Premier jour de printemps tout moche et gris, l'éclipse de soleil invisible n'arrangeant rien, parlons plutôt prénom comme nous le propose Marie-Paule pour notre défi du 20.

Vous le savez, mon prénom est Florence. Vous ne le savez pas, c'est mon seul et unique prénom.

Mes parents souhaitaient une famille nombreuse et ont voulu simplifier le casse-tête que peut parfois se réveler être le choix d'un prénom. A l'époque, années soixante, la grossesse était une pochette surprise. Fille, garçon ? Il fallait attendre la livraison cigognesque pour savoir. Etaient donc prévus  un prénom de chaque. Le premier arrivage étant fille, moi, Florence, le second fille, le troisième fille, le prénom garçon choisi par mes parents et maintenu pour les trois premières fois fut abandonné, d'autant que le frère de Papa ayant eu un fils l'avait "piqué " pour le sien.

Arrivés à la cinquième, nous étions assez grandes pour nous en mêler (la quatrième aussi était une fille) et nos parents nous laissèrent le choix du prénom. Je pense qu'ils seraient tout de même intervenus si nos propositions avaient été trop fantaisistes. Après discussion, nous sommes très vite arrivées à une solution convenant à tout le monde. Le bébé fille ou garçon s'appellerait Emmanuel. Ce fut Emmanuelle.

Pour rédiger ce billet, je me suis penchée sur l'origine de mon prénom et j'ai eu la surprise de trouver deux hypothèses.

La première dont j'avais déjà eu vent me rapprochait d'un de mes domaines de prédilection, le jardin, Florence ayant une étymologie latine "Florentia", féminin de "Florentius", provenant de florens signifiant "en fleur" au sens propre et "heureux" au sens figuré.

Mais je découvrais aussi que Florence est dérivé du latin "faber", signifiant qui est doué pour le travail de matières comme le bois, le métal...Voilà qui me convient bien aussi puisque j'aime travailler de mes mains.

Existant depuis l'Antiquité, ce prénom disparut quasiment au moyen-âge qui préférait les origines germaniques et refit surface à la renaissance. Il connut une apogée autour des années 30 suscitée par l'admiration des gens en Angleterre pour l'héroïque infirmière Florence Nightingale. Et fut en vogue en France autour des années 55-65.

PHOTOfunSTUDIO1096

Hommage à une extraordinaire Florence : Arthaud.

PHOTOfunSTUDIO1095

Concernant ma Sainte Patronne, double découverte également. Je croisais d'abord Sainte Florence, jeune païenne d'Asie Mineure qui, en 359, rencontra saint Hilaire, alors en exil. Qui la convertit ainsi que toute sa famille. Lorsqu'il fut autorisé à rentrer à Poitiers, son diocèse, elle le suivit et vint fonder un monastère, en Poitou. Elle mourut en 367.

La seconde était une espagnole de Séville vivant au  VIIe siècle, orpheline très jeune. Ses trois frères, les saints Léandre, Fulgence et Isidore veillèrent sur elle et lui donnèrent une éducation religieuse. Elle se retira dans un couvent de Séville et termina sa vie abbesse de l'abbaye d'Agisti, en Andalousie.

Enfin, ce prénom est aussi un nom, celui d'une ville superbe que j'aimerais visiter. Firenze, capitale de  la Toscane,  berceau de la Renaissance, capitale du Royaume d'Italie entre 1865 et 1870, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, c'est MA ville !

Images pour bricoler2

Je ne me souviens pas avoir voulu changer de prénom, je m'entends bien avec. Il n'est pas trop fréquent. Pas comme ma cadette Catherine qui se retrouva une année avec 4 autres filles portant ce prénom dans sa classe !

Bizarrement, il m'occasionna peu de surnoms et les gens autour de moi l'abrègent rarement.

Quand nous dûmes chercher un prénom pour notre fils, le choix se porta assez vite sur Robin. Nous aimions beaucoup Alban mais compte tenu du fait que notre rejeton irait à l'école et que nous vivions dans une petite commune campagnarde, nous avons préféré limiter les sources de moqueries. Il a évidemment eu droit aux "robins des bois, robinou..." Dans l'ensemble rien de trop méchant.

Pour notre fille, pas de recherche, d'hésitations, Agathe fut choisi dans la seconde et n'engendra qu'un surnom bilingue "i got you babe" auprès de ses congénères et quelques diminutifs affectueux chez les grands-parents.

Nos enfants portent pour mon fils en second et troisième prénoms, ceux de ses grands-pères, pour ma fille les deuxièmes et troisièmes prénoms de ses grands-mères, moins "datés" que les premiers. Une manière de les inscrire dans leurs deux lignées parentales. Enfaisant des recherches généalogiques, auxquelles il faudrait que je me remette, j'ai découvert dans la branche la plus ancienne sur laquelle j'ai des renseigements, une lignée dont tous les enfants s'appelaient Joseph ou Marie !

Ces prénoms relativement originaux à l'époque de leur choix, sans être trop "différents" sont un peu plus répandus aujourd'hui. On croise notamment beaucoup de petites Agathe. Qui est plus facile à porter que ceux imaginés par des parents en mal d'originalité. Un prénom "unique" peut faire de vous un enfant mis à part. Et en attendant que les écoliers n'écrivent plus du tout à la main, certains prénoms à rallonge ou comportant de multiples k, h, g, y...ne sont pas forcément des cadeaux pour les petits. Ni pour les enseignants qui se mélangeant parfois "les crayons" entre les Priscilla, Priscillia, Precillia...Si, si c'est du vrai, du vécu. Tout comme Maïkeul !

Ce jour j'ai l'honneur et le plaisir redoutable d'avoir à vous proposer le thème de notre prochain rendez-vous. Si, ce 20 avril, nous parlions de Vos lieux de créations ou d'inspirations ? Chacun, chacune d'entre nous écrit, chante, couds, danse, bricole...Avez-vous un atelier, un coin pour votre matériel, vos outils, vos répétitions ? un lieu particulier pour exercer votre passion, votre hobby ? une atmosphère qui fait instantanément jaillir l'étincelle créative ? Faute d'avoir votre propre espace créatif peut-être rêvez-vous  d'un endroit idéal ?

Levons, si vous le voulez bien, un coin du voile sur les coulisses de notre univers créatif !

L'éclipse est passée, il fait moins sombre, je vous offre ces quelques fleurs pour souhaiter tout de même la bienvenue au printemps et l'encourager à s'adoucir.

PHOTOfunSTUDIO1094

Pour dénicher les adresses des participantes du défi de ce jour, rendez-vous chez Marie-Paule. Et rapellez-vous que ces défis amicaux sont ouverts à tous et toutes, il suffit de prévenir la personne qui a choisi le thème qui vous tente.

Belle journée.