Antiblues nous propose pour ce rendez-vous du 20 de parler conduite au volant, ou comportement passager pour ceux qui ne conduisent pas. Voici un sujet à fort potentiel anecdotique et certainement instructif sur nos tempéraments respectifs puisqu'il semble que le véhicule nous isolant dans une bulle, nous rende à nous même en faisant ressortir nos instincts, plutôt endormis ailleurs.

L'aventure automobile, nous en avions parlé une fois a commencé pour moi sous forme de la 4 chevaux maternelle,que j'ai toujours assimilée à un petit tank, s'est poursuivie avec une increvable 4L à l'exception du plancher arrière, est passée par une Ami8 dont les essuie-glaces se sont mis en berne sur le capot un jour de trombes diluviennes et a culminé avec la DS de mon père qui me donne la nausée rien que d'y repenser.

J'ai passé le permis "tard". Je me le suis payé quand j'ai commencé à travailler. Le moniteur m'a donné rendez-vous à un endroit, est descendu de la voiture, m'a dit "bonjour" puis "allons-y". Quand j'ai compris qu'il voulait que je prenne le volant à l'instant, je me suis dit "cet homme est fou". Contrairement à beaucoup de copains et copines, je n'avais jamais tenu un volant. En fait, il s'est révélé excellent professeur et n'a eu au cours de mon apprentissage que deux fois à s'agripper à la poignée de sa portière en murmurant "elle aime me faire peur" !

Après c'est à moi que j'ai fait un peu peur quand il a fallu passer de la petite voiture diesel qui ne calait jamais, à la Ford escort ghia 1,6l de mon cher et tendre qui ont tenu le choc, lui et la voiture car nous nous sommes mariés et la voiture a fonctionné un certain nombre d'années.

Là je suis au regret de vous informer que je suis une conductrice assez prudente et très attentive en ville car j'ai été témoin d'un accident mortel quand j'avais 12 ans. Et le conducteur n'avait commis aucune infraction, l'enfant s'est vraiment jeté sur la route sans regarder.

Ailleurs il m'arrive comme tout le monde d'avoir des instants de distractions et de trouver le temps long quand on roule à la même allure longtemps que ce soit 90 ou 130, alors quand les conditions le permettent j'avoue piquer parfois des "sprints". Sinon voilà le vrai aveu : je râle, je râle au volant mais j'essaie de le faire sans trop m'énerver, si possible avec une pointe d'humour même si je suis seule. Parfois, il y a "lâcher d'andouilles" sur les routes, c'est effarant !

En plus, nous avons ici, deux spécificités. D'abord un nombre important de voiturettes sans permis dans la région, peut-être dû aux spécialités locales. Je déplore souvent que leurs conducteurs n'aient pas le permis certes, mais même pas semble-t'il de notions de code de la route. J'en ai vu une sur le bas-côté de la voie rapide vers Tours (110 km/h donc en principe interdite à ce genre de véhicule) coupée en deux dont ne restait que l'avant nickel. Après tout, j'y ai bien vu aussi un vélo !

D'autre part des croisements à quatre stops. En principe on peut résoudre ça en repartant dans l'ordre d'arrivée aux dits stops, mais gare au distrait ou à l'hésitant !

J'ai, oh joie, bonheur, enchainé les conduites accompagnées de mes deux enfants, et connu à cette occasion quelques émotions. Mais nous sommes toujours rentrés intacts. Et j'en ai profité pour rafraichir mes habitudes de conduite et les améliorer. Ils ont obtenu chacun à leur tour leur permis dès le jour de leurs 18 ans, et j'ai dû alors partager ma polo. Jusqu'au soir où ma fille a voulu éviter une biche et rencontré le talus. Elle n'a heureusement pas été blessée mais la polo ne s'en est jamais remise.

Images pour bricoler3

Quand je suis passagère, je n'interviens pas sauf nécessité vitale, comme je n'apprécie pas qu'un passager se mêle de ma conduite. Il existe un risque de dépôt au bord de la route !  Je déteste qu'un véhicule coupe le passage piéton sur lequel une personne pour qui je me suis arrêtée (je le fais systématiquement) est en train de traverser.

Images pour bricoler2

J'ai, ado, donné un coup de pied dans la portière d'un véhicule dont le conducteur nous a pratiquement roulé sur les pieds, Maman ma grand-mère et moi alors que nous étions engagées sur un passage protégé et le feu rouge pour ce type. Je pense que les gens qui grillent les feux, les stops les priorités sont des irresponsables, et j'aimerais que les gens se servent de leurs clignotants, ça fluidifirait la circulation. Apparemment, beaucoup de voitures sont vendues sans ! C'est d'ailleurs ainsi que j'ai eu deux accidents de mobylette du temps de ma folle jeunesse lycéenne. Le premier s'est produit quand la voiture qui me précédait à tout à coup et sans avertissement préalable entamé un demi-tour entre des haricots, je n'ai pas pu l'éviter. Les gendarmes m'ont très gentiment ramené à la maison avec mon outil abimé. La seconde fois une voiture m'a coupé la route alors que j'étais sur la voie principale et prioritaire. Là aussi pas moyen de passer à côté. Le conducteur sort de sa voiture et me dit "je croyais que vous alliez tourner quand vous m'avez vu" A quoi j'ai rétorqué que si je tournais à chaque fois que je voyais une voiture, je n'étais pas près de rentrer chez moi. M'enfin !

Avec la voiture j'ai conscience d'avoir un engin très pratique mais aussi dangereux entre les mains et à ce jour je n'ai qu'un petit accrochage à déplorer. Aucun Pv, bien que j'aurais pu y avoir parfois droit pour petit excès de vitesse. Il y a quelques années, j'ai eu la surprise d'en recevoir un, de Boulogne-sur-Mer où je n'ai jamais mis ni pied, ni roue. Je constate que l'immatriculation correspond à une lettre près. Je vais à la gendarmerie où la personne qui me reçoit me dit de ne pas payer, de demander la photo pour vérification supplémentaire et d'envoyer un courrier pour m'expliquer. Sur la photo une 405 foncée avec au volant un homme qui ne ressemble à personne de notre connaissance. La gendarmerie de chez moi vérifie ma voiture, à l'époque 405 couleur blanche d'origine et toujours cette lettre différente. Ils me disent que les gendarmes de là-bas ont dû chercher le véhicule le plus approchant et qu'il doit s'agir d'une fausse plaque. Je pense donc ne plus en entendre parler quand je reçois à nouveau le pv avec la lettre non correspondante grossièrement rectifiée ! Là mon sang n'a fait qu'un tour. J'avais scanné et gardé dans mon ordi le pv d'origine et le courrier que j'avais envoyé (un réflexe de juriste). J'en tire un exemplaire et je fonce à la gendarmerie avec le tout. Misère les gendarmes qui font un faux en écriture publique pour 30 et quelques euros ! J'ai demandé au gendarme qui m'a reçue de faire savoir à Boulogne que si jamais j'entendais encore parler de ce pv, je serai obligée d'en faire état. Cette fois-ci j'ai enfin eu la paix.

Il y a eu aussi cette camionnette qui m'a serrée contre la glissière alors que nous avions deux voies libres et que je m'étais décalée sur la file de gauche pour la laisser entrer sur la voie rapide où elle arrivait  alors que j'y circulais. Alors qu'elle avait touché et rayé ma voiture, elle partait comme si de rien n'était. J'ai tellement klaxonné, fait des appels de phares...qu'elle a fini par s'arrêter. Trois gus sont descendus, le patron-artisan et deux employés qui n'ont pipé mot pendant que le bonhomme m'accusait d'être arrivée subitement, trop vite...ce qui était faux bien sûr, sinon je n'aurais pas cherché à le faire arrêter. Puis il est remonté dans son véhicule et est parti. J'ai noté le nom de la boite, l'immatriculation et suis allée à la gendarmerie le lendemain. Où l'on m'a confirmé que l'immatriculation et l'entreprise correspondaient mais qu'ils ne pouvaient rien faire car le gars s'était arrêté ! A bon entendeur !

Depuis que mes enfants ont leurs propres véhicules, je ne prête plus le mien. Quand ma fille a occis ma polo, nous l'avons remplacée par mon véhicule actuel, une 206 break, il me faut un coffre pour mes chines ! Sinon, tout ce que je demande à une voiture est d'avoir suffisamment la pêche pour que je double sans problème n'importe quel camion ou obstacle. Je me suis rendue compte qu'il m'arrive parfois d'être en apnée dans ces moments là, et mieux vaut que ça ne dure pas trop longtemps ! C'est d'autant plus curieux que je n'ai pas peur, c'est plutôt de la concentration je crois.

Si mes enfants ont parfois recours au covoiturage ce n'est pas mon cas sauf dans le cadre familial ou amical. Mais il m'arrive de prendre des autostoppeu(rs-ses). Le dernier en date avait un improbable manteau léopard, une moustache et une barbe à la mousquetaire, plein de bijoux...trop rigolo comme look et très sympa.

Sinon, quoi d'autre...J'aime traverser la forêt de nuit pour rentrer chez moi quand les autres conducteurs n'y sont plus. Une dizaine de minutes suspendues dans une sorte de magie. Il faut être attentif quand il n'y a presque plus de circulation, les animaux ressortent mais c'est cela qui est précieux. Une bonne musique et la chance d'apercevoir un peu de cette faune sauvage...

J'aime conduire, je n'ai pas envie d'avoir un véhicule entièrement automatisé, je préfère être conducteur que passager. Je ne dédaigne pas pour autant les transports en commun même s'ils me jouent parfois des tours. La dernière fois que j'ai voulu prendre le train à Chinon, il était remplacé par un bus à moitié vide et qui mettait deux fois plus de temps.

Images pour bricoler1

Et quand j'ai laissé ma voiture au départ de la ligne de tram à Joué pour aller en centre-ville, j'ai failli retourner la récupérer en taxi, la ligne ayant été suspendue momentanément sans savoir jusqu'à quand pour cause d'incident à la Gare.

Images pour bricoler

S'il y a...

Pour découvrir les autres conducteurs du défi passez chez Antiblues, et chez Marie-Paule vous trouverez le thème du prochain défi auquel vous êtes tous et toutes conviés à participer.

Bonne semaine.