'Astronomia' m'offre deux superbes églantines.

PHOTOfunSTUDIO620

L'adage "Jamais deux sans trois" semble pouvoir s'appliquer aussi aux rosiers car un troisième larron se joint à l'équipe des remontants avec une incroyable vigueur. Ce rosier trouvé ici, à moitié enfoui dans la haie malgré mes efforts pour l'en sortir, mais depuis combien d'années y-est-t'il, me gratifie une seconde floraison aussi intense que la précédente.

PHOTOfunSTUDIO623

'Chinensis mutabilis' et 'Apollon moss' ont repris leur duo, un peu désordonné mais très gai.

PHOTOfunSTUDIO625

C'est cependant ailleurs que les roses sont les plus belles maintenant. Et ce sont les 'Pierre de Ronsard'.

PHOTOfunSTUDIO626

Le premier au pied de l'arceau, le second sur le demi-pignon devant la cuisine. Je trouve leur seconde floraison, moins raide, moins surdimensionnée que la première, plus émouvante.

PHOTOfunSTUDIO628

PHOTOfunSTUDIO627

Quand la nuit se glisse dans le jardin, j'aime y faire une dernière promenade, surprendre son visage d'avant-sommeil, voir ses couleurs modifiées, découvrir des floraisons que la lumière du jour m'a cachées. Comme cette étoile d'aster divaricatus, ou cette rose du jour portée par 'Thérèse Bugnet'.

PHOTOfunSTUDIO634

Les clochettes de l'abélia, comme les grosses têtes de l'hortensia 'Anabel' sont les dernières que la nuit efface dans son sillage.

PHOTOfunSTUDIO635

Le lendemain, je les retrouve resplendissantes dans la lumière revenue.

PHOTOfunSTUDIO636

Je n'avais pas vu arriver l'aster qui a dû se frayer un chemin au travers des tiges florales du géranium thurstonianum dont j'ai coupé les hampes défleuries afin d'aider ses voisines à respirer. J'espère profiter ainsi longtemps de cet aster qui me plait tant et permettre aux rosiers 'Astronomia' et 'Lavander dream' de se refaire une santé.

PHOTOfunSTUDIO637

Devant la cuisine, le nandina s'est trouvé doté d'une collerette légère d'érigerons karvinskianus, les platycodons ont ouvert leurs très simples et grosses fleurs, les lys de Saint-Jacques sont passés comme un souffle, doux et léger.

PHOTOfunSTUDIO611

Dans la haie, les sauges s'abandonnent, la lavande se dresse et le phlomis, bien que défleuri, reste très graphique.

PHOTOfunSTUDIO610

Si le soleil n'est pas toujours au rendez-vous, certaines le remplacent, comme ces lysimaques.

PHOTOfunSTUDIO613

Ou les rudbeckias qui côtoient 'Amber queen'. Je songe à déplacer le rosier pour lui donner plus d'air et de lumière.

PHOTOfunSTUDIO622

Devant l'entrée, les plantes semblent prospérer. Le brunnera et le géranium 'Chantilly' affichent de nouvelles feuilles toutes fraiches, les asters dépassent la cime du cornus.

PHOTOfunSTUDIO654

Les premières associations, espérées, attendues se nouent.

PHOTOfunSTUDIO618

Le thalictrum 'Rochebrunianum' déploie ses premières corolles,

PHOTOfunSTUDIO631

si subtilement teintées.

PHOTOfunSTUDIO638

Dans le massif, les coquelourdes ont fini par s'éteindre. J'ai coupé les tiges, récolté des graines. Avis aux amateurs, elles sont à votre disposition.

PHOTOfunSTUDIO632

Mon jardin prend tournure.

PHOTOfunSTUDIO655

Les bébés sont de plus en plus prometteurs. Les boutures de 'Ghislaine de Féligonde' fleurissent et celle de 'Salet' atteint les 40 centimètres. Je réfléchis au meilleur emplacement à donner à chacun d'entre eux. J'associerais bien 'Salet' avec 'Pierre de Ronsard' et le berberis pourpre au pied de l'arceau, à gauche sur la photo ci-dessus, et verrais volontiers 'Ballerina' devant la barrière de 'Félicité et Perpétue' avec 'Belle de Crécy' et le physocarpus pourpre, à droite. Comme 'Ballerina' est remontant, il mettrait un peu d'animation et de fraicheur dans ce coin de jardin. Quant à 'Ghislaine de Féligonde', je le planterai probablement près du forsythia avec le thalictrum flavum, une scabieuse géante jaune pâle. Et un feuillage pourpre ; ils sont le "fil rouge" qui lie tous les massifs et espaces du jardin, lui conférant relie et unité.

PHOTOfunSTUDIO656

Terminons ce tour de jardin par Mon île de Ré.

PHOTOfunSTUDIO614

Les roses trémières me fascinent.

PHOTOfunSTUDIO615

Avec les stipes et les sédum à leur pied, j'ai l'impression de passer en deux pas, du village à la plage. Comment ne pas se sentir en vacances ?

PHOTOfunSTUDIO616

Je vous souhaite une très belle semaine.

Posté par Florencecholet à 01:16 - Commentaires [14] - Permalien [#]
20 juillet 2014

LES PONTS

Réels ou figurés, en bois, pierre, fer, pensées, en rimes ou en chansons, ils sont un lien entre deux endroits, deux époques, deux âmes, deux phrases musicales...Ils nous aident à sauter un obstacle ou permettent de surplomber un élément. Ils franchissent, et nous avec, l'eau, les abimes, les douves, les rails, les routes... Ils supportent, voitures, trains...font circuler personnes, eau, communications...Aussi indispensables que les rives sur lesquelles les hommes ont établis leurs lieux de vie.

Quel enfant n'a pas chanté "Sur le pont d'Avignon" ou "Sur le pont de Nantes" ou du Nord selon les versions, oeuvres destinées à l'éducation des plus jeunes. Si la vie autour des ponts est riche, elle est aussi dangereuse. Georges Brassens plus léger nous prévient bien que sur le pont des Arts, "le vent" est fripon. "A Joinville-le-pont", pont-pont, les choses sont plus légères si l'on en croit Bourvil et il est facile de succomber au charme du "petit pont de bois" d'Yves Duteil.

Qui ne connait les rimes d'Apollinaire : "Sous le pont Mirabeau coule la Seine, et nos amours, faut-il qu'il m'en souvienne...". Les ponts accompagnent nos histoires personnelles, Aragon ne croise-t'il pas le fantôme de sa jeunesse "sur le Pont-Neuf" ? Et jouent un rôle majeur dans l'Histoire. Voir l'histoire du "Veilleur du Pont-au-Change" de Robert Desnos par exemple.

Mobiles, suspendus, volants, à bascule, levants, levis, tournants, élévateurs, roulants, ils sont l'enjeu des guerres et des batailles, l'inspiration des architectes, peintres, cinéastes, écrivains. "Un pont trop loin", "Le pont de Rémagen", "Le pont de la rivère Kwaï", "La fille sur le pont", "Les amants du pont-Neuf", "Le pont des Arts"...Lieux de rencontres, de passages, d'affrontements, ils peuplent et modèlent la géographie du monde et notre carte émotionnelle personnelle.

Ré, Millau, Oléron

Pont21

Petite histoire de mes pérégrinations en quelques ponts.

Les "ponts de passage" :

Pays basque, Bidarray

Pont

Fouesnant, Hent cosquer

Pont1

Dans la Creuse

Pont3

Pont4

Pont5

En Bretagne : Saint-Cado, Port-Louis, la Trinité-sur-Mer

Pont8

Les "ponts de jardin" : Giverny

Pont9

Chaumont-sur-Loire

Pont12

Pont13

Pont15

Pont16

Pont17

Plus près de chez moi :

De grands ponts, Rigny-Ussé, Saumur, Chinon, Saumur, Langeais

Pont6

De beaucoup plus modestes, pour accéder aux bâtiments, Azay-le-Rideau, Candes, Chinon

Pont2

Ainay-leVieil, Chinon et mon ancien chez moi, Compiègne : accès au château par le pont au dessus des douves.

Pont11

Chez moi, où certaines maisons anciennes sont reliées par des "ponts-maisons"

Pont10

A Amboise, où le Clos-Lucé hébergea longtemps Léonard de Vinci (1452-1519), grand inventeur de ponts, gros ouvrages fixes ou inversement très légers pour un usage ponctuel. Pivotants, encastrables, en treillis, ils étaient conçus pour être réalisés avec des matériaux faciles à trouver ou à transporter. Léonard les appelait "ponts de bonne fortune" ou "pont de sauvetage" car ils étaient destinés à venir en aide aux soldats. Certains ont été reproduits dans le parc du Clos.

Pont14

Mes "ponts de coeur".

Compiègne, sur l'Oise, le Pont Neuf, 116 mètres de long pour 20 de large, inauguré il y a un peu plus de deux ans, complète les deux autres ponts de la ville dont le pont Solférino. Ce pont de pierre fût construit sous Louis XV à l'emplacement d'un pont précédent datant de Saint-Louis, qui avait vu passer Jeanne d'Arc en 1430 avant sa capture par les Bourguignons. Détruit en 1914, reconstruit, démoli en 1940, il a finalement été reconstruit en 1949 sur le modèle de Louis XV mais avec deux arches au lieu de trois.

Pont18

A Tours, sur la Loire, le pont Wilson, plus vieux pont de la ville, bâti entre 1765 et 1778 aligne 15 arches sur ses 434 mètres de long. En 1789, 4 arches s'effondrent côté nord. En 1940, l'armée française détruit une arche côté sud. En 1944, les allemands en détruisent 3 côté nord. Conséquence l'incendie du centre de la ville ne peut être éteint et les dégâts sont importants. En 1978, 4 arches sud s'écroulent sans faire de blessés mais l'eau, l'électricité et le téléphone sont coupés car les conduites et installations passant par le pont ont cédé. Aujourd'hui le tram y circule, les voitures n'ont plus accès qu'à une voie et le pont sera à terme entièrement dévolu au tram et vélos-piétons.

Pont20

A Bordeaux, huit ponts permettent de traverser la Garonne, le Pont de Pierre aussi appelé Pont Napoléon a été inauguré en 1822.

Pont7

Depuis peu, le Pont Chaban-Delmas ou Pont Bacalan-Bastide est venu s'intercaler entre le beau pont de Pierre et le pont d'Aquitaine. Ses 575 mètres superbement profilés incluent 117 mètres de levée. J'espère le voir de près bientôt.

Pont19

Toutes les photos sont de moi excepté, celles des ponts de Ré, Oléron, Millau, Compiègne, Tours et du Pont Chaban-Delmas.

Je vous ai parlé Ponts car c''est le thème choisi par Mamylor pour notre rendez-vous du 20 de ce mois. Rendez-vous chez elle pour la liste des participantes, auxquelles vous êtes invités à vous joindre, et le thème du prochain rendez-vous.

Beau dimanche.

Posté par Florencecholet à 07:34 - Commentaires [19] - Permalien [#]


Fin »