qui monte, et les autres.

Thème choisi par Mamylor pour notre défi de ce mois.

Mon jardin est un lieu privilégié de découvertes et de rencontres de petites bêtes. La maison aussi, mais là j'apprécie moins d'avoir à partager mon territoire. Notamment avec les araignées dont j'essaie d'oublier l'existence jusqu'à ce que l'une d'entre elles, bêtement, surgisse le soir dans mon champ de vision. La suite varie en fonction de celle qui est la plus rapide à reprendre ses esprits : l'araignée qui cavale vers un abri salvateur ou moi qui saute sur un verre pour l'emprisonner, mon mari étant chargé de l'évacuation de l'intruse vers l'extérieur.

Dans le jardin, ce sont plutôt ces "fils de la vierge" dans lesquels je me prends régulièrement qui me gènent, je suis époustouflée par le travail splendide que représentent les toiles.

Guère d'affinités non plus avec les rampants, grouillants, surtout les rampants à pattes dont certains exemplaires, j'espère qu'ls ne fréquentent pas mon espace, peuvent être toxique. Par contre jamais de problèmes avec les vers de terre et compagnie sauf ceux qui se nichent au creux des branches des arbustes, creusent un long sillon dans le bois tendre et finissent par avoir raison d'une branche tellement plus grosse qu'eux. Le petit ver tout noir surgi de la seconde branche maitresse de mon jeune pommier d'ornement, et néanmoins producteur de minuscules pommes nourrissant les oiseaux, est passé de vie à trépas dans un cri horrifié. De ma part le cri, lui n'a pas eu le temps !

Je trucide rarement même ce que je n'aime pas, qui me fait dresser les poils, passer mon chemin ou sursauter de dégoût. Les apparences sont trompeuses, beaucoup d'insectes et autres utiles au cycle de vie voire à l'homme, et imaginez un instant que la vie vous aie créé en fourmi...Comment s'arroger le droit de supprimer ce qui dérange, d'ailleurs la nature elle-même s'en charge souvent, mère cruelle. Qui oblige ses enfants à l'être aussi de bien des manières.

Attention âmes sensibles passez immédiatement à la suite, c'est le quart d'heure gore : dans cette scène surprise par hasard, la guèpe après avoir maitrisé à ses risques et périls l'araignée, pond dans la bête qui restera vivante jusqu'à l'éclosion des larves. Je vous passe la suite des évènements. A côté une rencontre inopinée s'est mal terminée pour les deux protagonistes, abeille et araignée, enlacées dans la mort !

Juin7 PHOTOfunSTUDIO938

 

Passons à plus sympa.

J'aime les papillons, c'est si gai de voir les premiers citrons, les petits lavande ou ces jolis blancs qui annoncent les beaux jours. Plus tard viennent ces vaisseaux du ciel si chamarrés.

Juin6

Chaque année apporte des variantes concernant les espèces présentes au jardin, et si les paons de jour...sont des visiteurs habituels, j'ai eu la bonne surprise de voir virevolter des flambés autour des arbres à papillons cette saison.

PHOTOfunSTUDIO942

Même si les chenilles qui deviennent ces éphémères splendeurs boulottent un peu mes plantes, je ne leur en veux pas.

PHOTOfunSTUDIO937

Par contre, quand je tombe sur ce genre de papillon je suis partagée entre fascination et légère répulsion. J'admire cette livrée bicolore cet étonnant pointillisme, mais l'aspect général me déplait. Peut-être un aspect un peu trop larvaire, inachevé ?

Mars1

"Coccinelle, va dire au Bon Dieu qu'il fasse beau demain". Jamais encore je n'ai croisé de personne n'aimant pas les coccinelles, quand j'en connais qui craignent les papillons. Pourtant la larve est vilaine d'aspect, la pauvre et carnivore ! Elle se pourlèche de pucerons ce qui fait mon bonheur de jardinière. Quand les pucerons arrivent en masse, il suffit de patienter quelques jours, les coccinelles suivent et règlent le problème.

Autre petite bête dont j'apprécie la venue au jardin, ces petits grillons qui chantent les soirées douces, ces moments où l'on peut rester à goûter le soir descendant, laisser la nuit s'intaller, deviner les passages des chauves-souris, apercevoir le hérisson qui trottine dans la pelouse.

PHOTOfunSTUDIO941

Dans le genre "qui saute", une présence récurrente que j'appréciais moins car elle a mauvaise réputation, la dévoreuse de mâle. J'ai depuis eu l'occasion d'apprendre qu'elle n'est pas la seule à pratiquer et finalement je la trouve attendrissante quand elle dresse ses petits "poings" dans une tentative de défense assez dérisoire au moment où je la surprends. La mante religieuse.

Octobre3

Au rayon carapace, j'ai fait des rencontres étonnantes et certains insectes me semblent aussi beaux que de précieux joyaux.

Juin5 Mai4

Mai5

J'aime bien aussi une grande famille pas toujours appréciée pour des raisons olfactives, les punaises. Au fil des ans et des photographies qui me révèlent souvent des détails invisibles au premier coup d'oeil et de menus insectes non-invités dans mes gros plans de corolles, j'ai découvert une diversité incroyable et une richesse de motifs extraordinaire.

Mai2  Octobre4

Savez-vous que les "gendarmes" font partie de la famille des punaises ? Ne le dites pas à ceux qui portent képi !

Avril

Enfin j'aime la plupart des bêtes bourdonnantes à l'exception des frelons capables de faire preuve d'une certaine agressivité. Suis toujours épatée par la majesté sompteuse de la grande et noire abeille charpentière et la sveltesse des guèpes, amusée par les syrphes les imitant, et ravie de voir les abeilles fréquenter le jardin. Aucun pesticide à craindre ici pour elles et de la nourriture à foison, elles sont cependant moins nombreuses que je ne le souhaiterais. J'aime les entendre, les voir s'activer, faire du vol stationnaire en repérage et informations pour l'essaim.

PHOTOfunSTUDIO945

Je me suis rendue compte à force d'observer mon jardin sous toutes les coutures, que des espèces différentes d'abeilles y vivaient ou y passaient, notamment celles qui découpent les feuilles des arbustes et rosiers pour se fabriquer des nids ou les toutes petites solitaires qui dorment au creux des fleurs de géranium.

Mai3

Restent quelques bestioles curieuses que je ne sais pas dans quelle catégorie ranger, manquant encore d'informations à leur sujet comme celles-ci.

PHOTOfunSTUDIO946

Que sont ces êtres étranges dont les éoliennes semblent inspirées ? Une de ces innombrables et menues créatures dont la nature a le secret.

Alors, oui, si certaines bestioles me rebutent, je ne souhaite la disparition d'aucune, juste éviter de les rencontrer ! Et profiter le plus possible de celles que j'aime.

Liens vers les participants et participantes au défi, thème du prochain à découvrir chez Mamylor.

Belle journée à tous.